Aller au contenu principal

Mobilisation tous azimuts contre la vague de froid

À l’approche de l’hiver, plusieurs associations marocaines se mobilisent pour soutenir les habitants des régions isolées et les aider à survivre à la vague de froid. Faiza Rhoul, membre du Club Rotaract Casa El Fida, nous explique l’action humanitaire que compte mener son association le 19 décembre prochain en faveur des habitants de la région de Aït Bouguemez, près de Béni Mellal. De son côté, l’association Yallah Nette3aounou, présidée par Nawal Filali, conduit en ce moment une caravane humanitaire à Azilal pour soutenir les villageois de cette région.

Par Nora Jaafar, Publié le 19/11/2021 à 14:07, mis à jour le 19/11/2021 à 17:41
         Temps de lecture 14 min.
Teaser Media
Vague de froid : mobilisation massive des associations marocaines

Chaque année, à l’approche de l’hiver, plusieurs associations marocaines apportent leur soutien à des familles habitant dans des villages éloignés pour les aider à faire face au froid et à la neige. À cet effet, des appels aux dons sont lancés sur les réseaux sociaux pour collecter de l’argent, des vêtements, des denrées alimentaires, etc. pour soutenir ces villageois. Le Club Rotaract Casa El Fida, basé à Casablanca, qui existe depuis plus d’une décennie et qui mène chaque année plusieurs actions humanitaires au Maroc, s’est également mobilisé pour cette cause. Cette année, il compte aider les résidents de la région de Aït Bouguemez, particulièrement ceux de Zaouit Oulmzi, un village enclavé près de Béni Mellal, pour faire face aux intempéries hivernales.

La rédaction de LeBrief a contacté Faiza Rhoul, membre de cette association, pour avoir plus de détail sur cette action humanitaire. Elle nous a expliqué que, deux années auparavant, «des bénévoles de Rotaract Casa El Fida ont rendu visite à Aït Bouguemez dans le cadre d’une caravane médicale. Une caravane qui consiste à mobiliser plusieurs médecins de différentes spécialités (dentistes, gynécologues...) pour ausculter les villageois et leur donner des médicaments. Une fois sur place, les acteurs associatifs ont constaté que le froid était très rude, et qu’il faisait surtout souffrir les enfants».

 

Une opération consacrée aux enfants

À la suite de cette visite, et après consultation d’une association locale, le Rotaract Casa El Fida a décidé d’aider les «60 familles du village Zaouit Oulmzi, soit près de 300 personnes au total», précise notre intervenante. Elle souligne que cette opération, prévue le 19 décembre prochain, sera consacrée au soutien des enfants de la région, «notamment en leur offrant des chaussures et bottes appropriées pour marcher dans la neige, dans les sentiers sinueux et dans les terrains glissants». Des bonnets, des écharpes, des gants et des vêtements chauds seront également donnés à ces familles dans le cadre de cette action, ainsi que des jeux et des jouets.

Faiza Rhoul nous a expliqué que l’argent et les autres dons que distribue son association proviennent tous de bénévoles et de Marocains généreux, soucieux du bien-être des personnes démunies. Pour elle, «tous les Marocains doivent faire preuve de solidarité et de compassion et soutenir leurs concitoyens dans le besoin. Nous avons tous des vêtements qu’on empile chez nous et qu’on n’utilise plus, il faut avoir le réflexe de donner, car pour certaines personnes ces dons sont cruciaux pour survivre aux vagues de froid en hiver».

Notre interlocutrice a également tenu à souligner que pour mener ce genre d’actions, il faut demander au préalable une autorisation auprès des autorités locales. «L’année dernière, dans la région de Bouiblane, près d’Immouzer Marmoucha dans les environs de Taza, et malgré les contraintes des restrictions liées à la Covid-19, les autorités locales nous ont aidés à organiser notre action, à décharger nos colis et à distribuer les dons», a-t-elle affirmé.
 

