Aller au contenu principal

Le pessimisme des ménages marocains vu par la presse

Le pessimisme est le mot d’ordre du dernier rapport publié ce lundi par le Haut Commissariat au plan (HCP). Il en ressort que malgré une amélioration enregistrée au 4e trimestre de l’année 2019, le moral des ménages reste au plus bas. Ces derniers sont pessimistes quant à leur capacité à épargner et à l’évolution de leur situation financière en 2020.

Par Mohamed Laabi, Publié le 21/01/2020 à 12:11, mis à jour le 21/01/2020 à 18:13
Teaser Media

Le dernier rapport du Haut Commissariat au plan (HCP), portant sur la confiance des ménages, fait la une de la presse marocaine ce mardi. « Les Marocains pessimistes pour l’année 2020 », titre la une du quotidien arabophone Akhbar Alyaoum. Le journal souligne qu’un quart des familles marocaines seulement s’attendent à une amélioration de leur situation en 2020.

« Les ménages s’attendent à une dégradation du niveau de vie », écrit pour sa part l’Économiste. Le quotidien s’est attardé sur des données du HCP qui mesurent le ressenti des ménages marocains. Au quatrième trimestre 2019, 43 % ont signalé une dégradation du niveau de leur vie au cours de ces 12 derniers mois. Les ménages font le même constat pour les 12 mois de l’année 2020. 28,8 % s’attendent à une détérioration du niveau de vie, 44,5 % à un maintien au même niveau et 26,7 % à une amélioration.

L’enquête souligne également que 65,6 % des Marocains estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 30,4 % déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 4 % affirment épargner une partie de leur revenu. Concernant le chômage, 79,5 % des ménages s’attendent à une hausse au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté négatif à moins de 71,6 points contre moins de 71,8 points un trimestre auparavant, déplore pour sa part La Vie Éco.

En plus des indicateurs trimestriels, le HCP calcule chaque année le solde relatif à l’opinion des ménages sur la situation des droits de l’Homme, la protection de l’environnement et la qualité de certains services publics. En 2019, 54 % des ménages ont senti une amélioration de la qualité des prestations administratives, contre 58,9 % en 2018, rapporte les Inspirations Éco.

L’opinion des ménages sur les services de l’enseignement et de la santé s’est quant à elle fortement dégradée. D’un autre côté, 52,2 % des ménages ont ressenti une dégradation de la qualité des services de l’enseignement. Les Inspirations Éco relève aussi que la qualité de la situation des droits de l’Homme au Maroc s’est détériorée en 2019 par rapport à 2018. 23,8 % des ménages pensent qu’elle s’est dégradée, contre 18,7 % en 2018.

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...