Aller au contenu principal

Brève histoire de la fête internationale du Travail

Le mercredi 1er mai, c'est la Fête du travail ou Fête internationale des travailleurs. Cette célébration a une longue histoire, qui va de ses racines radicales dans les premiers mouvements socialistes, en passant par des manifestations parfois violentes qu'on connaît aujourd'hui.

Par H.L.B, Publié le 29/04/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Une journée aux origines profondément politiques

Le 1er mai était déjà célébré dans le monde entier comme une ancienne fête printanière où l'on célébrait les fleurs et la danse. Mais cette date a ensuite été proposée comme une journée de reconnaissance des droits des travailleurs par la Deuxième Internationale, une coalition de partis socialistes et marxistes ainsi que des groupes ouvriers fondée à Paris, dans le cadre d'une révolution mondiale concernant les conditions de travail et la prise de conscience quant aux calvaires de la classe des travailleurs.

 

Fête du Travail aux États-Unis

Les origines de la fête sont liées à l'histoire des États-Unis. La Conférence socialiste internationale a choisi la date à Paris en 1889 en partie pour commémorer ce qui est devenu l'affaire Haymarket. Une manifestation pacifique à Chicago pendant laquelle les militants qui réclamaient le droit d'avoir une journée de travail de huit heures ont été bombardés le 4 mai 1886, provoquant une émeute qui a fait plusieurs morts, dont des policiers et des manifestants.

 

L'Oregon est devenu le premier État à reconnaître la fête du Travail comme jour férié officiel en 1887, reflétant l'influence croissante des syndicats aux États-Unis. Le président américain Grover Cleveland l'a déclarée fête nationale officielle en 1896, bien que de nombreux États l'aient déjà célébré par des festivités telles que des défilés et des carnavals. Mais contrairement à bien d'autres endroits, les États-Unis et le Canada célèbrent traditionnellement la fête du Travail le premier lundi de septembre.

 

Le premier 1er mai au Maroc

Au Maroc, la première fête du Travail a eu lieu en 1951. À l’appel des syndicats, un rassemblement a eu lieu au stade Père Jégo à Casablanca. Il ne dura pas longtemps : il fut dispersé par les forces de l’occupation. Le Maroc étant sous protectorat français, la principale revendication des travailleurs était naturellement que le Royaume recouvre son indépendance.

 

Il fallut attendre le 1er mai 1955 pour assister à un défilé des travailleurs marocains sous l’égide de l’Union marocaine du travail (UMT), créée le 20 mars de la même année sur la base de trois principes fondamentaux : l'union, l'indépendance et la démocratie.

 

Les années se suivent, les revendications changèrent dépendamment des crises et des problèmes que connaissait le pays. De l’indépendance au travail pour tous jusqu’à la liberté syndicale et d’expression, les slogans évoluèrent au fil du temps.

 

Ce 1er mai 2019 est toutefois différent. Le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, est parvenu, après deux années de pourparlers, à se mettre d’accord avec les représentants des salariés et des fonctionnaires sur les termes du compromis social. Un accord tripartite d’une durée de trois ans, 2019-2021, qui répond selon El Othmani à “l’amélioration du pouvoir d’achat des fonctionnaires et des salariés du secteur privé pour la promotion sociale dans notre pays”.


  • Partagez

Artisanat : adoption d’un projet de loi pour restructurer le secteur

Afin de faire face aux répercussions de la pandémie du coronavirus et de promouvoir l’artisanat mar...

Député américain : Trump devrait soutenir le Maroc au sujet du Sahara

Dimanche 28 juin, Paul Gosar, député républicain à la Chambre américaine des représentants, invité de l’émission de Medi1 TV "Avec le Maroc depuis Washington", a appelé l’administration Trump à «dénon...

Réunion du Comité central de l’Istiqlal : Baraka alerte le gouvernement

Le parti de l’Istiqlal (PI) a tenu samedi dernier une réunion de son Comité central. Le secrétaire ...

La guerre Amnesty-Maroc se poursuit

Le Maroc a rejeté le récent rapport d’Amnesty International dans lequel l’ONG affirme que le gouvernement marocain aurait lancé des attaques informatiques contre le journaliste Omar Radi. Le vendredi ...

Le Maroc commande à Boeing 24 hélicoptères Apache

Jeudi 25 juin, le département américain de la Défense a annoncé que le Maroc a passé une commande de 24 hélicoptères AH-64 E Apache auprès de Boeing. Le montant total de cette commande serait de 4,25 ...

Le roi Mohammed VI reçoit un appel du président tunisien

Samedi 27 juin, Sa Majesté le roi Mohammed VI a eu un échange téléphonique avec Kaïs Saïed, le président tunisien. Ce dernier lui a souhaité un prompt rétablissement après sa chirurgie cardiaque. Selo...