Aller au contenu principal

Banques : plus de 7 milliards de dirhams de commissions en 2018

Les frais bancaires au Maroc ont augmenté de 30% en l’espace de 8 ans. En effet, en 2010, les commissions ne rapportaient pas plus que 4 milliards de dirhams. 8 ans plus tard, ils sont de l’ordre de 7.3 milliards de dirhams, en hausse de 5,3% par rapport à 2017 et plus de 82% par rapport à 2010.  À l’origine de ces fluctuations très décalées de l’inflation, il y a notamment les ajustements tarifaires opérés sur les packages.

Par Mohamed Laabi, Publié le 25/10/2019 à 17:21, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

C’est un fait. Les commissions des banques sont de plus en plus élevées. En 2018, les banques ont accumulé la somme de 7.3 milliards de dirhams de commissions. Un chiffre impressionnant quand on le compare à celui de 2010 qui était à peine de 4 milliards de dirhams. Les tarifs bancaires ont, quant à eux, augmenté d'une moyenne de 30% en 8 ans. Cette augmentation s’est intensifiée en 2016 et 2017, rapporte L'Économiste dans son édition du jour.

 

La manne des packages bancaires

En cause, les ajustements tarifaires sur les packages proposés par les banques. Ces tarifs ont augmenté de 32% rien qu'en 2016 et de 17% en 2017. En revanche, les frais de tenue de compte et de cartes sont restés faibles. Les frais de tenue de compte ont baissé de 1,1%. En revanche, les commissions sur carte bancaire se sont renchéries de 7,8%, souligne la même source.  

 

Les autres sources de commissions sont également en hausse. Les commissions sur ventes des produits d’assurance se sont accrues de 10,4% à 343 millions de dirhams. Selon La Vie économique dans son numéro du vendredi 25 octobre 2019, l’un des facteurs qui a poussé les banques à revoir leurs tarifs à la hausse est « l’obligation de rendre gratuits 22 services bancaires instaurée par Bank Al-Maghrib, en deux temps, en 2010 et en 2016 ». La même source explique qu’en dehors de ses opérations rendues gratuites obligatoirement, très peu de services ont vu leurs tarifs baisser ou ont été offerts à titre gracieux.

 

La structure du panier de l’IPSB montre que les clients "privilégient" de plus en plus les packages d’où le renforcement de cette rubrique dans le panier de l’IPSB. Sa pondération est passée de 19,6% en 2011 au lancement de l’indice à 36,4% en 2018.

 

Pour rappel, le Roi Mohammed VI a appelé les banques lors de son discours du 11 octobre 2019 à simplifier et faciliter les procédures d’accès au crédit et s’ouvrir davantage aux auto-entrepreneurs et aux Petites et Moyennes entreprises (PME). « Nous invitons le gouvernement et Bank-Al Maghrib en coordination avec le Groupement professionnel des Banques du Maroc, à œuvrer à la mise au point d’un programme spécial d’appui aux jeunes diplômés, de financement des projets d’auto-emploi », a-t-il indiqué. Les banques sont appelées à faire donc plus d'efforts pour satisfaire les besoins des consommateurs. 

 

 

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du Royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...