Aller au contenu principal

La CNSS revalorise les retraites et s'essaie à l'amnistie

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) compte revaloriser de 5 % les pensions de retraite de ses affiliés à partir du 1er janvier 2020. Son conseil d’administration a pris cette décision à l’issue d’une réunion qui s’est tenue le mardi 24 décembre. Malgré une apparente bonne nouvelle, la caisse de retraite de la CNSS menace toujours d’épuiser ses fonds à horizon 2039. Pire encore, la Caisse Marocaine de Retraite (CMR) risque de voir ses réserves fondre d’ici 2027.

Par Nora Jaafar, Publié le 26/12/2019 à 11:43, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Bonne nouvelle pour les pensionnaires de la CNSS ! À l’issue d’une réunion du Conseil d’administration de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), une revalorisation de toutes les pensions de retraite de 5 % avec une augmentation d’au moins 100 dirhams entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2020. 

 

Assainir la situation

Ce conseil, présidé par le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amkraz, a également approuvé d’autres « décisions importantes », souligne Médias24. Le site d’information indique que l’organisme a adopté des mesures de rééchelonnement des dettes ainsi que des remises sur les pénalités de retard. 

 

La Nouvelle Tribune rapporte pour sa part que la CNSS a approuvé « l’exonération, pour tout affilié, des majorations résultant du retard de paiement des cotisations, des pénalités et des frais de poursuite, dans le cadre des facilités de paiement, à condition de régler la totalité des échéances et de l’encours durant la période du rééchelonnement ».

 

Les entreprises vont également bénéficier « d'une exemption d’une partie des majorations de retard de paiement des cotisations, astreintes et frais de poursuite de toute entreprise s’engageant à régler ses créances dues à la CNSS, selon un échéancier convenu d’un commun accord ». Ces mesures concernent les exercices 2016 et suivants, et sont valables pour les accords conclus entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020 selon le barème ci-dessous.

 

CNSS

 

Des régimes de retraite qui menacent de fondre

Toutefois, on se rappelle que les équilibres financiers de la CNSS soulèvent quelques inquiétudes. En effet, un salarié du secteur privé qui n’a cotisé qu’à la CNSS ne peut encaisser qu’une pension maximale de 4200 DH, quel que soit son revenu. De plus la moitié des retraites versées par la Casisse sont inférieures à 1 500 DH. Seuls les assurés qui ont cumulé au moins 3 240 jours de cotisation (10 ans) pourront bénéficier des compensations de ce régime. Et cette durée de cotisation ne donne accès qu’à une pension de 3 000 DH par mois, et 3 400 DH pour quelqu’un qui a cotisé pendant 15 ans. En outre, vu la tendance baissière du rapport démographique, les premiers déficits pourraient apparaitre dès 2024 et l’épuisement des réserves interviendrait en 2039.

 

Par ailleurs, le quotidien l'Économiste déplore dans son édition du jour que la situation est encore plus délicate pour la Caisse Marocaine de Retraite (CMR). Le journal, qui affirme que les fonds de la CMR risquent de disparaitre en 2027, conseille même de passer rapidement à la deuxième étape de la réforme des retraites. « Le changement paramétrique a permis à la Caisse Marocaine de Retraite (CMR) de gagner du temps, mais pas suffisamment », souligne le quotidien.

 

Le déficit du régime des pensions civiles a atteint 6,2 milliards de dirhams en 2018. Il a été principalement financé par les produits financiers (59 %) et par une ponction sur les réserves (41 %). « Le portefeuille a ainsi clôturé l’année, en valeur comptable, à 77,6 milliards de dirhams contre 80,13 milliards une année auparavant. La réserve a ainsi baissé de 3,13 % à 2,51 milliards de dirhams. La valeur marché du fonds de réserve s’est établie à 90,71 milliards de dirhams, en recul de 4,61 % », explique l’Économiste.

 

Pour 2019, les prévisions tablent sur un déficit de 8,4 milliards de dirhams contre 14,6 milliards si la réforme paramétrique de 2006 n'avait pas été mise en place. Les déficits devraient s’aggraver progressivement pour atteindre 19,5 milliards de dirhams en 2027. Le360 révèle que les engagements de la CMR sont quatre fois supérieurs aux recettes prévisionnelles, soit 671,01 milliards de dirhams. Le taux de préfinancement du régime des pensions civiles s’établit quant à lui à seulement 35,78 %.


 

L’effondrement des régimes de retraites marocains risquerait de provoquer une crise sans précédent. Les retards dans la mise en œuvre d’une réforme dans ce sens pourraient coûter cher aux contribuables comme à l’économie du pays dans l'avenir. 

Échanges extérieurs : les principaux partenaires commerciaux du Maroc

Dans son dernier rapport annuel portant sur les échanges commerciaux du Maroc en 2020, l’Office des changes a indiqué que les transactions commerciales du pays avec le reste du monde ont enregistré un...

La reprise s’annonce bonne, mais reste menacée par la Covid-19

Au cours du deuxième trimestre 2021, le contexte international aurait été marqué par la poursuite d...

IPE : le CESE préconise une réforme «systémique progressive»

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a récemment publié une étude sur le système...

HCP : les perspectives économiques sont bonnes

Dans son budget économique exploratoire de 2022, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) présente une ré...

Africa Motors : lancement officiel du Camion de la marque Foton au Maroc

Ce jeudi 15 juillet, lors d'une conférence de presse, Africa Motors, filiale du groupe automobile Auto Hall, a annoncé le lancement officiel du camion de la marque Foton baptisé Foton TM au Maroc. Cec...

Réforme fiscale : les conseillers adoptent le projet de loi-cadre n°19-69

Le projet de loi-cadre n°19-69 portant sur la réforme fiscale a été adopté ce mardi 13 juillet en séance plénière par la Chambre des conseillers. L’objectif de ce nouveau texte de loi est de détermine...