Aller au contenu principal

Trump limoge son conseiller à la sécurité, John Bolton

Par Nora Jaafar, Publié le 11/09/2019 à 09:57, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le président américain Donald Trump a renvoyé son conseiller principal pour la sécurité nationale, John Bolton. Le licenciement du conseiller intervient un an et demi après sa nomination.

 

Trump a annoncé sa décision le mardi 10 septembre. Il a écrit sur Twitter qu’il a informé Bolton que ses services ne sont « plus nécessaires » à la Maison-Blanche.

 

« J’ai informé John Bolton hier soir que ses services ne sont plus requis à la Maison-Blanche. Je n’étais pas du tout d’accord avec bon nombre de ses suggestions, tout comme d’autres membres de l’administration, et c’est pourquoi j’ai demandé à John de démissionner, que j’ai reçu ce matin », écrit Trump.

 

Trump a ajouté qu’il nommera un nouveau conseiller de la sécurité nationale la semaine prochaine.

 

Le New York Times a indiqué que la décision de Trump est motivée par le point de vue conflictuel de Bolton sur l’Iran et la Corée du Nord. Entre-temps, l’administration de Trump tente de normaliser les liens diplomatiques avec les deux pays.

 

En plus de sa position sur l’Iran et la Corée du Nord, Bolton est également considéré comme une voix pro-Polisario dans le conflit continu entre le groupe séparatiste et le Maroc. Bolton soutient l’autodétermination et le référendum pour la région, ce qui est contraire à la souveraineté du Maroc sur la région.

 

Exprimant sa frustration que le conflit ne soit pas encore terminé, Bolton a également critiqué la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Sahara, connue sous le nom de la MINURSO : « Mesdames et Messieurs, 27 ans de déploiement de cette force de maintien de la paix, 27 ans et elle est toujours là ? Comment pouvez-vous justifier cela ? J’ai appris à connaître le peuple sahraoui au fil des ans, j’ai énormément de respect pour lui, j’ai énormément de respect pour le gouvernement et le peuple du Maroc et de l’Algérie, n’y a-t-il pas un moyen de résoudre ce conflit ? »

 

Depuis sa nomination, Bolton a cherché à laisser son empreinte personnelle sur le conflit du Sahara en exerçant une pression sans précédent sur le Maroc, l’Algérie et le Polisario pour qu’ils s’engagent dans des négociations qui forceraient une solution simple à ce conflit complexe et de longue durée. La décision du Conseil de sécurité en avril et octobre 2018 puis avril 2019 de renouveler le mandat de la MINURSO pour six mois seulement, par opposition au mandat d’un an historiquement approuvé, a été la façon dont Bolton a exprimé son mécontentement face au processus politique dirigé par l’ONU. Il espérait pousser les parties à faire preuve d’une réelle volonté de faire avancer le processus politique.

Israël lève l'avertissement sur les voyages au Maroc

Le Conseil national de sécurité israélien a levé son avertissement de voyage sur le Maroc après plus d’une décennie d’application de cette mesure. Le Times of Israel et le Jerusalem Post ont cité un c...

Pass vaccinal : deux députées interdites d'accès au Parlement

Deux membres de la Chambre des représentants se sont vus interdire l’accès à l’hémicycle à cause de la non-présentation du pass vaccinal. Cette décision a fait des vagues lors de la séance des questio...

Aziz Akhannouch fixe les attributions des ministres

Suivant les procédures légales organisant le travail de l'exécutif, le chef du gouvernement vient de fixer par décrets les missions et les attributions de chaque membre de son cabinet ainsi que les st...

Aziz Akhannouch représente le Roi au forum de l’Initiative verte à Ryad

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est rendu en Arabie Saoudite sur hautes instructions du roi Mohammed VI, afin de représenter le Souverain aux travaux du forum de l’Initiative verte saoudie...

Sahara : l'Algérie ne veut pas prendre part aux tables rondes de l'ONU

L'Algérie a informé ce vendredi le Conseil de sécurité de l'ONU de son opposition au format de table ronde pour les négociations sur le règlement du conflit au Sahara, a annoncé un haut responsable al...

Dépenses électorales : le rappel de la Cour des comptes

La Cour des comptes a rappelé, jeudi 21 octobre, aux mandataires des listes de candidature ou candidats qu’il est de leur devoir de lui soumettre les comptes de leurs campagnes électorales, notamment ...