Aller au contenu principal

Fisc/promoteurs immobiliers : Un deal « gênant »

L’administration fiscale et les promoteurs immobiliers ont signé un accord similaire à celui conclu avec les professions libérales. Sauf que les déclarations du fisc et des promoteurs entretiennent le flou sur la nature de l’arrangement. Les promoteurs avancent que ceux qui effectueraient les déclarations rectificatives seraient exempts de contrôle sur 4 ans. La position du Fisc est différente alors que l’État s’est engagé à mettre fin aux avantages fiscaux dont bénéficie la promotion immobilière en 2020.

Par J.R.Y, Publié le 24/12/2019 à 12:57, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

L’administration fiscale et les promoteurs immobiliers ont conclu un gentleman agreement pour permettre à ceux qui ne seraient pas en règle de régulariser leur situation fiscale avant le 31 décembre. Le deal serait plus intéressant que les amnisties prévues dans la loi de finances 2020.

 

L’information avait été en premier lieu rapportée par l’Économiste. Démentie dans un premier temps par le fisc, il semble qu’un accord existe bel et bien. La presse électronique (Ecoactu, Le 360...) en a fait l’écho ces derniers jours et L’Économiste est revenu à la charge dans son édition de ce mardi 24 décembre. L’arrangement entre les deux parties ressemble à celui conclu avec les professions libérales. Sauf que les déclarations des parties concernées entretiennent le flou sur la nature de l’arrangement. Les promoteurs avancent que ceux qui effectueraient les déclarations rectificatives ne seraient pas contrôlés sur les quatre exercices précédents, c’est-à-dire de 2015 à 2018. La position du Fisc est différente : « Ils peuvent conformément à la loi rectifier spontanément leurs déclarations, mais l’administration n’accorde pas de dispense du contrôle », souligne un responsable de l’administration fiscale cité par L’Économiste.

 

L’immobilier déjà bien favorisé

Pour le fisc, le déballage autour du deal avec les promoteurs est gênant surtout en raison des critiques sur les dérogations accordées au secteur ces dernières années. Au niveau sectoriel, l’Immobilier a été l’un des principaux bénéficiaires des niches fiscales ces dernières années. L’objectif était de favoriser l’accès au logement au plus grand nombre avec la mise en place de produits à 250 000 DH notamment. Le programme a permis de résorber le déficit en logement et de favoriser l’accès à un habitat salubre à une partie de la population. Cependant, le bilan global est bien en dessous des attentes selon un diagnostic de la Cour des comptes.

 

L’État s’est engagé à mettre fin aux avantages fiscaux dont bénéficie le secteur immobilier en 2020. Bizarrement, les avantages fiscaux accordés aux promoteurs immobiliers se sont établis 769 millions de DH en 2018 et 734 millions de DH en 2019. Les trois années précédentes, ils se sont élevés en moyenne annuelle à 2,5 milliards de DH.

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...