Aller au contenu principal

Economie : Le pouls des ménages n'est pas au mieux

Mesuré par le HCP, l’indice de confiance des ménages s’est établi à 77,8 points au quatrième trimestre 2019. Il est en hausse de 3 points par rapport au trimestre précédent, mais se situe en dessous de son niveau au 4e trimestre 2018. Les ménages restent craintifs par rapport au chômage et toujours pessimistes sur le coût de la vie. Par ailleurs, le sentiment global des ménages sur les droits de l’homme, la qualité des services publics, la protection de l’environnement est négatif. Un indice en hausse est une bonne nouvelle pour l’économie et l’inverse peut être annonciateur de secousse sur le principal moteur de la croissance marocaine : les dépenses des ménages.

Par J.R.Y, Publié le 20/01/2020 à 16:38, mis à jour le 20/01/2020 à 18:10
Teaser Media

Au 4e trimestre, l’indice de confiance des ménages a gagné 3 points par rapport au trimestre précédent en s’établissant à 77,8 points selon le HCP. Mais, il se situe en dessous de son niveau d’il y a un an (79,8 points). Cet indicateur calculé trimestriellement permet de prendre le pouls de la population sur différents sujets. Il permet d’anticiper le comportement de la consommation des ménages. Un indice en hausse serait donc à priori une bonne nouvelle pour l’économie et l’inverse peut être annonciateur de secousse sur le principal moteur de la croissance marocaine : les dépenses des ménages. Sous l’hypothèse d’une bonne campagne agricole et de l’amélioration des revenus en provenance du reste du monde, la consommation des ménages devrait augmenter de 3,5 % en 2020, selon les dernières prévisions du HCP.

L’indice du 4e trimestre nous dit que les ménages sont toujours craintifs par rapport au chômage et demeurent pessimistes sur le coût de la vie. La conjoncture n’inspire donc guère confiance aux ménages, ce qui peut les amener à réduire leurs dépenses. Toutefois, il peut y avoir des décalages entre ceux que disent les ménages et leur comportement. Depuis peu, le HCP sonde les ménages sur d’autres aspects les concernant notamment les droits de l’homme, la qualité des services publics, la protection de l’environnement.

Le sentiment global sur ces éléments est négatif, de quoi donner des indications aux élus sur l’orientation des politiques publiques. Plus de la moitié des ménages évoquent une poursuite de la dégradation de l’enseignement. Ils sont nombreux à avoir une opinion négative sur la qualité des soins. Pour une proportion non négligeable, la situation des droits de l’homme se détériore. Par ailleurs, il y a encore beaucoup à faire en matière de protection de l’environnement.

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...

Campagne céréalière 2020-2021 : une très bonne récolte de 103,2 millions de quintaux

La campagne agricole 2020-2021 s’est distinguée par une bonne répartition temporelle de pluviométrie et une occurrence avec les stades clés de développement des céréales (tallage, montaison et remplis...

Tourisme : quelles perspectives pour le deuxième semestre 2021 ?

L’Office national des aéroports (ONDA) a souligné dans un communiqué que le nombre de passagers enr...