Aller au contenu principal

La Tunisie peine à former un nouveau gouvernement

Le chef du gouvernement tunisien désigné, Habib Jemli, a annoncé que le nouveau gouvernement sera composé à 100 % d’indépendants. Il a pris cette décision après l’échec de ses négociations avec les quatre principales formations du pays, notamment les parties Ennahdha, Attayar, Echaâb et Tahya Tounès. Ces derniers déplorent que pour approuver leur participation à l'Exécutif, Jemli leur ait imposé des « conditions extrêmes ».

Par Nora Jaafar, Publié le 25/12/2019 à 17:32, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

La Tunisie peine à former une nouvelle coalition gouvernementale. En ce début de semaine, Habib Jemli, chef du gouvernement tunisien, a annoncé la formation « d’un gouvernement de compétences nationales, indépendantes des partis ». Jemli, candidat du parti Ennahdha sorti victorieux après les élections législatives du 6 octobre 2019, a été désigné le 15 novembre par le chef d’État, Kais Saïed, pour former un nouveau gouvernement. Pour ce faire, il a bénéficié d’un délai d’un mois, renouvelable une seule fois, rapporte AfriquInfo. Incapable de proposer une formation le 15 décembre, il a entamé une nouvelle série de négociations avec les quatre principaux partis du pays pour sortir de cette impasse politique. Ces quatre formations, notamment Ennahdha, Attayar, Echaâb et Tahya Tounès, ont toutefois décidé ce week-end de se retirer. Le puissant quatuor a soutenu que pour accepter sa participation à l'Exécutif, le chef de gouvernement lui a imposé des « conditions extrêmes ».

 

Selon Hespress, Jemli a fait le choix de confier les ministères les plus importants, ceux ayant trait à l’économie et au développement du pays à des technocrates, laissant aux autres formations le choix entre 15 autres porte-feuilles ministériels. Il aurait en plus refusé de discuter avec les membres des partis des profils qu’il comptait nommer. Face au niet catégorique des quatre formations et à l’approche de la fin du deuxième et ultime délai pour composer un nouveau cabinet (15 janvier), Jemli a décidé d’opter pour un gouvernement composé de compétences indépendantes n’appartenant à aucun parti politique. Il a souligné que l’intégrité, un casier judiciaire vierge ainsi que l’expérience seront les principaux critères des membres de sa coalition. « La Tunisie ne peut plus supporter davantage de conflits économiques et sociaux », a-t-il lancé.

 

Pour sa part, la presse tunisienne présente une autre théorie. Selon le quotidien tunisien La Presse, c’est Rached Ghannouchi, chef de file du parti Ennahdha et président du Parlement tunisien, qui aurait proposé à Jemli l’idée d’un gouvernement composé entièrement de technocrates. En effet, les partis anti-Ennahdha ont réagi négativement à l’option gouvernement de compétences indépendantes. La même source rapporte que la formation Echaâb affirme que le gouvernement Jemli « sera un gouvernement incolore, inodore et insipide ». Le parti destourien libre juge que la manœuvre discrète de Ghannouchi et de Jemli digne « d’un feuilleton turc ou mexicain ». Le parti Afek Tounès considère quant à lui la décision du chef de gouvernement comme « une tentative de manipuler l’opinion publique au nom de l’indépendance, de camoufler des alliances non déclarées et de ne pas en assumer les conséquences ».

 

Le site d’information tunisienne Tunisie numérique parle, quant à lui, du « double coup d’État de Rached Channouchi ». Le média affirme que le président du parlement tunisien a multiplié les efforts pour repousser l’offre de médiation de Kais Saïed. Ce dernier cherchait à rapprocher les membres de puissant quatuor du pays, pour aider et faciliter la formation d’un nouveau gouvernement. La source souligne qu’Ennahdha, Ettayar, Echaab et Tahya Tounes manquent de confiance mutuelle entre ses composantes, ce qui constitue un lourd handicap congénital. Tunisie numérique reprend rejoind également le quotidien La Presse et confirme que ce sont bien Ghannouchi et son parti qui ont proposé la formation d’un gouvernement de compétences nationales indépendantes. Preuve à l’appui, le média rapporte une déclaration du chef du parti islamiste : « le gouvernement de compétences indépendantes bénéficiera d’un soutien plus large que les soutiens obtenus par les gouvernements précédents ». Ghannouchi ajoute : « Ce gouvernement est le mieux pour la Tunisie dans la situation actuelle et il sera ouvert à tous les partis, à toutes les tendances ou autres ».

La guerre dans l'espace a-t-elle déjà commencé ?

En 2020, quelques semaines après l’annonce par l’ancien président américain Donald Trump de la création d’une Space Force, deux satellites russes auraient pris en chasse un satellite-espion américain....

FMI : l’accès inégal aux vaccins creuse les inégalités économiques

Ce mardi 27 juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a publié ses prévisions économiques mondiales actualisées. Dans ce rapport, l’institution internationale, qui maintient sa prévision de croi...

Démarrage du plus grand procès pénal de l’histoire moderne du Vatican

Un cardinal catholique romain, autrefois proche allié du pape François, va être jugé au Vatican, pour avoir détourné des fonds de l’Église dans un projet immobilier ruineux à Londres. Le cardinal en q...

Biden met fin à la mission de combat des troupes américaines en Irak

Ce lundi 26 juillet, le président américain Joe Biden et le Premier ministre irakien Moustafa al Kadhimi ont signé un accord mettant formellement fin à la mission de combat de l’armée américaine en Ir...

Les projets transhumanistes financés par des milliardaires

Plusieurs idées révolutionneront le monde de demain : aller sur Mars, ne plus vieillir, survivre aux maladies, guérir d’un handicap ou conserver son esprit à tout jamais... Ces idées sont souvent port...

Les deux Corées rétablissent leurs canaux de communication

Ce mardi 27 juillet, la Corée du Nord et sa voisine du Sud ont annoncé le rétablissement de leurs canaux de communication, et ce, via leur hotline directe. Cette décision, qui a été simultanément anno...