Aller au contenu principal

Le Maroc, grand absent du sommet de Berlin sur la Libye

La conférence sur la Libye, qui a eu lieu ce dimanche 19 janvier à Berlin, n’a pas réussi «pour l’instant» à entamer «un dialogue sérieux» entre Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d’union (GNA) du pays nord-africain, et son rival le maréchal Khalifa Haftar, commandant de l’armée nationale libyenne (ANL). Ce sommet, qui avait pour objectif premier de décélérer le conflit opposant les deux protagonistes libyens, a connu la participation de onze représentants de nations étrangères. Toutefois le Maroc, qui a toujours exprimé son engagement vis-à-vis de la résolution des tensions qui sévissent dans «ce pays voisin», manquait à l’appel. De ce fait, le ministère marocain des Affaires étrangères a dénoncé, par le biais d’un communiqué, la non-invitation du royaume à la conférence de Berlin.

Par H.L.B, Publié le 20/01/2020, mis à jour le 20/01/2020
Teaser Media

Face à l’escalade de tensions en Libye entre les forces de Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d’union (GNA), et celles du maréchal Khalifa Haftar, commandant de l’armée nationale libyenne (ANL), les Nations Unies ont décidé d’intervenir. Ainsi, le Conseil de sécurité de l’ONU a organisé, ce dimanche 19 janvier à Berlin, une conférence d’urgence sur la Libye, tout en invitant plusieurs pays étrangers à y participer. Après une demi-journée de négociations, pendant laquelle les deux protagonistes libyens ne se sont pas rencontrés, aucun «dialogue sérieux» n’a été entamé, a souligné le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à l’issue de la rencontre. «La conférence a été très utile (...) mais il est clair qu’on n’a pas réussi pour l’instant à lancer un dialogue sérieux et stable entre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar», a-t-il déploré à France 24.

Voici ce qui a été convenu

Lors du sommet de ce dimanche, les pays participants, notamment les États-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Turquie, l’Italie, l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Algérie, ont appelé à la création d’une «Commission militaire» inter-libyennes entre représentants militaires des deux camps. Cette instance, qui sera composée de dix officiers (cinq de chaque côté), aura pour mission de consolider l’accord de cessez-le-feu en vigueur depuis le 12 janvier 2020, rapporte CNN. Puis, pendant la conférence de presse commune avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, la chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé qu’il a été convenu que les deux protagonistes respectent l’embargo sur les armes. Elle a expliqué que «cet embargo serait plus strictement contrôlé qu’auparavant», nous apprend Euronews. Enfin, Guterres a soutenu que «tous les participants se sont également engagés à renoncer à des interférences dans le conflit armé ou les affaires intérieures de la Libye». Notons que le pays, qui est confronté à un chaos politique depuis la chute en 2011 de son ex-dirigeant Muammar Gaddafi, a fait face depuis avril 2019 à de violents combats entre les forces de l'ANL et du GNA. De plus, ce conflit a été attisé par l’ingérence de la Turquie qui soutient militairement le gouvernement d’Al-Sarraj, ainsi que celle de la Russie, qui malgré ses dénégations, appuie visiblement plus le maréchal Haftar.

Le Maroc écarté du sommet de Berlin

Ce lundi 20 janvier, la presse marocaine s’interroge sur l’exclusion du Maroc de cette conférence d’urgence sur la Libye. Le ministère marocain des Affaires étrangères a même publié un communiqué de presse déplorant la non-invitation du royaume qui «a toujours été à l’avant-garde des efforts internationaux pour la résolution de la crise libyenne», indique Médias24. Le département de Nasser Bourita a également souligné «le rôle décisif de Rabat dans la conclusion des accords de Skhirat, qui sont, à ce jour, le seul cadre politique – appuyé par le Conseil de Sécurité et accepté par tous les protagonistes libyens – en vue de la résolution de la crise dans ce pays maghrébin frère». La même source ajoute que «Le Royaume du Maroc ne comprend ni les critères ni les motivations qui ont présidé au choix des pays participant à cette réunion». Et d’ajouter que «le pays hôte de cette conférence, qui est loin de la région et des complexités de la crise libyenne, ne saurait la transformer en instrument de promotion de ses intérêts nationaux».

De son côté le quotidien arabophone Al Akhbar a indiqué que la veille du sommet de Berlin, le président français, Emmanuel Macron, a contacté par téléphone le roi Mohammed VI pour le consulter sur le dossier libyen et pour lui exprimer son incompréhension quant à la non-présence du Maroc. Selon une source d’Al Massae, le pays hôte de la conférence sur la Libye a écarté le Maroc parce que la rencontre ne vise que de faire de la crise libyenne un fonds de commerce. Et Al Ahdath Al Maghribia, qui cite Ghassan Salamé, représentant spécial et chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, rapporte que ce dernier a appelé au respect de l’accord de Skhirat. Il a également insisté sur la formation d’un gouvernement d’union nationale qui mettrait fin à la juxtaposition de deux gouvernements en guerre, l’un à Tripoli et l’autre à Benghazi. Salamé a en outre soutenu que l’ingérence internationale dans les affaires libyennes ne traduit que l’intérêt que portent certaines puissances occidentales aux réserves de pétrole du pays.

Pour rappel, grâce aux efforts du Maroc et de la supervision de l’ONU plusieurs traités ont été signés le 17 septembre 2015 pour aider la Libye à sortir de son impasse politique. C’est ainsi qu’après plusieurs mois de négociations et de concertation entre les différentes factions libyennes que l’accord de Skhirat a vu le jour.


  • Partagez

Ouverture des frontières : les précisions de Bourita et la mobilisation de la RAM

Après l’annonce de la réouverture des frontières maritimes et aériennes du Maroc à partir du 15 jui...

Elections 2021 : Laftit demande aux partis politiques de soumettre leurs propositions

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a rencontré ce mercredi les secrétaires généraux et ...

La transformation de la CCG au menu du Conseil de gouvernement

Ce jeudi 9 juillet, le projet de loi N° 36.20 relatif à la transformation de la Caisse centrale de garantie (CCG) sera examiné en Conseil de gouvernement. Cette institution, qui a été au centre de tou...

Arancha González : l’Espagne respecte la décision de fermeture des frontières marocaines

Ce mercredi 8 juillet, lors d’une rencontre-débat organisée par l’agence de presse ibérique Europapress, Arancha González Laya, ministre espagnole des Affaires étrangères, a déclaré avoir eu des ...

Ce qu'il faut retenir du Conseil des ministres du lundi 6 juillet

Accompagné du prince héritier Moulay El Hassan, Sa Majesté le roi Mohammed VI a présidé ce lundi 6 ...

Le bras de fer Maroc-Amnesty International se poursuit

Faisant l’objet de plusieurs rapports et articles hostiles de l’Organisation non gouvernementale (O...