Aller au contenu principal

L’OTAN menacée par la montée en puissance de la Chine

L’OTAN doit comprendre les implications de la montée en puissance de la Chine à mesure que Pékin étend son pouvoir dans le monde, notamment dans des domaines qui pourraient interpeller les membres de l’organe de sécurité de l’Atlantique Nord, a déclaré mercredi le secrétaire général Jens Stoltenberg.

Par Nora Jaafar, Publié le 07/08/2019 à 12:56, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

L’affirmation croissante de la Chine, notamment dans la mer méridionale, a suscité des inquiétudes quant à ses intentions, et les États-Unis ont demandé à l’OTAN de reconnaître et de s’adapter aux nouvelles menaces émergentes.

 

« Il ne s’agit pas de déplacer l’OTAN dans le Pacifique, mais de répondre au fait que la Chine se rapproche de nous », a déclaré Stoltenberg à Reuters dans une interview à Sydney.

 

« Investir massivement dans les infrastructures critiques en Europe, accroître la présence dans l’Arctique, mais aussi en Afrique et dans le cyberespace », a-t-il ajouté.

 

« C’est pourquoi il est important pour l’OTAN de faire face à la montée en puissance de la Chine, et nous le faisons notamment en collaborant étroitement avec nos partenaires dans cette région — l’Australie, la Nouvelle-Zélande, mais aussi le Japon et la Corée du Sud », a déclaré M. Stoltenberg.

 

Pékin a déclaré que les progrès économiques et militaires du pays ne constituent pas une menace pour les autres nations.

 

Toutefois, les tensions se sont accrues en raison de l’escalade d’une guerre commerciale entre Washington et Pékin, et le ministre américain de la Défense, Mark Esper, a exprimé son souhait de placer des missiles à portée intermédiaire dans la région de l’Asie et du Pacifique.

 

Dimanche, lors d’une visite à Sydney, le secrétaire à la Défense, le Dr Mark T. Esper a déclaré que la Chine déstabilisait la région indo-pacifique, accusant Pékin d’économie prédatrice, de vol de propriété intellectuelle et d’« armement des biens communs mondiaux ».

 

« J’ai parlé hier avec le secrétaire Esper et il a dit clairement qu’il faudrait du temps pour mettre au point de nouvelles armes de portée intermédiaire, et tout déploiement potentiel dans cette partie du monde ne se fera pas du jour au lendemain », a dit Stoltenberg.

 

Il a pris la parole après avoir rencontré le Premier ministre australien Scott Morrison et ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense pour discuter de la Chine, de la guerre en Afghanistan, du terrorisme et de la cybersécurité.

 

« Pour moi, il est extrêmement utile d’écouter l’Australie, avec les connaissances, l’expérience et la simple présence dans cette région, qui portent des informations clés sur cette situation à l’attention de l’OTAN », a-t-il déclaré.

 

La Chine est le principal partenaire commercial de l’Australie, mais les relations diplomatiques et commerciales se sont considérablement refroidies entre les deux pays, alors que la ville de Canberra est préoccupée par l’influence croissante de la Chine et a interdit à la société de télécommunications chinoise Huawei d’accéder au réseau 5G de l’Australie.

 

L’Australie et d’autres alliés occidentaux craignaient que la technologie 5G ne se serve de base de données des infrastructures essentielles qui pourrait être compromises par Pékin, qui rejette catégoriquement ces préoccupations.

 

« L’OTAN est également convaincue que la technologie 5G constituera la pierre angulaire de la société et l’organisation travaille actuellement sur le développement d’un système permettant de protéger sa propre technologie, » a déclaré M. Stoltenberg.

 

« La technologie 5G est extrêmement importante, car elle affectera tous les aspects de la vie, l’industrie, les communications, l’énergie, d’une manière beaucoup plus fondamentale que la 4G d’aujourd’hui, » a-t-il ajouté.

 

Stoltenberg s’est montré prudent lors de la dernière série de pourparlers de paix sur l’Afghanistan, réitérant ses commentaires antérieurs en Nouvelle-Zélande, selon lesquels la perspective d’un accord était plus proche que jamais auparavant.

 

« J’espère qu’il est possible de parvenir à un accord très prochainement. Nous sommes plus près d’un accord que nous ne l’avions jamais été auparavant », a-t-il conclu.

Marvel : que vaut la nouvelle série de Disney ?

Ce mercredi 9 juin 2021, Disney+ a mis en ligne le premier épisode de Loki, sa troisième série se déroulant dans le Marvel Cinematic Universe. En effet, après WandaVision et Falcon et le soldat de l’h...

Vaccins : un député franco-marocain interpelle l’exécutif français

En France, seuls les personnes ayant reçu les vaccins contre la Covid-19 de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johson&Johson) ont le droit d’accéder au pays. Cependant, plusieurs re...

Nouvelles frappes aériennes israéliennes à Gaza

Ce jeudi soir, peu avant minuit, l’armée de défense d’Israël (Tsahal) a mené des frappes aériennes contre des positions du Hamas à Gaza, en représailles à des tirs de ballons incendiaires vers l’État ...

Le calvaire des Algériens bloqués en France

Bien qu’Air Algérie ait annoncé fin mai 2021 la reprise des vols et les conditions pour rentrer dans le pays nord-africain, les deux agences de la compagnie en France gardent encore leurs portes close...

Hong Kong : une descente de 500 agents au Apple Daily

Ce jeudi 17 juin, 500 policiers ont fouillé les ordinateurs et les carnets de notes des journalistes du tabloïd pro-démocratique Apple Daily à Hong Kong. La police a arrêté cinq cadres du journal aprè...

Analyse de la situation sécuritaire au Sahel

Après les attentats qui ont eu lieu dans le village de Solhan au Burkina Faso, des milliers de manifestants sont sortis dans les rues pour dénoncer le laxisme des autorités. Dans ce podcast, Emmanuel ...