Aller au contenu principal

La Maison-Blanche prive le Liban d’une aide de 105 millions de dollars

La Maison-Blanche retarde l’octroi d’une aide sécuritaire au Liban d’une valeur de plus de 100 millions de dollars, et ce sans aviser les législateurs et les décideurs politiques américains. Cette nouvelle information a été confirmée publiquement par David Hale, un haut responsable du département d’État, lors de son témoignage face à la Chambre des représentants dans le cadre de l’enquête de destitution menée contre le président Donald Trump.

Par Nora Jaafar, Publié le 20/11/2019 à 10:52, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Hale, un diplomate au département d’État américain, a reconnu ce gel de fonds en parlant sous serment devant les législateurs. Interrogé sur le retard controversé de l’assistance militaire à l’Ukraine, il a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un cas isolé et a évoqué le Liban. « Des informations m’ont été communiquées à partir de fin juin selon lesquelles une suspension de l’aide de l’Ukraine et de l’aide militaire libanaise avait été mise en place, et ce sans aucune explication », a déclaré Hale, le sous-secrétaire d’État des affaires politiques, révèle une transcription publiée par les législateurs ce lundi 18 novembre. « Elle (l’aide) n’a toujours pas été débloquée », a-t-il affirmé dans sa déposition du 6 novembre, lorsqu’on lui a demandé où en était l’aide destinée au Liban, rapporte le New York Times.

 

En réponse à la question sur la raison pour laquelle la Maison-Blanche ne débourse pas les fonds approuvés par le Congrès, Hale a indiqué qu’il y avait apparemment « un différend quant à l’efficacité de l’assistance », mais sa réponse complète a été censurée sur la retranscription, souligne la même source. Selon le quotidien Asharq Al Awsat, l’administration Trump, qui n’a pas expliqué sa décision, veut faire pression sur le Hezbollah libanais pour l’isoler de son allié, l’Iran. Ce gel de fonds est intervenu avant le déclenchement au Liban, le 17 octobre, des manifestations antigouvernementales. Notons que ce mouvement de protestation qui dénonce la crise économique du pays et sa corruption endémique a poussé le Premier ministre, Saad Hariri, à démissionner.

 

Par ailleurs, le New York Times indique que deux démocrates ont déploré, dans une lettre récemment adressée à la Maison-Blanche, que ce « blocage injustifié et inexpliqué » avait affecté 105 millions de dollars d’aide au Liban, y compris des véhicules militaires, des armes et des munitions. Il s’agit d’Eliot Engel, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, et de Ted Deutch, chef de sa sous-commission chargée du Moyen-Orient. Ces derniers ont écrit que le Liban « est confronté à des risques imminents qui menacent ses forces de sécurité, notamment l’État Islamique, Al-Qaida et leurs partisans ainsi que les rebelles du Hezbollah, qui ne cessent de se multiplier et de renforcer leurs puissances » dans la région. « Une armée libanaise plus compétente est clairement dans l’intérêt des États-Unis et du Liban », ajoutent-ils.

 

Hale a déclaré en outre que les hauts responsables du département d’État et du Pentagone, chargés du Moyen-Orient, se demandaient si le gel de l’aide par le Bureau de la gestion et du budget de la Maison-Blanche était devenu « la nouvelle norme » de l’administration Trump.

 

Pour rappel, Trump fait actuellement face à une enquête de destitution initiée par les démocrates américains, qui l’accusent de n’avoir pas fourni l’aide nécessaire pour combattre les séparatistes soutenus par la Russie et d’avoir forcé le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, à déterrer des informations sur son rival à l’élection présidentielle de 2020, le démocrate Joe Biden. Trump nie toujours tout acte répréhensible.

G7 : un front uni pour vacciner plus contre la Covid-19 et protéger le climat

Ce dimanche 13 juin, après trois jours d’intenses discussions, le sommet de Carbis Bay, en Cornouailles, des sept pays les plus industrialisés (G7), s’est achevé. À l’issue de cet évènement, les dirig...

Mexique : les violences meurtrières envers les journalistes

25 ans après, les médias internationaux, coordonnés par Forbidden Stories ont décidé d’enquêter sur les violences meurtrières dont sont victimes les journalistes au Mexique. Le lancement de cette inve...

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...