Aller au contenu principal

La Tunisie peine à former un nouveau gouvernement

Le chef du gouvernement tunisien désigné, Habib Jemli, a annoncé que le nouveau gouvernement sera composé à 100 % d’indépendants. Il a pris cette décision après l’échec de ses négociations avec les quatre principales formations du pays, notamment les parties Ennahdha, Attayar, Echaâb et Tahya Tounès. Ces derniers déplorent que pour approuver leur participation à l'Exécutif, Jemli leur ait imposé des « conditions extrêmes ».

Par Nora Jaafar, Publié le 25/12/2019 à 17:32, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

La Tunisie peine à former une nouvelle coalition gouvernementale. En ce début de semaine, Habib Jemli, chef du gouvernement tunisien, a annoncé la formation « d’un gouvernement de compétences nationales, indépendantes des partis ». Jemli, candidat du parti Ennahdha sorti victorieux après les élections législatives du 6 octobre 2019, a été désigné le 15 novembre par le chef d’État, Kais Saïed, pour former un nouveau gouvernement. Pour ce faire, il a bénéficié d’un délai d’un mois, renouvelable une seule fois, rapporte AfriquInfo. Incapable de proposer une formation le 15 décembre, il a entamé une nouvelle série de négociations avec les quatre principaux partis du pays pour sortir de cette impasse politique. Ces quatre formations, notamment Ennahdha, Attayar, Echaâb et Tahya Tounès, ont toutefois décidé ce week-end de se retirer. Le puissant quatuor a soutenu que pour accepter sa participation à l'Exécutif, le chef de gouvernement lui a imposé des « conditions extrêmes ».

 

Selon Hespress, Jemli a fait le choix de confier les ministères les plus importants, ceux ayant trait à l’économie et au développement du pays à des technocrates, laissant aux autres formations le choix entre 15 autres porte-feuilles ministériels. Il aurait en plus refusé de discuter avec les membres des partis des profils qu’il comptait nommer. Face au niet catégorique des quatre formations et à l’approche de la fin du deuxième et ultime délai pour composer un nouveau cabinet (15 janvier), Jemli a décidé d’opter pour un gouvernement composé de compétences indépendantes n’appartenant à aucun parti politique. Il a souligné que l’intégrité, un casier judiciaire vierge ainsi que l’expérience seront les principaux critères des membres de sa coalition. « La Tunisie ne peut plus supporter davantage de conflits économiques et sociaux », a-t-il lancé.

 

Pour sa part, la presse tunisienne présente une autre théorie. Selon le quotidien tunisien La Presse, c’est Rached Ghannouchi, chef de file du parti Ennahdha et président du Parlement tunisien, qui aurait proposé à Jemli l’idée d’un gouvernement composé entièrement de technocrates. En effet, les partis anti-Ennahdha ont réagi négativement à l’option gouvernement de compétences indépendantes. La même source rapporte que la formation Echaâb affirme que le gouvernement Jemli « sera un gouvernement incolore, inodore et insipide ». Le parti destourien libre juge que la manœuvre discrète de Ghannouchi et de Jemli digne « d’un feuilleton turc ou mexicain ». Le parti Afek Tounès considère quant à lui la décision du chef de gouvernement comme « une tentative de manipuler l’opinion publique au nom de l’indépendance, de camoufler des alliances non déclarées et de ne pas en assumer les conséquences ».

 

Le site d’information tunisienne Tunisie numérique parle, quant à lui, du « double coup d’État de Rached Channouchi ». Le média affirme que le président du parlement tunisien a multiplié les efforts pour repousser l’offre de médiation de Kais Saïed. Ce dernier cherchait à rapprocher les membres de puissant quatuor du pays, pour aider et faciliter la formation d’un nouveau gouvernement. La source souligne qu’Ennahdha, Ettayar, Echaab et Tahya Tounes manquent de confiance mutuelle entre ses composantes, ce qui constitue un lourd handicap congénital. Tunisie numérique reprend rejoind également le quotidien La Presse et confirme que ce sont bien Ghannouchi et son parti qui ont proposé la formation d’un gouvernement de compétences nationales indépendantes. Preuve à l’appui, le média rapporte une déclaration du chef du parti islamiste : « le gouvernement de compétences indépendantes bénéficiera d’un soutien plus large que les soutiens obtenus par les gouvernements précédents ». Ghannouchi ajoute : « Ce gouvernement est le mieux pour la Tunisie dans la situation actuelle et il sera ouvert à tous les partis, à toutes les tendances ou autres ».

Nouvelles frappes aériennes israéliennes à Gaza

Ce jeudi soir, peu avant minuit, l’armée de défense d’Israël (Tsahal) a mené des frappes aériennes contre des positions du Hamas à Gaza, en représailles à des tirs de ballons incendiaires vers l’État ...

Le calvaire des Algériens bloqués en France

Bien qu’Air Algérie ait annoncé fin mai 2021 la reprise des vols et les conditions pour rentrer dans le pays nord-africain, les deux agences de la compagnie en France gardent encore leurs portes close...

Hong Kong : une descente de 500 agents au Apple Daily

Ce jeudi 17 juin, 500 policiers ont fouillé les ordinateurs et les carnets de notes des journalistes du tabloïd pro-démocratique Apple Daily à Hong Kong. La police a arrêté cinq cadres du journal aprè...

Analyse de la situation sécuritaire au Sahel

Après les attentats qui ont eu lieu dans le village de Solhan au Burkina Faso, des milliers de manifestants sont sortis dans les rues pour dénoncer le laxisme des autorités. Dans ce podcast, Emmanuel ...

USA-Russie : première rencontre de Joe Biden avec Vladimir Poutine

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont conclu ce mercredi après-midi leur sommet de Genève, en Suisse, mettant ainsi fin à leur première rencontre depuis l’entrée...

Gaza : échanges de tirs entre Israël et le Hamas

Dans la matinée de ce mercredi, l’aviation israélienne a mené des frappes dans la bande de Gaza. Selon des sources sécuritaires palestiniennes et une station de radio du Hamas, elle a visé au moins un...