Aller au contenu principal

Aide européenne : Le Maroc "gaspille"

"L'aide financière accordée par l'Union européenne au Maroc entre 2014 et 2018 n'a généré qu'une faible valeur ajoutée et n'a guère permis de soutenir les réformes". C'est la conclusion du rapport de la Cour des comptes européenne. Le diagnostic des magistrats aura des effets sur le soutien qu'apporte l'Union européenne au Maroc. Il est clair que dans les conditions actuelles, elle va mieux contrôler l'utilisation des fonds. Entre 2014 et 2020, le montant de l'aide est fixé à 1,47 milliard d'euros.

Par J.R.Y, Publié le 12/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Décidément le Maroc dépense mal. Cette fois-ci, la remarque vient de la Cour des comptes européenne qui a audité l'aide accordée au Royaume.

 

Le constat des magistrats est sans ambages : "l'aide financière accordée par l'Union européenne au Maroc entre 2014 et 2018 n'a généré qu'une faible valeur ajoutée et n'a guère permis de soutenir les réformes", rapportent plusieurs confrères. Le diagnostic des magistrats ne restera pas sans effet et impactera le soutien qu'apporte l'Union européenne au Maroc. Il est clair que dans les conditions actuelles, elle va mieux contrôler l'utilisation des fonds. Le rapport doit permettre d'influer sur la gouvernance de l'aide au moins pour ce qui reste dans le cadre de l'accord couvrant la période 2014-2020. Celui-ci porte sur un montant de 1,47 milliard d'euros.

 

Un manque d’ambition

 

Dans son soutien au Maroc, l'Union européenne accorde la priorité à l'accès équitable aux services sociaux de base. Plus de 441 millions d'euros y sont consacrés pour la période 2014-2020. Le soutien à la gouvernance démocratique, à l'Etat de droit et à la mobilité bénéficie d'une enveloppe de 338 millions d'euros. Et, plus de 367 millions d'euros sont alloués aux mesures de soutien à l'emploi, la croissance durable et inclusive.

 

L'audit de la Cour des comptes met le doigt sur le manque d'ambitions et de cohérence de certaines mesures. Dans le secteur de la Santé par exemple, l'aide européenne devait servir à réduire les disparités entre zones urbaines et rurales ainsi qu’à améliorer la question du manque de personnel. "Le programme d'appui budgétaire était surtout centré sur la réduction des disparités. Pour le manque de personnel, il ne comportait qu'une seule valeur cible, peu ambitieuse, à savoir la formation de seulement 13 médecins de famille en seulement trois ans", relève L'Economiste. Par ailleurs, le Programme d'appui à la croissance et à la compétitivité du Maroc (PACC) reposait sur trois stratégies dont deux dépourvues d'objectifs datés, critique la Cour des comptes. De même, le PACC couvrait un trop grand nombre de secteurs, ce qui peut limiter son efficacité.

 

Si le Maroc souhaite garder la main sur la gestion et l’utilisation de cette aide, il va falloir qu’il revoit sa copie et se montre plus ambitieux dans les réformes préconisées par l’Union Européenne.


  • Partagez

Budget : de légers ajustements

L’idée d’une suspension de certaines dépenses publiques a semé la panique dans le milieu des affair...

Covid-19 : le marché de l’automobile en chute libre

Les ventes globales du marché automobile ont enregistré en mars 2020 une baisse de 61,6% par rappor...

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...