Aller au contenu principal

CGEM : les enjeux d’un conseil d’administration décisif

La Confédération générale des Entreprises du Maroc (CGEM) tient, ce lundi 28 octobre dans ses locaux de Casablanca, un conseil d’administration pour décider de la stratégie à suivre après la démission de son ex-président, Salaheddine Mezouar. Ce conseil verra la participation des 72 membres du patronat, dont les présidents des fédérations et des régions.

Par Mohamed Laabi, Publié le 28/10/2019 à 17:19, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Jour J à la CGEM. Les membres du patronat se réuniront ce lundi 28 octobre à Casablanca pour déterminer la stratégie à suivre afin d’assurer l’intérim, en attendant l’élection d’un nouveau président. Dix points seront traités lors de ce conseil. Les plus importants concernent la démission du président, la validation de la nomination du nouveau directeur général délégué, l’organisation des élections futures et les propositions de la CGEM pour le Projet de Loi de Finances 2020.

 

La rencontre des administrateurs du 16 octobre dernier avait proposé deux modes de gestion : un président par intérim ou un comité de gestion intérimaire. Ce comité de transition serait composé de quatre personnes, un président de fédération, un président de commission, un membre du groupe parlementaire de la CGEM et un président de région.

 

Saloua Karkri Belkeziz, présidente de l’APEBI et membre du conseil d’administration de la confédération avait déclaré le 16 octobre dernier que la majorité des membres pencherait pour la seconde formule, rapporte l’Huffington Post Maghreb. « Ce quartet devra s’assurer de la bonne marche de l’organisation patronale et de sa représentativité vis-à-vis des pouvoirs publics et des syndicats, jusqu’à la date d’expiration du délai susmentionné, avant la nouvelle élection d’un futur président », affirme le360. L’élection du nouveau président de la CGEM sera annoncée, au plus tard, avant le 28 janvier 2020.

 

Ce mardi soir, le nouveau président par intérim de la CGEM a été dévoilé, il s'agit de Mohamed Bachiri, directeur général de la Somaca.

 

Une situation inédite

C’est la première fois que la CGEM (crée en 1947) se retrouve confrontée à une situation aussi délicate. Le vice-président de la CGEM, Faycal Mekouar a démissionné de ses fonctions le 19 juillet 2019. Moins de trois mois plus tard, Salaheddine Mezouar annonce à son tour sa démission, par le biais d’un courrier électronique envoyé le 13 octobre 2019. « J’ai le profond regret de porter à votre connaissance que j’ai pris la décision pour des raisons de contraintes personnelles majeures de démissionner de la présidence de la CGEM à compter de ce jour », avait écrit Salaheddine Mezouar.

 

Le jour même, l’ancien patron des patrons avait été très critiqué par le gouvernement suite à ses commentaires sur la situation en Algérie. Lors de sa prise de parole à la conférence internationale du World Policy Center à Marrakech, Salaheddine Mezouar avait donné son avis sur la situation politique de ce pays voisin. Une intervention qualifiée d’« irresponsable, maladroite et irréfléchie » par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Maroc.

 

« Le Royaume du Maroc a décidé de s’en tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux développements en Algérie. Le Maroc s’abstient de tout commentaire à ce sujet. Il n’a ni à se mêler des développements internes que connaît ce pays voisin ni à les commenter de quelque manière que ce soit », avait mentionné le communiqué incendiaire du ministère des Affaires étrangères.

 

 

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...