Aller au contenu principal

Trump suspend l'entrée des migrants qui n'ont pas de couverture santé

Dans le cadre d’un mouvement visant à réduire l’immigration légale, la Maison-Blanche a déclaré ce vendredi 4 octobre que l’administration Trump refusera désormais les visas aux migrants qui ne disposent pas d’une assurance maladie ou qui n’ont pas la capacité de payer les frais médicaux une fois qu’ils deviendront des résidents permanents aux États-Unis. Cette mesure entrera en vigueur le 3 novembre.

Par Khansaa Bahra, Publié le 07/10/2019 à 15:25, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Ce vendredi 4 octobre, Donald Trump a signé une proclamation ordonnant aux fonctionnaires consulaires de suspendre l’entrée aux États-Unis des migrants qui ne seront pas « couverts par une assurance maladie approuvée » dans les 30 jours suivant leur arrivée sur le sol américain, ou qui ne disposent pas de « ressources financières nécessaires pour payer les frais médicaux prévisibles ».

 

Selon le New York Times, le président a justifié sa décision en affirmant que les migrants sont trois fois plus susceptibles que les citoyens américains de ne pas bénéficier d’une assurance maladie, ce qui en fait un fardeau pour les hôpitaux et les contribuables aux États-Unis. Les responsables ont cité une étude de la Kaiser Family Foundation, selon laquelle 23 % des migrants ne sont pas assurés, contre environ 8 % des citoyens américains.

 

« Alors que notre système de santé est aux prises avec les défis que posent les soins non indemnisés, le gouvernement américain aggrave le problème en accueillant des milliers d’étrangers qui n’ont pas démontré qu’ils étaient capables de payer leurs soins médicaux », a écrit Trump dans la proclamation, ajoutant que « les migrants qui entrent dans ce pays ne devraient pas imposer davantage de difficultés à notre système de santé ».

 

Selon CNN, la proclamation ne concernera pas les enfants de citoyens américains, les mineurs non accompagnés, les résidents permanents qui retournent aux États-Unis après un séjour à l’étranger de moins d’un an, les personnes ayant un « visa d’immigrant spécial » (les ressortissants irakiens et afghans ayant travaillé pour le gouvernement des États-Unis et leurs familles), ainsi que les personnes éligibles au statut de réfugié ou les demandeurs d’asile politique.

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...