Aller au contenu principal

Amnistie sur le cash : les modalités de souscription

Par manque de confiance envers le système financier ou pour d’autres raisons, beaucoup de Marocains préfèrent thésauriser. L’amnistie sur le cash non déclaré institué par la loi de finances leur donne une occasion de régulariser leur situation. Pour que le Fisc ferme les yeux, ils s’acquitteront d’un montant équivalent à 5 % des avoirs déclarés. La contribution libératoire doit être versée le mois suivant la date de déclaration. Pour ne pas faire fuir les contribuables qui craindraient d’éventuelles représailles de l’administration fiscale, la dimension confidentielle a été introduite dans l’amnistie.

Par J.R.Y, Publié le 10/01/2020 à 16:27, mis à jour le 10/01/2020 à 18:04
Teaser Media

C’est un début d’année très chargé pour les banques. En plus de leur activité habituelle, elles doivent notamment gérer deux opérations d’amnisties instituées par la loi de finances. Il s’agit de l’amnistie sur les avoirs détenus à l’étranger et celui sur le cash non déclaré. Pour cette dernière, une circulaire de l’administration fiscale précise les conditions dans lesquelles les contribuables peuvent bénéficier de cette faveur.

Concrètement, la mesure cible les profits ou revenus se rapportant à l’exercice d’une activité professionnelle ou agricole non déclaré, les dépôts bancaires dont la provenance n’est pas justifiée, les biens meubles ou immeubles non destinés à un usage professionnel acquis grâce aux avoirs non déclarés, les prêts accordés à des tiers... etc.

Les contribuables ont jusqu’au 30 juin pour profiter de l’amnistie avec une possibilité de prorogation du délai de deux mois renouvelables une fois, précise L’Économiste dans son édition de ce vendredi. Autrement dit, le délai limite de souscription peut aller jusqu’en octobre. Pour que le Fisc ferme les yeux, ils s’acquitteront d’un montant équivalent à 5 % des avoirs déclarés. La contribution libératoire doit être versée le mois suivant la date de déclaration. Pour ne pas faire fuir les contribuables qui craindraient d’éventuelles représailles de l’administration fiscale, la dimension confidentielle a été introduite dans l’amnistie, indiquent plusieurs journaux. Les bordereaux qui seront transmis au Fisc par les banques ne comporteront pas les éléments d’identification des contribuables qui veulent régulariser leur situation. Par ailleurs, les dépenses financées ultérieurement par les avoirs déclarés ne seront pas prises en considération pour les besoins d’évaluation du revenu annuel dans le cadre de l’examen de l’ensemble de la situation fiscale des contribuables, note Medias24.

Par manque de confiance envers le système financier ou pour d’autres raisons, beaucoup de Marocains préfèrent thésauriser. L’amnistie vise donc à rapatrier une partie des liquidités en circulation vers le système bancaire. En tous les cas, c’est une opportunité pour les contribuables de se mettre en règle. Grâce à la data et au partage d’informations entre administrations, le fisc est mieux outillé pour traquer la fraude et les comportements suspicieux.

HCP : amélioration des indicateurs industriels

Le Haut Commissariat au Plan (HCP) a publié ce lundi une note de conjoncture sur les résultats des ...

Imperium : plus d’un Marocain sur deux s'intéresse au label "Made in"

Imperium, acteur majeur du traitement de l'information au Maroc, a récemment dévoilé les résultats de son étude "Les Marocains et le Made In Morocco : Préférence et implication". Ladite étude a été ré...

Tasbiq Tasdir : le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc

Le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc (CAM), "Tasbiq Tasdir", est un crédit de trésorerie qui permet de préfinancer la campagne d’exportation en dirhams ou en devises et couvre toutes les opé...

Maroc/Royaume-Uni : le plus long câble électrique sous-marin du monde reliera bientôt les deux pays

La société britannique Xlinks, spécialisée dans les solutions d’énergie renouvelable, a révélé qu’elle prévoit de construire entre le Maroc et le Royaume-Uni le plus long câble électrique sous-marin d...

Rand Merchant Bank : l’Égypte et le Maroc sont les pays les plus attractifs pour l’investissement en Afrique

L’Égypte est la destination la plus attrayante pour les investisseurs en Afrique, suivie du Maroc et de l’Afrique du Sud, selon un récent rapport de la Rand Merchant Bank (RMB). L’étude "Où investir e...

Secteur privé marocain, un véritable outil de sortie de crise

Un rapport portant sur le développement du secteur privé au Maroc vient d'être présenter. Il s'agit...

lebief.ma - banniere-covid