Aller au contenu principal

Les contractuels s'unissent et menacent le gouvernement

Plus rien ne va entre le ministère de tutelle et les enseignants-cadres des AREF (Académie Régionale d’Éducation et de Formation), dit « contractuels ». La Coordination nationale des enseignants contractuels a appelé à une grève nationale de deux jours en décembre, continuant à lutter pour l’égalité avec les enseignants du secteur public. Elle a publié un communiqué le 10 novembre, appelant tous les syndicats de l’éducation à participer à la grève prévue les 3 et 4 décembre.

Par Nora Jaafar, Publié le 12/11/2019 à 14:35, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le communiqué de la Coordination nationale des enseignants contractuels a appelé les différents syndicats du secteur de l’enseignement à participer à la grève nationale des 3 et 4 décembre. Il s’est également adressé à l’ensemble des enseignants à l’échelle nationale en leur demandant d’organiser des protestations en parallèle avec cette grève, rapporte H24.

 

Selon le quotidien Le Matin, le ministère de l’Éducation nationale n’a toujours pas réagi à cette nouvelle annonce de grève. Dans un communiqué de presse au début du mois, le ministère d’Amzazi avait affirmé sa disposition à réexaminer ce dossier « avec comme finalité la consolidation de la stabilité professionnelle et sociale et la motivation de cette catégorie, à l’instar du reste du personnel de ce secteur ». La même source rappelait que le département avait interagi positivement avec les revendications des enseignants-cadres des AREF (Académie Régionale d’Éducation et de Formation), « à travers la révision du statut, selon une démarche accordant la force légale nécessaire au recrutement régional et assurant à cette catégorie une situation professionnelle similaire à celle des assujettis au statut des fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale ».

 

Cependant, « les contractuels » ont décidé de poursuivre leurs protestations, quelques semaines après la rencontre de la Coordination avec le ministre de l’Éducation dans le cadre d’un dialogue pour trouver une solution à cette impasse. Ils réclament toujours le statut de fonctionnaire au sein du ministère de l'Éducation et continuent à scander des slogans comme « Non à la contractualisation et la précarisation des enseignants » ou encore « Non au démantèlement de l’école publique », dans toutes les villes du royaume, souligne H24. Cette fois-ci la coordination est allée un plus loin. Selon la même source, les enseignants concernés mettent désormais en garde contre ce qu’ils ont qualifié de « soulèvement populaire imminent au Maroc à l’instar des peuples de la région dans un contexte régional et international caractérisé par des tensions politiques et sociales ».

 

Pour rappel, en 2016, le gouvernement marocain a décidé de recruter des enseignants dans le cadre de contrats renouvelables annuellement. Cependant, ces derniers ont décidé en février de participer aux grèves en cours, exigeant d’être embauchés dans le secteur public. Ainsi, tout au long de 2019, les manifestants ont appelé à la suppression des contrats à durée déterminée et à la fin de la « discrimination » entre enseignants contractuels et enseignants du secteur public.

Classes sociales : la dangereuse fracture

La haine des riches contre le mépris des pauvres. La société marocaine vit sous l’impulsion de dang...

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...