Aller au contenu principal

Carrie Lam déclare le projet de loi sur l’extradition « mort »

Par H.L.B, Publié le 09/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le projet de loi sur l’extradition qui a déclenché la plus grande crise qu’Hong Kong ait jamais connue est tombé à l’eau, a déclaré mardi la dirigeante du territoire, ajoutant que le travail du gouvernement sur cette législation avait été un « échec total ».

 

Ce projet de loi, qui prévoyait d’envoyer des habitants d’Hong Kong en Chine continentale pour y être jugés par des tribunaux contrôlés par le Parti communiste, a déclenché de violentes et massives manifestations dans les rues, plongeant l’ancienne colonie britannique dans la tourmente.

 

À la mi-juin, la dirigeante d’Hong Kong, Carrie Lam, a réagi aux protestations en suspendant le projet de loi, mais les manifestations qui ont fermé les bureaux du gouvernement et paralysé certaines parties du centre financier ont persisté.


Sa dernière tentative pour rétablir l’ordre n’a pas satisfait de nombreux militants qui ont exigé qu’elle abandonne complètement le projet de loi et l’ont accusée de se moquer de l’ordre public.

 

Le projet de loi a suscité l’indignation de la société hongkongaise, qui craignait qu’il ne menace la primauté du droit si cher à la réputation financière internationale de la ville.

 

Les avocats et les groupes de défense des droits disent que le système judiciaire chinois est marqué par la torture, les aveux forcés et la détention arbitraire, ce que Pékin refuse d’admettre.

 

Les manifestants ont appelé Lam à démissionner de son poste de directrice générale d’Hong Kong, à une enquête indépendante sur les actions de la police contre les manifestants et à l’abandon par le gouvernement de la description de la manifestation du 12 juin, d’émeute.

La CPI ouvre une enquête sur des faits survenus dans les territoires palestiniens

Ce mercredi 3 mars, Fatou Bensouda, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), a annoncé l’ouverture d’une enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis dans les territoires pale...

L’Arabie Saoudite adosse l'accomplissement du Hajj à la vaccination contre le coronavirus

Ce lundi 1er mars, Taoufik Rabiâa, le ministre saoudien de la Santé, a annoncé que l’accomplissement du pèlerinage sera désormais lié à la vaccination contre la Covid-19. Il a ajouté avoir ordonné la ...

France-Algérie : Emmanuel Macron reconnait que la mort de Boumendjel n’était pas un suicide

Ce mardi 2 mars, le président français Emmanuel Macron a reconnu que les autorités françaises ont «torturé et assassiné» le militant algérien Ali Boumendjel pendant la guerre d’indépendance de son pay...

États-Unis : vaccins pour tous en mai

Ce mardi 2 mars, le président américain Joe Biden a annoncé que son pays disposerait de suffisamment de vaccins anti-Covid-19 pour tous ses adultes d’ici la fin du mois de mai. Il a toutefois sou...

Accord UE-Maroc : la Cour européenne examine le recours du Polisario

Ce mardi 2 mars, journée d’ouverture d’une audience devant la 9e chambre du tribunal de l’Union européenne au Luxembourg, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) examine le dossier du Sahara. ...

Pour l’ONU, la baisse des dons est une peine de mort contre le Yémen

Ce lundi 1er mars, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies (ONU), a qualifié la baisse des promesses de dons pour assurer une aide au Yémen de «peine de mort». Guterres a dévoilé qu’...