Temps de lecture : 5 minutes


Le PLF 2022 adopté, place à l’action

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le projet de loi de Finances (PLF) 2022 a été adopté ce lundi soir à la majorité lors de sa présentation en deuxième lecture à la Chambre des représentants. Au total, 123 députés ont voté pour et 41 s’y sont opposés, contre 0 abstention. Une série d’amendements a été retenue. Le point avec l’économiste Ahmed Azirar.

Temps de lecture : 5 minutes

Clap de fin sur le projet de loi de Finances (PLF) 2022. Ce lundi, la Chambre des représentants a adopté le PLF 2022 à la majorité, en deuxième lecture. Ce dernier a reçu l’aval de 123 députés, alors que 41 autres s’y sont opposés. Il sera à présent publié au Bulletin officiel (BO).



Contacté par LeBrief, l’économiste Ahmed Azirar souligne que la loi de Finances 2022 est une loi de transition émanant d’un gouvernement qui entame sa première année de prise de fonctions. «Cette loi est caractérisée par la mise en application d’une idée forte de l’État marocain à savoir la généralisation de la protection sociale. Elle mise aussi sur le maintien des investissements publics lancés pour donner un coup de fouet à la demande intérieure», souligne-t-il.



L’économiste précise que de multiples attentes et interrogations tournent autour de la réalisation des chantiers de ce PLF 2022. «Nous attendons tous les réalisations de cette nouvelle coalition. Comment sera traduit le nouveau modèle de développement sur le terrain ? Quelle préparation sera faite pour la prochaine loi de finances? Attendons de voir la touche qui sera donnée par la nouvelle coalition», précise Azirar.




Lire aussi : PLF 2022 : des mesures en trompe-l’œil




Notre intervenant note que cette loi fait face à un certain nombre de contraintes, notamment celle du marché international, du coût de l’énergie et des effets sociaux et économiques de la pandémie. «Ce PLF vient dans un contexte difficile étant donné les problèmes de financement internes et externes qui vont se poser», explique-t-il.



Sur le plan fiscal, Ahmed Azirar indique que les amendements qui ont été introduits compliquent davantage le système fiscal alors que ce qui était attendu c’est la mise en œuvre de la réforme de la fiscalité. «La réforme fiscale s’impose non seulement pour aller dans le sens du nouveau modèle de développement, mais également pour faire de la fiscalité un véritable levier de financement et de développement», juge-t-il.



Ce dernier estime qu’il n’y a pas d’autres solutions pour que les choses s’améliorent. «Il faudrait que la réforme fiscale soit juste et transparente afin que l’on puisse mobiliser les financements et avoir les moyens de mener notre politique de nouveau modèle de développement», note l’économiste.



 



Les principaux amendements retenus



Avant son adoption en plénière, la commission des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des représentants avait adopté une série d’amendements.



Les principaux amendements retenus portent sur l’application d’un droit d’importation à un taux unifié de 2,5% pour les matières premières utilisées dans le traitement du diabète, ainsi que l’exonération de la taxe intérieure de consommation (TIC) écologique sur les téléphones basiques et les téléviseurs 32 pouces pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens.



Il s’agit aussi de la baisse de l’impôt sur le transport des personnes et des marchandises à 10% et de l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sans droit à déduction sur les intérêts des prêts accordés par les établissements de crédit aux étudiants de l’enseignement privé ou public.




Lire aussi : Un PLF 2022 mi-figue mi-raisin




«Ce sont des mesures destinées à encourager la demande intérieure et la production locale. Elles visent également à réduire la pression sur un certain nombre de couches sociales», souligne le professeur en économie et en commerce international, Ahmed Azirar.



Soulignons enfin que les entreprises opérant dans les zones d’accélération industrielle et les entreprises de services bénéficiant du système fiscal spécial au pôle financier de Casablanca (Casablanca Finance City) paieront désormais la contribution sociale de solidarité sur leurs bénéfices. Ces amendements consistent aussi à prolonger la durée d’inscription du secteur informel dans le tableau professionnel jusqu’à la fin de 2022, en plus de la suppression des amendes et des augmentations entraînées par les opérations de transport touristique.


CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…
SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

SCRT : amélioration des recettes fiscales et non fiscales à fin décembre

Le ministère de l'Economie et des Finances vient de publier un document sur la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) au titre du mois de décembre 2022. Le document f…
Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Maroc-Espagne : un forum économique aux attentes majeures

Ayant presque le statut d’un sommet, la réunion de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne se tiendra les 1ᵉʳ et 2 février 2023 à Rabat, avec une représentation importante de…
Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Économie nationale en 2023 : quelles perspectives de reprise ?

Les perspectives économiques nationales pour 2023 tiennent compte d'un environnement international fortement contraignant. Cet environnement est notamment marqué par la poursuite d…
Tourisme : le Maroc rayonne !

Tourisme : le Maroc rayonne !

Les objectifs du Maroc en matière de tourisme durable se concrétisent. Le prestigieux magazine espagnol, Viajar, a désigné le Royaume comme "meilleure destination durable émergente…
Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

Entreprises au Maroc : quels enjeux économiques ?

La loi de Finances pour l’année 2023 (LF 2023) prévoit plusieurs changements fiscaux. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, le 18 janvier, son Conseil n…