Aller au contenu principal

Les initiatives de l’ONMT pour faire face à la faillite de Thomas Cook

L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a commencé à combler le vide engendré par la faillite du grand tour opérateur britannique Thomas Cook. L’ONMT a conclu son premier contrat avec NG Travel, un voyagiste français.

Par Nora Jaafar, Publié le 03/10/2019 à 17:08, mis à jour le 06/01/2021 à 10:38          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media

Le gouvernement marocain a mobilisé une cellule de crise pour s’occuper du rapatriement des clients de Thomas Cook le 23 septembre, jour de la faillite de l’entreprise. Aujourd’hui, l’ONMT cherche une solution pour le long terme.

 

Le salon mondial du tourisme Top Resa s’est tenu à Paris une semaine après la faillite de Thomas Cook, l’un des acteurs majeurs du secteur du tourisme international au Maroc. L’ONMT a profité de l’occasion pour attirer un autre voyagiste et a conclu un accord avec NG Travel.

 

Le responsable de l’ONMT a signé un contrat avec l’entreprise française le 1er octobre, dans le but d’augmenter de 35 % le tourisme pendant les mois d’hiver. NG Travel est le sixième voyagiste français et est présent au Maroc depuis trois ans.

 

Le président de l’entreprise, Olivier Kervella, attribue la faillite de Thomas Cook à une mauvaise gestion des dettes et à la prise de risques. Il estime que les chaînes numériques comme NG Travel exigent moins d’engagements de la part des compagnies aériennes et des hôtels et qu’elles comportent donc moins de risques et de dépenses.

 

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une opération aussi importante que celle de Thomas Cook, NG Travel a assuré 30 000 arrivées de touristes en 2018. Il est aujourd’hui le deuxième voyagiste marocain après l’agence de voyages allemande TUI. L’accord entre l’ONMT et NG Travel se concentrera dans un premier temps sur l’accueil de 16 200 touristes pour la prochaine saison hivernale.

 

Pour rappel, depuis la chute de Thomas Cook, le Maroc se retrouve avec 200 millions de dirhams (20 millions de dollars) de factures impayées, les hôteliers sont les premiers à souffrir du poids de cette dette.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...