Aller au contenu principal

Microcrédit : Un nouveau gisement de croissance

L’année dernière, les associations de microcrédit ont réalisé un bénéfice de 190 millions de DH alors que l’encours des prêts a atteint 6,9 milliards de DH. Malgré des taux d’intérêt élevés, le microcrédit se rembourse mieux avec seulement 3 % de créances en souffrance contre 7 % pour les banques. Le relèvement du plafond de microcrédit de 50 000 à 150 000 DH va permettre un élargissement de la base clientèle de ces institutions et notamment les TPE ayant des difficultés d’accès au crédit bancaire.

Par J.R.Y, Publié le 13/08/2019 à 09:58, mis à jour le 06/01/2021 à 10:44          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media

Pour les emprunteurs qui sont refoulés aux guichets des banques, tout n’est pas perdu. Ils peuvent arriver à leur fin en s’adressant aux associations de microcrédit. Ces institutions financières peuvent accorder des prêts d’un montant pouvant atteindre 150 000 DH après le relèvement du plafond de crédit récemment.

 

Une ouverture aux petites entreprises

Jusqu’ici, ces dernières ne pouvaient pas prêter plus de 50 000 DH. Le relèvement du plafond de prêt permettra à une population importante d’entreprise qui a des difficultés d’accéder au crédit bancaire et dont les besoins ne pouvaient être satisfaits par les associations de microcrédit de mobiliser des fonds pour développer leurs activités. Pour ces dernières, cela représente un gisement de développement de leur activité.

 

Une activité de mieux en mieux structurée

L’année dernière l’encours des prêts accordés par ces institutions financières a augmenté de 3 % à 6,8 milliards de DH. Avec 890 000 clients en portefeuille, l’encours moyen par client s’établit à 8 000 DH. Le profil des clients des associations de microcrédit fait que le risque d’impayé est élevé. Ce sont parfois des entrepreneurs dont les revenus sont irréguliers. Par ailleurs, les années de sécheresse ont des conséquences lourdes sur les finances des populations touchées et par ricochet sur leur capacité à rembourser leurs crédits.

 

Pour faire face à ce risque, les associations de microcrédit ont une tarification qui reste relativement élevée. C’est l’un des reproches qui revient régulièrement à l’encontre de ces institutions. Ces taux d’intérêt pèsent sur les finances des emprunteurs alors que le microcrédit est censé les aider à développer leurs activités et à s’ouvrir à d’autres sources de financement. Appréciées pour leur proximité, les associations de microcrédit engagent des moyens parfois coûteux pour garder ce contact avec la clientèle, ce qui se reflète aussi dans la tarification.

 

Après des années difficiles, les portefeuilles actuels sont plus sains. Le taux de créance en souffrance est revenu de 3,3 à 3 %. À titre de comparaison, le taux de créances en souffrance des banques est supérieur à 7 %. La hausse de l’activité et l’amélioration du risque ont permis au secteur de dégager un résultat net de 190 millions de DH contre 180 millions de DH une année plus tôt.

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...

Campagne céréalière 2020-2021 : une très bonne récolte de 103,2 millions de quintaux

La campagne agricole 2020-2021 s’est distinguée par une bonne répartition temporelle de pluviométrie et une occurrence avec les stades clés de développement des céréales (tallage, montaison et remplis...

Tourisme : quelles perspectives pour le deuxième semestre 2021 ?

L’Office national des aéroports (ONDA) a souligné dans un communiqué que le nombre de passagers enr...

En 2020, les investissements directs marocains à l’étranger ont enregistré un repli de 29,3%

L’Office des changes vient de publier son rapport sur la balance des paiements et position extérieure globale du Maroc en 2020. Réalisé sur la base des données 2020 provisoires de la balance des paiem...

DEPF : l’activité économique en rétablissement

Les perspectives d’un rebond de l’activité économique mondiale et du commerce international se conf...