Aller au contenu principal

Liban : le mouvement de protestations entame sa 3e semaine

Par Nora Jaafar, Publié le 31/10/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les militants ont érigé ce jeudi 31 octobre des barrages routiers partout au Liban, alors que leur mouvement de protestation révolutionnaire, réclamant un changement politique, entame sa troisième semaine de manifestation.

 

La colère des Libanais a éclaté le 17 octobre suite à l’introduction par le gouvernement d’une nouvelle taxe sur les appels via des applications de messageries. Le peuple scandalisé est sorti dans la rue pour protester contre ce projet de loi, qui a finalement été retiré. Cependant, le mouvement de protestation s’est vite transformé en une condamnation de l’élite politique qui, selon les manifestants, est responsable de l’effondrement économique du Liban. Les Libanais, qui vivent un rare moment d’unité nationale, ont ainsi mis au pilori les politiciens de tous les partis, réclamant de meilleurs services publics, la fin de la corruption endémique et une refonte complète de la politique sectaire du pays.

 

En outre, cédant à la pression de la rue, le Premier ministre, Saad El Hariri a présenté, le mardi 29 octobre, la démission de son gouvernement. Cette démarche a permis d’assouplir le blocus qui dure depuis deux semaines, et certaines routes principales ont brièvement rouvert. Les banques aussi devraient rouvrir leurs portes ce vendredi, mais les manifestants sont toujours dans les rues, désireux d’exploiter jusqu’au bout l’une des seules formes d’influence dont ils disposent pour faire valoir leurs revendications.

 

Le président Michel Aoun doit par ailleurs faire ce soir un discours à 20 h (18 h GMT) à l’occasion du troisième anniversaire de son élection à la tête de l’État. Ce dernier a promis le mercredi 30 octobre la formation d’un « gouvernement propre », affirmant que le mouvement de protestation « a ouvert la voie à de grandes réformes ». Toutefois, la constitution d'une nouvelle coalition au Liban peut prendre des mois, chaque dirigeant et chef de parti sectaire cherchant à protéger ses propres intérêts communautaires.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...