Aller au contenu principal

Erdogan accueille Poutine et Rouhani pour le sommet syrien

Par Nora Jaafar, Publié le 16/09/2019 à 16:22, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accueilli lundi ses homologues russe et iranien à l’occasion de leur dernier sommet sur la Syrie, en accordant une attention particulière à la poussée de Damas sur le dernier bastion d’Idlib tenu par les rebelles.

 

Les présidents Vladimir Poutine et Hassan Rouhani ont rejoint Erdogan dans la capitale turque Ankara pour leur cinquième sommet sur le conflit depuis 2017.

 

L’Iran et la Russie ont été de fervents partisans du président syrien Bachar al-Assad, tandis que la Turquie a appelé à son éviction et soutenu les combattants de l’opposition.

 

Mais la position d’Assad semblant de plus en plus solide, la priorité de la Turquie est désormais d’empêcher un afflux massif de réfugiés d’Idlib dans le nord-ouest de la Syrie.

 

La Turquie est préoccupée par l’avancée constante des forces syriennes dans la région, appuyées par la puissance aérienne russe, malgré une série de cessez-le-feu.

 

La Turquie dispose de 12 postes d’observation à Idlib pour appliquer l’accord de zone tampon conclu il y a un an avec la Russie pour contrer une offensive syrienne à grande échelle.

 

Mais les postes semblent de plus en plus menacés, l’un d’eux étant isolé du reste de la ville d’Idlib lorsque les forces syriennes ont progressé le mois dernier.

 

Les frappes aériennes russes se sont poursuivies dans la région malgré le cessez-le-feu récent entre Ankara et Moscou, le 31 août.


La présidence turque a déclaré que les dirigeants discuteraient des derniers développements en Syrie ainsi que de « garantir les conditions nécessaires au retour volontaire des réfugiés et de la démarche commune à entreprendre pendant la période à venir en vue de trouver une solution politique durable ».

 

Moscou est impatiente de voir des progrès concernant la création d’un comité constitutionnel chargé de superviser la prochaine étape du processus de conciliation politique en Syrie.

 

Cela offrirait à Poutine une victoire politique qui s’ajouterait à ses victoires militaires, a déclaré Dareen Khalifa, analyste principale pour la Syrie à International Crisis Group.

USA-Maroc : le partenariat des deux pays de plus en plus fort

Joey Hood, secrétaire américain d’État adjoint par intérim aux affaires du Proche-Orient, a loué le partenariat entre le Maroc et les États-Unis lors de sa visite à Rabat. Ce mercredi 28 juillet, Hood...

Le Malawi prévoit d’ouvrir un consulat à Laâyoune

Ce mardi 27 juillet, Eisenhower Nduwa Saxon Mkaka, ministre Malawi des Affaires étrangères, a annoncé, lors d’un point de presse avec son homologue marocain Nasser Bourita, la décision de son pays d’o...

L’UE cherche à maintenir de bonnes relations avec le Maroc

L’Union européenne (UE) considère le Maroc comme un partenaire régional essentiel, notamment au niv...

L’assistant d’Anthony Blinken attendu au Maroc

Joey Hood, secrétaire d’État adjoint américain par intérim aux Affaires du Proche-Orient, devrait arriver au Maroc dans les prochains jours. Selon un communiqué publié sur le site du Pentagone, l’assi...

Heurts en Tunisie et confinement en Algérie

Dans ce podcast, Medi1 fait un tour d’horizon sur l’actualité de ce début de semaine, notamment en Tunisie et en Algérie. La décision du Président Kais Said de renvoyer son Premier ministre et geler l...

L’affaire Pegasus vise à déstabiliser le Maroc, selon Chakib Benmoussa

L’affaire Pegasus continue de faire couler beaucoup d’encre au Maroc comme à l’étranger. Chakib Ben...