Aller au contenu principal

Croissance : ce que préconise le HCP

La croissance marocaine se situerait à 3,5% selon les prévisions du Haut Commissariat au Plan. Plusieurs incertitudes entourent ce score notamment la performance de la production agricole. Cette année encore, la consommation des ménages sera un moteur important alors que le commerce extérieur continuera de peser négativement. Pour relever le rythme de croissance à au moins 5%, le HCP préconise de renforcer les investissements publics dans les secteurs productifs et d’améliorer le rendement des investissements publics.

Par J.R.Y, Publié le 15/01/2020 à 17:21, mis à jour le 15/01/2020 à 20:41
Teaser Media

Le Haut Commissariat au Plan vient de lever le voile sur ses prévisions économiques 2020. Au mieux, le Maroc ferait 3,5%. En 2019, la croissance s’affichait à 2,3% selon les données provisoires. «Le rebond, qui reste encore tributaire de la campagne agricole, est dans l’ensemble bien insuffisant pour créer assez d’emplois et accompagner le lent processus de réduction des inégalités territoriales», a estimé L’Économiste dans son édition du mercredi 15 janvier.

La demande intérieure devrait porter la croissance économique en 2020 avec un rythme d’évolution en accélération, émanant d’une hausse soutenue de la consommation nationale finale et de l’accroissement de l’investissement brut, analyse le HCP. Principal moteur de la croissance, la consommation des ménages, sous l’hypothèse d’une bonne campagne agricole et de l’amélioration des revenus en provenance du reste du monde, principalement des MRE, va augmenter de 3,5%. La consommation des administrations publiques et l’investissement progresseront légèrement plus vite qu’en 2019. En revanche, le bilan du commerce extérieur aura pour la troisième année consécutive un impact négatif sur la croissance. Après une contribution négative de 0,4 point en 2019, celle-ci atteindrait 0,9 point en 2020 selon les anticipations du HCP.

Du côté des finances publiques, le taux d’endettement total du Trésor devrait se situer à 66% du PIB contre 66,2% en 2019. La dette publique globale, elle, atteindrait 82% du PIB en 2020 en hausse de 0,3 point. Toute la réflexion aujourd’hui sur le modèle de développement doit permettre de changer de palier de croissance. Le HCP émet deux hypothèses pour atteindre au moins à court terme 5% de croissance. La première piste est de renforcer les investissements publics dans les secteurs productifs.

Selon les travaux du HCP, «une augmentation de quatre points de pourcentage du PIB de l’investissement public dans les secteurs productifs permettrait de porter la croissance économique à 5%». Le Maroc gagnerait quelques points de croissance en améliorant aussi l’efficacité de ses investissements. Leur inefficience est régulièrement critiquée. Pour le HCP, en ramenant le nombre de points d’investissements nécessaires pour réaliser un point de croissance économique de 7 à 3 points, le Maroc pourrait relever son rythme de croissance à 5%.

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...