Temps de lecture : 5 minutes


Covid-19 : faut-il craindre le variant Omicron ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a enregistré ce mercredi 15 décembre le premier cas du variant Omicron sur son territoire. Il s’agit d’une jeune femme de moins de 30 ans qui n’était pas en déplacement à l’étranger. Première mesure annoncée par le gouvernement suite à la détection de ce premier cas, la suspension des vols de rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger. D’autres suivront certainement. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Après la Tunisie et l’Algérie, c’est au tour du Maroc d’identifier son premier cas de contamination au variant Omicron. L’annonce a été faite ce mercredi 15 décembre en début d’après-midi. La concernée est une citoyenne casablancaise âgée de moins de 30 ans. Dès la détection de sa contamination, la patiente a été prise en charge conformément au protocole sanitaire en vigueur. Elle est actuellement sous surveillance médicale dans un établissement hospitalier de la métropole. Les services du ministère se chargent désormais du suivi de la situation et de l’examen des cas contact.



Intervenant à l’issue de cette annonce, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a donné plus de détails sur les circonstances de cette contamination. Le ministre souligne que ce variant «n’a pas été importé de l’étranger, mais qu’il s’agit d’une mutation au niveau local». Il indique également que les autres membres de la famille de la patiente sont atteints du variant Delta.




Lire aussi : Omicron moins dangereux que le Delta, ce qu’a décidé le Comité scientifique de la Covid-19




Nous avons contacté le professeur Jaâfer Heikel, épidémiologiste et spécialiste des maladies infectieuses, afin d’en savoir plus sur ces mutations de virus. «Il y a deux hypothèses qui expliqueraient la présence d’Omicron dans le pays. La première est une mutation intramuros et autochtone avec le variant Delta, créant ainsi un Omicron. Ce qui est sûrement le cas du Maroc. La deuxième hypothèse c’est que l’Omicron était déjà en circulation depuis plusieurs semaines voir des mois dans différents pays, mais qu’il n’a pas été détecté chez nous au vu de ses symptômes mineurs qui passent inaperçus».



L’épidémiologiste souligne qu’il est probable également que cette jeune femme marocaine ait été en contact avec une personne porteuse d’Omicron avant la fermeture des frontières. Cela dit, le scientifique indique que la “bonne nouvelle” est que les données scientifiques existantes en Afrique du Sud et en Angleterre montrent que ce variant ne crée pas plus d’hospitalisations que les autres et qu’il n’augmente pas la létalité. «Il y a eu moins de nouveaux cas et moins de décès cette dernière semaine à l’échelle mondiale par rapport à la semaine précédente», souligne Jaâfar Heikel. Ce dernier n’écarte cependant pas une possibilité d’assister à une nouvelle vague de contaminations Omicron dans les prochains jours. «Il est probable d’assister à une augmentation des cas incidents liés au Delta et à l’Omicron, car c’est une période qui est propice à cela, mais le plus important c’est qu’une plus grande transmissibilité de ce variant ne signifie pas une plus grande gravité», rassure l’épidémiologiste.



Vaccination et respect des mesures barrières



Le ministre de la Santé a appelé les Marocains à la prudence face au nouveau variant Omicron d’autant plus que les données scientifiques qui le concernent ne sont pas suffisamment claires. «Le variant Omicron est 2 à 3 fois plus transmissible que le Delta. Sa virulence demeure peu inquiétante, mais il faut attendre pour pouvoir l’évaluer dans le temps», souligne Khalid Aït Taleb.



Ce dernier appelle les citoyens à se protéger en respectant les mesures barrières et le protocole vaccinal au Maroc. «D’après les études menées au Maroc, les personnes non vaccinées ont 6 fois plus de risque de développer des cas graves de la maladie en comparaison à celles qui ont reçu les doses selon le schéma vaccinal», précise-t-il.




Lire aussi : Covid-19 : nouveau retard pour le vaccin Sanofi




Le ministre a rappelé que la situation épidémiologique reste sous contrôle malgré une légère hausse des cas de contamination. Il prévient néanmoins qu’une recrudescence de la pandémie peut intervenir à tout moment, d’où la nécessité de préserver les acquis en se faisant vacciner et en respectant les gestes barrières.



 



Suspension des vols de rapatriement dès le 23 décembre



Le comité interministériel de suivi de la pandémie de la covid-19 a indiqué mercredi qu’au vu de la propagation du variant Omicron au niveau planétaire, le Royaume a décidé de mettre fin au dispositif de rapatriement des Marocains dès ce jeudi 23 décembre 2021.



Mustapha Baitas, ministre délégué chargé des Relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, a invité tous les citoyens concernés qui souhaitent retourner dans leur pays à finaliser les procédures de voyage dans ces délais. Le responsable souligne que ces décisions interviennent dans l’objectif de placer la préservation de l’intégrité physique et la santé des Marocains avant toutes autres considérations.



Rappelons que le Maroc avait décidé d’autoriser le retour dès ce mercredi 15 décembre des Marocains bloqués au Portugal, en Turquie et aux Émirats. Des vols de rapatriement qui étaient illimités dans le temps, mais dont la durée a été finalement réduite à 8 jours.


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…