Aller au contenu principal

Médiateur: près d’un quart des plaintes déposées ont été réglées

Ce mardi 3 décembre 2019, le médiateur du royaume Mohamed Benalilou a présenté le rapport annuel de son institution au titre de l’année 2018. Il souligne que son organisme, chargé d’assurer l’équité et la justice entre citoyens et administrations, a reçu en 2018 près de 10 000 plaintes, dont 72 % ne rentrent pas dans ses prérogatives. Au total, 2110 requêtes ont été traitées et seules 480 ont été réglées définitivement, soit un taux de 22,75 %.

Par Mohamed Laabi, Publié le 05/12/2019 à 13:29, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Invité le mardi dernier au forum de la MAP à Rabat, Mohamed Benalilou, directeur de l’institution du médiateur a profité de l’occasion pour présenter au roi Mohammed VI son rapport annuel 2018. Durant l’année 2018, l’institution a reçu exactement 9 865 plaintes et doléances, en hausse de 5,2 % par rapport à 2017. Plus de 72 % de ces plaintes ne rentrent pas dans les prérogatives de l’institution, rapportent nos confrères de Médias24. Les principaux départements concernés par ces requêtes sont les ministères de la Justice et de l’Intérieur, rapporte la même source.

 

Seules 2738 plaintes rentrent dans les prérogatives du médiateur. Elles ont été principalement initiées par des personnes physiques (80 %), dont 25 % de femmes. Elles sont suivies par les groupes de personnes (12 %) et les personnes morales (7 %). Sur ces 2 738 plaintes recevables, 2 110 ont été traitées, mais seules 480 ont été réglées définitivement, soit un taux de 22,75 %.

 

Dans son édition du 4 décembre 2019, l’Économiste remarque que les régions qui ont émis le plus grand nombre de doléances ne sont « curieusement » pas des centres administratifs. La région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma et celle de Fès-Meknès arrivent en tête, avec des taux respectifs de 17,8 % et 15,5 % de plaintes. La région de Casablanca-Settat ainsi que la région Rabat-Salé-Kénitra sont 3e et 4e au classement, avec respectivement 12,8 % et 11,4 %. Le journal estime que sur l’ensemble des requêtes reçues par le médiateur durant cette année, plus de 60 % ont un caractère administratif. Les dossiers liés à des problèmes financiers ou fonciers occupent la 2e et 3e position, avec respectivement 15,6 % et 14,8 %.

 

« Une lenteur des transformations »

Pour le médiateur, le nombre de doléances reçues durant cette année 2018 traduit le faible impact des réformes menées au niveau de l’administration sur le vécu des usagers. Benalilou dénonce une « lenteur du rythme des transformations au niveau des administrations ». Il réclame ainsi une réalisation plus rapide de ces amendements afin d’évaluer les relations avec les citoyens, rapporte l’Économiste. Enfin, le Médiateur du Royaume appelle à l’abolition de certaines pratiques malsaines affirmant que la moralisation des services publics doit être au centre des efforts de mise à niveau.

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...