Aller au contenu principal

Espagne : 4e élection en 4 ans !

Par Nora Jaafar, Publié le 18/09/2019 à 12:24, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

L’Espagne semble prête à tenir sa quatrième élection en autant d’années après que le Premier ministre par intérim Pedro Sanchez a échoué à obtenir le soutien du parlement pour former un gouvernement.

 

Le mardi 17 septembre, Sanchez a annoncé que l’Espagne va tenir de nouvelles élections le 10 novembre prochain, moins de sept mois après le scrutin général d’avril, qui s’est révélé peu concluant. Blâmant le parti d’opposition Podemos pour cette impasse politique, ce dernier a déclaré : « J’ai fait tout ce que j’ai pu, mais ils ont rendu cela impossible ».

 

Felipe, le roi d’Espagne, a annoncé le même jour, après diverses consultations avec les chefs de partis, qu’il ne proposerait pas de candidat au poste de Premier ministre, car la Chambre des députés n’offrait pas le « soutien nécessaire » pour former un nouveau gouvernement.

 

Le système bipartite traditionnel de l’Espagne s’est fragmenté ces dernières années, et ce à cause des pressions infligées au PSOE et au Parti populaire (PP) de droite après la crise financière de 2008 et une série de scandales de corruption, qui ont secoué le pays. À moins qu’il n’y ait un accord de dernière minute, le Parlement sera probablement dissous la semaine prochaine.

 

Par ailleurs, l’arrivée de Podemos au pouvoir pourrait jeter de l’ombre sur les relations hispano-marocaines et ainsi compromettre les dossiers de coopération bilatérale que les deux gouvernements ont réussi à gérer, notamment celui de l’immigration. En effet, Podemos s’oppose au refoulement des migrants interceptés à Mélilia ou Sebta, ce qui risque d’augmenter les flux migratoires vers l’Espagne et créera des tensions aux frontières des deux villes occupées, gouvernés par le PP.

 

Aussi, selon le quotidien LesEchos, les annonces du début des prospections dans les côtes de Tarfaya auraient provoqué l’ire du parti d’opposition espagnole qui a mis la pression sur le gouvernement central pour qu’il demande des explications à Rabat, voire la pousser vers l’abandon de ce projet. 

L’affaire Pegasus vise à déstabiliser le Maroc, selon Chakib Benmoussa

L’affaire Pegasus continue de faire couler beaucoup d’encre au Maroc comme à l’étranger. Chakib Ben...

Gestion de l'eau : l’heure de vérité a sonné

En cette période estivale et avec les épisodes caniculaires successifs, le problème de la gestion d...

Melilia de nouveau prise d’assaut par des migrants

238 migrants ont réussi à entrer à Mélilia ce jeudi 22 juillet, après avoir escaladé la barrière qu...

Bourita met en avant la contribution majeure du Pacte de Marrakech sur la migration

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a prononcé un discours au nom des pays champions de la mise en œuvre du Pacte mond...

Covid-19 : les marchés convenus par le ministère de la Santé font encore polémique

Le rapport révélé jeudi dernier par une mission parlementaire d’information portant sur les contrat...

Guantanamo Bay : un Marocain libéré après 19 ans de détention

Abdellatif Nasser, un Marocain qui était détenu à la prison de Guantanamo Bay, a été extradé ce lundi 19 juillet au Maroc. Ces avocats ont assuré que «toutes les assurances de sécurité fournies par le...