Aller au contenu principal

Départ du PPS du gouvernement : Et après ?

Le départ annoncé du PPS du gouvernement, dans la soirée du mardi 1er octobre, suscite beaucoup d’interrogations et de spéculations. Serait-ce un départ forcé ?

Par Mohamed Laabi, Publié le 02/10/2019 à 13:58, mis à jour le 06/01/2021 à 10:12          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media

« On se retrouve aujourd’hui avec une coalition au sein de laquelle règnent des conflits et des pratiques politiques inacceptables. Les consultations concernant le remaniement ministériel sont restées bloquées dans la logique des postes ministériels, leur nombre, leurs quotas et autres considérations, sans pouvoir saisir le vrai sens de ce changement », lit-on sur le communiqué du PPS. Et d’expliquer : « Le PPS a constaté avec regret que le gouvernement reste, depuis son investiture, prisonnier d’une logique de gestion en manque d’inspiration politique lui permettant de mener à bien l’étape actuelle et les dossiers qui s’imposent ».  

 

Dans une déclaration au Site info, Charafat Afilal membre du Bureau politique du PPS a affirmé que «la décision de se retirer de l’Exécutif mûrissait depuis déjà toute une année en débats internes et concertations entre les membres du BP».

 


En attendant le verdict du comité central du PPS, prévu vendredi 4 octobre, les réactions et commentaires vont bon train au sein de la classe politique. Pas de déclarations officielles pour le moment !

 

Le chef du gouvernement garde le silence… pour le moment

Appelé à faire un commentaire sur la décision du PPS, le chef du gouvernement n’a toujours pas répondu aux médias ni fait de déclaration sur les réseaux sociaux. Des médias ont tenté de joindre El Otmani ainsi que les autres leaders de la majorité (PJD, RNI, USFP, UC, MP), en vain.

 

Toutefois, des sources proches du parti de la lampe estiment que le départ du PPS est un coup dur pour la majorité et qui risque de l’affaiblir davantage, rapporte Le360. Le site d’information indique que « la goutte qui aura fait déborder le vase » serait la mise à l’écart d’Anas Doukkali en tant que ministre de la Santé, « sur les 25 postes que propose Saâdeddine El Otmani, seul un poste serait revenu à l’ancien parti communiste marocain ».

 

Pour sa part, Le Desk estime que le PPS « quitte le gouvernement avant d’en être exclu ». La Nouvelle Tribune se réjouit de la démarche du Parti du progrès et du socialisme : « Le PPS quitte, enfin, le gouvernement ».

Gestion de l'eau : l’heure de vérité a sonné

En cette période estivale et avec les épisodes caniculaires successifs, le problème de la gestion d...

Melilia de nouveau prise d’assaut par des migrants

238 migrants ont réussi à entrer à Mélilia ce jeudi 22 juillet, après avoir escaladé la barrière qu...

Bourita met en avant la contribution majeure du Pacte de Marrakech sur la migration

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a prononcé un discours au nom des pays champions de la mise en œuvre du Pacte mond...

Covid-19 : les marchés convenus par le ministère de la Santé font encore polémique

Le rapport révélé jeudi dernier par une mission parlementaire d’information portant sur les contrat...

Guantanamo Bay : un Marocain libéré après 19 ans de détention

Abdellatif Nasser, un Marocain qui était détenu à la prison de Guantanamo Bay, a été extradé ce lundi 19 juillet au Maroc. Ces avocats ont assuré que «toutes les assurances de sécurité fournies par le...

Le ministre des Affaires étrangères israélien Yair Lapid confirme son arrivée au Maroc 

L’annonce a été faite sur le compte Twitter du ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid. Ce dernier a confirmé qu’il se rendra prochainement au Maroc pour une visite officielle, la premi...