Aller au contenu principal

CGEM : la transition enclenchée

La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a décidé à l’issue de son conseil d’administration, tenu lundi après-midi à Casablanca, de nommer Mohamed Bachiri, président par intérim du patronat. Il a également été décidé d'organiser, le mercredi 22 janvier 2020 à Casablanca, une assemblée générale ordinaire élective. Le dernier délai pour le dépôt des candidatures a été fixé au 13 décembre.

Par Mohamed Laabi, Publié le 29/10/2019 à 17:34, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Directeur général de la Somaca et président de la Commission solutions sectorielles à la CGEM, Mohamed Bachiri a été nommé hier, le lundi 28 octobre, président par intérim de la CGEM. Il guidera le patronat jusqu’à l’élection, le 22 janvier 2020, du prochain président. Les appels à candidatures seront lancés dés le 31 octobre 2019, rapporte le Matin ce 29 octobre 2019. Un conseil d’administration se tiendra le 16 décembre pour valider les dossiers de candidatures sélectionnés par le comité de suivi des élections, rapporte pour sa part Infomédiaire.

 

Durant le conseil d’administration, les membres de la CGEM ont également approuvé les propositions pour le Projet de Loi de Finances 2020, présentées par Mohammed Hdid, président de la commission fiscalité, et Abdelkader Boukhriss en tant que Président par intérim de la Commission Financement et Délais de Paiement, soulignent nos confrères de H24info. La même source indique que Adil Zaidi a été reconduit à la tête de Marocains Entrepreneurs du Monde.

 

Pour rappel, ce conseil d’administration s’est réuni à la demande de plus de 65 % des membres de droit de la CGEM, dépassant le 1/5 requis conformément aux articles 24.1 et 24.2 des statuts de la Confédération, rapporte un communiqué de la CGEM parvenu à la rédaction de LeBrief.ma.

 

La CGEM tourne la page Mezouar

L’ex-ministre des Affaires étrangères avait annoncé sa démission de la tête de la CGEM par le biais d’un courrier électronique, envoyé le 13 octobre 2019. « J’ai le profond regret de porter à votre connaissance que j’ai pris la décision pour des raisons de contraintes personnelles majeures de démissionner de la présidence de la CGEM à compter de ce jour », avait écrit Salaheddine Mezouar.

 

Le jour même, l’ancien patron des patrons avait été très critiqué par le gouvernement suite à ses commentaires sur la situation en Algérie. Lors de sa prise de parole à la conférence internationale du World Policy Center à Marrakech, Salaheddine Mezouar avait donné son avis sur la situation politique de ce pays voisin. Une intervention qualifiée d’« irresponsable, maladroite et irréfléchie » par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Maroc.

 

« Le Royaume du Maroc a décidé de s’en tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux développements en Algérie. Le Maroc s’abstient de tout commentaire à ce sujet. Il n’a ni à se mêler des développements internes que connaît ce pays voisin ni à les commenter de quelque manière que ce soit », avait mentionné le communiqué incendiaire du ministère des Affaires étrangères.

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...

OMPIC : progression positive des créations d’entreprises

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) est un organisme qui met à la disposition des opérateurs économiques et du grand public des bulletins réguliers qui retracent l’ac...

Le Salvador : le bitcoin est désormais une monnaie légale

Étant décentralisées, les cryptomonnaies ne dépendent pas des banques. En raison des fluctuations rapides de leur valeur, elles ont été largement rejetées par l’économie traditionnelle et généralement...