Aller au contenu principal

La banque mondiale: l’économie du Maroc est inférieure à son potentiel

La Banque mondiale a publié un rapport offrant un aperçu sur l’économie marocaine et les défis qui entravent le progrès socioéconomique du royaume.

Par Khansaa Bahra, Publié le 11/10/2019 à 12:48, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le rapport de la Banque Mondiale indique que le produit intérieur brut (PIB) du Maroc devrait « encore ralentir pour atteindre 2,7 % en 2019 ». Il a expliqué que ce ralentissement est dû au « déclin de l’agriculture » en 2018, à cause de la faiblesse des précipitations.

 

Le rapport souligne toutefois une croissance dans les secteurs non agricoles en 2019. « La croissance non agricole s’est améliorée (3,4 % en 2019 contre 3 % en 2018), en raison d’une meilleure performance de la production de phosphates, de produits chimiques et de textiles ».

 

Avec une population de 35,2 millions d’habitants, le Maroc continue de faire face aux défis de la pauvreté. Le rapport constate que 24 % de la population, soit 9 millions de Marocains, sont « considérés comme pauvres ou menacés de pauvreté ».

 

Le chômage est également l’un des défis qui pèsent sur la croissance du Maroc. Malgré des indicateurs positifs sur la baisse du taux de chômage, la Banque mondiale a déclaré qu’il demeure « élevé, en particulier chez les jeunes et les femmes ».

 

Le rapport indique également que les finances publiques resteront sous « tension avec des dépenses courantes élevées et rigides ». Cependant, le rapport constate que la croissance, principalement tirée par « les investissements étrangers élevés », devrait « se redresser progressivement et atteindre une moyenne de 3,3 % sur la période 2020-2021 ».

 

La Banque mondiale a cité d’autres rapports, soulignant que l’industrie automobile était l’un des marchés les plus prometteurs, donnant comme exemple la nouvelle usine PSA, qui devrait « à terme doubler la capacité de production du secteur ainsi que dans les services logistiques et commerciaux après l’extension du port de Tanger. L’inflation devrait avoisiner les 1 % en moyenne à moyen terme. »

Être une femme, ça coûte cher

C’est une triste réalité qu’on ne peut pas contester : les femmes sont moins bien payées que les hommes. «Ce qui coûte le plus cher, c’est l’argent qui n’est pas gagné, c’est-à-dire tout le travail no...

Comment se rendre au Portugal depuis le Maroc ?

Contrairement aux autres pays européens, le Portugal veut accueillir un nombre limité de vacanciers. En effet, seuls les voyageurs en provenance des pays de l’Union européenne (UE), de pays de l’espac...

RAM : le point sur le remboursement, changement et disponibilité des billets

À l'approche de la saison estivale, Royal Air Maroc (RAM) a mis en place un dispositif «exceptionnel» afin de faciliter le déplacement des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Dans un communiqué, la...

C’est parti pour l’opération Marhaba 2021

L’opération Marhaba 2021 démarre ce mardi 15 juin 2021. Afin d’inciter les Marocains résidant à l’é...

La vaccination ne protège pas à 100% de la Covid-19

Bien qu’ayant reçu les deux doses du vaccin contre la Covid-19, certaines personnes dans la région de Casablanca-Settat ont contracté le virus. Ces nouveaux cas, qui ont été admis au centre hospitalie...

MRE : baisse des tarifs des ferries

Suite aux instructions royales, le ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé que les tarifs des ferries reliant l’Europe aux ports marocains ont subi une forte ba...