Aller au contenu principal

PLF 2020 : Benchaâboun veut rétablir la confiance des contribuables

Le projet de Loi de Finances(PLF) 2020 sera une nouvelle fois examiné, ce jeudi 17 octobre, lors du conseil du gouvernement, avant d’être présenté au parlement le lundi 21 octobre rapporte le quotidien L’Economiste dans son édition du 16 octobre. Selon les premières informations, ce PLF, qui est en cours de finalisation, comprend trois mesures phares. Des mesures qui font couler beaucoup d’encre.

Par Mohamed Laabi, Publié le 16/10/2019 à 14:20, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

 

La première porte sur une opération de régularisation des avoirs extérieurs. Ainsi les Marocains résidant à l’étranger qui détiennent des avoirs à l’étranger pourront déclarer leur avoir dans les banques marocaines en ne versant en contrepartie qu’une contribution libératoire. Selon Médias24, cette procédure concerne les comptes bancaires, les biens immobiliers et les différentes formes d’avoir. Il sera donc possible de rapatrier les devises, de déclarer les biens immobiliers ainsi que tout autres placements étrangers sans subir les sanctions et impôts en vigueur.

 

La deuxième mesure concerne toutes les entreprises. Peu importe leurs secteurs d’activité, elles pourront déposer des déclarations rectificatives de TVA ou d’impôts sur les bénéfices puis les payer sans pénalités ni majorations. 

 

Troisième et dernière mesure, et non la moindre, s’adresse aux personnes physiques qui détiennent du liquide non déclaré. Ces personnes auront la possibilité de déposer dans des banques l’argent qu’elles ont accumulé sans conséquences fiscales, sous réserve de payer une contribution libératoire.

 

Depuis leur annonce mardi soir, ces trois dispositions de la Loi de Finances 2020 ont suscité de vifs débats sur les réseaux sociaux. Ces mesures visent à rétablir la confiance avec les contribuables, surtout quand on sait que les dépôts bancaires des entreprises ont connu une baisse considérable durant les six premiers mois de l’année 2019. Selon plusieurs sources, ces dépôts sont passés de 233 milliards de dirhams en décembre 2018 à 216 milliards de dirhams en mai 2019, soit 17 milliards de moins.  

 

Médias24 ajoute que le gouvernement annoncera également une amorce d’exécution des recommandations des assises de la fiscalité, avec notamment une baisse de l’IS (Impôt sur la Société) pour les entreprises industrielles et une suppression de la cotisation minimale. 

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...