Aller au contenu principal

Régions : Lesquelles sont les plus dynamiques et les plus prospères ?

Le palmarès de la richesse des régions publié par le Haut Commissariat au Plan est bien riche en enseignement. Le produit intérieur brut (PIB) a atteint 1 063 milliards de DH en 2017 et le tiers a été réalisé dans la région Casablanca-Settat (340 milliards de DH). Mais, il faut aller dans les régions du Sud pour trouver les rythmes de progression les plus élevés, deux fois la moyenne nationale. Avec un PIB de 84 949 DH par habitant, soit 2,8 fois la moyenne nationale (30 510 DH), Dakhla-Oued-Ed-Dahab se hisse en tête de ce classement devant Casablanca-Settat (47 694 DH par habitant). À l’autre bout du classement, la région de Drâa-Tafilalet affiche un PIB par habitant de 16 201 DH.

Par J.R.Y, Publié le 12/09/2019 à 11:12, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

En 2017, le PIB s’est établi à 1 063 milliards de DH en hausse de 4,2 %. Cette vue générale masque de fortes disparités au niveau régional. Les dynamiques sont riches d’enseignement comme le révèle une note du HCP. Les régions du Sud sont les championnes de la croissance avec des taux deux fois supérieurs à la moyenne nationale. Un deuxième groupe est composé de Béni Mellal-Khénifra (6,6 %), de l’Oriental (5,9 %), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (5,8 %) et de la région de Rabat-Salé-Kénitra (5 %). Poumon de l’économie, la région Casablanca-Settat a enregistré une croissance de 4 %. À elle seule, cette région pèse pratiquement le tiers de la croissance nationale. Les régions Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Rabat-Salé-Kénitra contribuent pour 1/3 aussi à la hausse du PIB. 

 

Sans grande surprise, les régions les plus prospères sont celles qui s’articulent autour des grandes villes. Le PIB par habitant s’est établi à 47 694 DH à Casablanca-Settat contre une moyenne nationale à 30 510 DH. Cet indicateur ressort à 36 420 DH à Rabat-Salé-Kénitra. En tête de ce classement, l’on retrouve Dakhla-Oued-Ed-Dahab avec un PIB de 84 949 DH par habitant, soit 2,8 fois la moyenne nationale. À l’autre bout du classement, la région de Drâa-Tafilalet affiche un PIB par habitant de 16 201 DH. Ceci se ressent sur les dépenses de consommation. La dépense moyenne par habitant s’élève à 24 891 DH à Dakhla-Oued-Ed-Dahab et 21 406 DH à Casablanca-Settat. Elles baissent à 16 553 DH Fes-Meknès et 12 253 DH à Drâa-Tafilalet.

 

La moitié de la richesse nationale émane des activités tertiaires. Leur poids est plus significatif dans des régions comme Guelmim-Oued Noun, Dakhla-Oued-Ed-Dahab et Rabat-Salé–Kénitra. Elles sont moins dominantes à Casablanca – Setttat où les activités secondaires (industrie, mines, BTP) représentent 35 % et autant à Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Derrière Casablanca-Settat, les régions Rabat-Salé-Kenitra et Tanger-Tetouan-Al Hoceima complètent le podium des territoires les plus riches alors que le Sud connait une forte progression alors même que leur richesse est déjà près de 3 fois supérieure à la moyenne nationale.

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...