Aller au contenu principal

Grève des professionnels de la santé : le gouvernement temporise

Par Nora Jaafar, Publié le 03/12/2021 à 15:58, mis à jour le 03/12/2021 à 19:02
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Grève des professionnels de la Santé : le gouvernement temporise

Quatre syndicats de la santé ont observé ce jeudi 2 décembre une grève nationale dans les hôpitaux et les centres de vaccination. En réponse, Mustapha Baitas, ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et porte-parole du gouvernement, a souligné lors d’un point de presse à l’issue du Conseil du gouvernement, que l’exécutif en est conscient et comprend bien les sacrifices du personnel de ce secteur pendant la pandémie de la Covid-19. «La pandémie de la Covid-19 a démontré, de manière concrète, les sacrifices et le fort engagement des hommes et des femmes qui étaient aux premiers rangs. Nous parlons ici des autorités et de la sûreté nationale ainsi que des hommes et femmes du secteur de la santé», a assuré Baitas.

Il a déclaré que ces derniers mois ont mis en lumière l’ampleur du travail que les professionnels de la santé ont accompli lors de la pandémie, que ce soit pour le suivi et le traitement des patients ou de la réussite de la campagne de vaccination. «Le gouvernement comprend parfaitement les sacrifices des professionnels de santé. Le dialogue est là et il sera encore renforcé à l’avenir parce que notre pays ne peut nier à cette catégorie (de travailleurs) ses sacrifices dans le but de protéger les citoyens», a affirmé le porte-parole du gouvernement.

Lire aussi : Le gouvernement réussira-t-il à relancer le dialogue social ?

Notons que ce sont les syndicats de santé affiliés à l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), à l’Union marocaine du travail (UMT), à la Confédération démocratique du travail (CDT) et à la Fédération démocratique du travail (FDT) qui ont appelé à l’observation d’une grève nationale ce jeudi 2 décembre pour tous les établissements publics de santé, dont les «points, centres de vaccination et vaccinodromes». Les services d’urgences, de réanimation et de soins intensifs n’étant cependant pas concernés par la grève.

Les représentations syndicales du secteur ont par ailleurs organisé ce même jour un sit-in devant le siège du ministère de la Santé. Elles ont précisé avoir été «forcées d’exprimer de la sorte leur colère et leur souffrance continue face à l’indifférence du gouvernement», notamment concernant l’amélioration de leurs conditions de travail qu’ils estiment «misérables».

Pourquoi le sommet arabe ne se tiendra pas en mars ?

Le sommet arabe, qui devait se dérouler au mois de mars prochain, a été une nouvelle fois reporté. ...

Maroc-Mali : entretien de Nasser Bourita avec le chef de la diplomatie malienne

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a échangé, jeudi par téléphone, avec le ministre des Affaires étrangères et de la ...

Awrach : attention à l'effet cocotte-minute !

Lancement officiel ce vendredi du programme gouvernemental Awrach pour la création de 250.000 emplo...

Les projets de décret adoptés jeudi par le Conseil de gouvernement

Le Conseil de gouvernement a adopté deux projets de décret. Le premier est relatif à la composition de la commission nationale chargée de l’application des sanctions prises par le Conseil de sécurité ...

100 premiers jours du gouvernement : les précisions de Aziz Akhannouch

Lors d’une émission spéciale retransmise en différé par Al Aoula et 2M, Aziz Akhannouch, chef de l’...

Sahara : la tournée régionale de De Mistura prend fin, l'Espagne veut intervenir

La tournée régionale de Staffan De Mistura, envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unie...