Aller au contenu principal

Sommet sur la Syrie: création d’un comité pour rédiger la constitution

Par Nora Jaafar, Publié le 17/09/2019 à 11:05, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les dirigeants de la Turquie, de la Russie et de l’Iran ont annoncé la formation d’un comité chargé de rédiger une nouvelle constitution syrienne, afin de trouver une solution politique au conflit que connaît ce pays depuis huit ans.

 

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a accueilli lundi ses homologues russe et iranien, Vladimir Poutine et Hassan Rouhani, pour un cinquième sommet sur la Syrie. Cette rencontre était une occasion pour eux de se concentrer sur Idlib, le dernier bastion rebelle où une offensive des forces gouvernementales syriennes, soutenue par la puissance aérienne russe, a tué des centaines de civils et menacé la Turquie d’un nouvel exode de réfugiés.

 

Le nouveau comité constitutionnel créé par les trois dirigeants sera composé de membres du gouvernement, de l’opposition et de la société civile. Dans ce sens, Erdogan, qui a soutenu divers groupes d’opposition pendant la guerre — alors que l’Iran et la Russie ont soutenu le président Bachar al-Assad —, a déclaré que d’autres initiatives seront annoncées « dans les jours qui viennent ».

 

Poutine a quant à lui indiqué que : « Nous pensons que le travail de la commission constitutionnelle sera décisif pour normaliser la situation en Syrie ».


Ce sommet, qui s’inscrit dans le cadre d’un processus visant à ouvrir la voie à des élections en Syrie, a vu Erdogan condamner les pertes civiles à Idlib, où, selon les Nations unies, plus de 1 000 personnes ont trouvé la mort depuis que les forces militaires d’Al-Assad ont attaqué fin avril dernier le nord-ouest de cette province.

 

Poutine et Rouhani ont invoqué la présence de « terroristes » tels que Hay'et Tahrir Al-Sham (HTS), anciennement affiliés à Al-Qaida, pour justifier la conduite d’opérations militaires. En effet, malgré un cessez-le-feu convenu à la fin du mois d’août, des attaques d’artillerie et des raids aériens des forces gouvernementales ont été signalés ces derniers jours.

 

Environ trois millions de civils vivant dans la région sont victimes de ces violences. Des dizaines de milliers de personnes sont maintenant rassemblées près de la frontière turque alors qu’elles tentent d’échapper aux combats. La Turquie, qui accueille déjà 3,6 millions de Syriens, craint que la poursuite des combats ne se traduise par une nouvelle vague de réfugiés.

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...