Aller au contenu principal

Armement : le Maroc va créer sa propre industrie militaire

Le Maroc réfléchit sérieusement à lancer sa propre industrie d’armement afin de réduire ses lourdes dépenses d’achat d’armes. Le budget militaire de l’année 2020 est estimé à 39,3 milliards de dirhams, soit une hausse de 10 % par rapport à l’année 2019 (35,9 milliards de dirhams en 2019). Cette démarche envisagée par le royaume a reçu le soutien de plusieurs pays, dont l’Espagne, la Grande-Bretagne et le Brésil.

Par Mohamed Laabi, Publié le 20/11/2019 à 10:56, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le Maroc va exiger de tous ses fournisseurs d’armement de s’engager à transférer aux forces armées royales (FAR) la technologie de fabrication de matériel militaire et d’équipements, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia, ce mercredi 20 novembre 2019. Le journal cite les propos du ministre délégué chargé de l’administration de la défense nationale, Abdellatif Loudiyi. « Les fournisseurs devront créer des sociétés d’armement au Maroc et transférer leurs expériences et compétences aux forces armées royales », déclare Loudiyi dans un rapport de la commission des affaires étrangères et de la défense nationale.

 

Al Ahdath rappelle les orientations recommandées par le roi Mohammed VI lors du 63e anniversaire de la création des forces armées royales. Le souverain avait appelé à adopter une nouvelle dynamique militaire à travers l’auto développement des industries militaires. Il a également exhorté les forces armées royales à se pencher sur les programmes de recherche scientifique et technique pour les développer dans les domaines militaires et sécuritaires. Des programmes qui devront se faire aux niveaux africain et mondial, afin d’échanger les expériences et les compétences afin de s’adapter avec l’évolution rapide des domaines de la sécurité et de la défense.

 

Par ailleurs, le journal indique que le Maroc a signé plusieurs accords d’achat de brevets de création d’armes de défense auprès de compagnies industrielles européennes, russes, chinoises et indiennes. La même source souligne que le royaume reçoit le soutien de l’Espagne, la Grande-Bretagne et le Brésil pour la création de sa propre industrie militaire. Notons que le ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Araujo, a indiqué, en juin dernier, que Rabat et Brasilia avaient signé un accord relatif au transfert de la technologie militaire au Maroc.

 

L'accompagnement après carrière

Les dépenses au profit des ex-militaires blessés ou morts lors de l’exercice de leurs fonctions militaires ont atteint les 720 millions de dirhams en 2019. Ce montant a été versé au profit des 250 000 personnes sous la charge de la Fondation Hassan II pour les œuvres sociales des anciens militaires et anciens combattants, rapporte le quotidien Al Massae, ce 20 novembre 2019. D’un autre côté, 767 millions de dirhams ont été déboursés entre l’année 2015 et 2019 pour les militaires retraités, rappelle la même source. Au total, 33 069 retraités militaires ont profité de la prime de retraite durant cette période.

Vacances d'été : l'ONCF annonce une nouvelle offre

Après le lancement de l’offre "Ahlan" destinée aux Marocains du monde et le renforcement des dessertes de Tanger et de l’aéroport Mohammed V, l’Office national des chemins de fer (ONCF) lance un plan ...

La 6e édition du Digital Brunch se consacre au Gaming, E-sports & Marketing

Le marché du Gaming connait une croissance indéfinie et il est important que les spécialistes du marketing digital comprennent comment ils vont participer à ce secteur et comment ils vont lui allouer ...

Paiements sans contact : une augmentation de 700%

Le cabinet d’intelligence économique et de conseil Oxford Business Group (OBG) a réalisé une enquête sur la transformation digitale que connaissent les services financiers au Maroc. Réalisé en partena...

Industrie : les entreprises anticipent une hausse

Dans une récente note de conjoncture, le Haut-Commissariat au plan (HCP) présente les principales appréciations des chefs d’entreprises opérant dans les secteurs des industries manufacturières, de l’e...

Qu’est-ce que le “Flash crash” ?

Le marché financier américain a connu son premier "Flash crash" le 6 mai 2010. Cet effondrement boursier éclair était sans précédent. En effet, c’était une chute brutale, mais très brève, des cours de...

BAM : ce qu’il faut retenir du point de presse de Jouahri

Abdellatif Jouahri, wali de la banque centrale, a tenu ce mardi 22 juin 2021 une conférence de pres...