Rotaract

 

Mobilisation de l’association Yallah Nette3aounou

Les membres de Rotaract Casa El Fida ne sont pas les seuls à envisager des actions humanitaires lors de cette saison hivernale. L’association Yallah Nette3aounou a prévu d’organiser une opération similaire au niveau de la région d’Azilal. Cette dernière concerne environ 600 familles et 1.500 enfants. En raison d’un problème de couverture de réseau, notre rédaction a eu du mal à joindre Nawal Filali, la présidente de cette association, qui est en ce moment même en déplacement dans ladite région pour veiller à la réussite de cette opération humanitaire. Dans une publication sur Instagram, Filali a exhorté les Marocains à faire preuve de générosité et à contribuer à cette action. L’association a réussi à collecter jusqu’au 15 novembre, 160 paniers de denrées alimentaires, 40 couvertures, 100 peignoirs et 500 paires de chaussettes. La présidente a également noté que plus de 37.000 DH sont encore nécessaires pour soutenir les habitants sinistrés de la région d’Azilal.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Nawal Filali (@filalinawal)

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Nawal Filali (@filalinawal)

 

 

Mobilisation des autorités

Par ailleurs, depuis 2009, le gouvernement fixe annuellement un plan d’intervention lors des périodes de neiges, de pluies et de vagues de froid. Cette année, la région de Béni Mellal-Khenifra, qui compte environ 75 douars et situés dans des zones difficiles, a prévu plusieurs mesures contre la vague de froid. Khatib El Hebil, Wali de la région, a souligné en début de semaine que les services compétents vont redoubler d’efforts pour suivre la situation des femmes enceintes résidantes dans ces zones. Il a aussi précisé que les responsables de la région vont fournir suffisamment de bois de chauffage aux établissements scolaires, distribuer des couvertures au sein des internats et des maisons d’étudiants et héberger les personnes sans-abri dans des lieux sûrs. Il s'agit également de préparer un programme de distribution des produits alimentaires et des couvertures au profit des familles résidant dans ces zones et assurer la disponibilité du fourrage pour le bétail.

Lire aussi : Le Maroc se prépare pour les imminentes vagues de froid

Des efforts similaires ont été déployés dans la région de Taza. Le plan provincial de la lutte contre les effets de la vague de froid concerne la distribution des aides (couvertures, fours améliorés, denrées alimentaires…), le renforcement des soins de santé à travers des campagnes médicales, l’accueil des personnes sans-abri, le suivi des femmes enceintes et l’organisation d’opérations de déneigement. Aussi, à l’instar de Béni Mellal, ce programme envisage de distribuer des fours et du bois de chauffage au profit des habitants des douars concernés et des établissements d’enseignement situés dans les zones montagneuses, ainsi que du fourrage subventionné pour le bétail.

Lire aussi : Vague de froid : 150 téléphones satellitaires distribués dans les villages isolés

De son côté, le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a lui-même supervisé au début de ce mois de novembre les préparatifs de la campagne hivernale 2021-2022 à Ifrane. Il a expliqué que «les phénomènes naturels constituent une véritable contrainte pour la pérennité de la circulation et la sécurité routière, d’où la nécessité de la mise en place d’une stratégie adaptée pour une meilleure gestion des ressources humaines et logistiques». Ainsi, pour cet hiver, le ministère a mobilisé plus de 863 engins et camions, dont 111 chasse-neiges, dix ponts de sauvetages, dont trois en cours d’exploitation, et des équipes d’intervention prêtes à intervenir en cas d’interruptions de longue durée. Un plan d’action a été mis en place portant «sur l’organisation des équipes de permanence pendant l’hiver, la mobilisation de moyens de communication internes et externes, la logistique d’intervention et les ressources humaines, le renforcement de l’approvisionnement en produits de première nécessité, l’aménagement des barrières et des abris de neige et enfin la préparation des routes, en perspective du début de la saison».

Covid-19 : le sous variant BA.2 est-il plus dangereux ?

Le sous variant d’Omicron BA.2 nécessite plus de vigilance que d’inquiétude, a indiqué samedi 22 janvier, le médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, Tayeb Hamdi. Ce constat est tiré d...

Disparition des abeilles dans certaines régions : l'ONSSA lance une enquête

La maladie n’est pas à priori à l’origine de la disparition des abeilles dans certaines régions, un phénomène qui reste assez nouveau à ce stade, a annoncé, vendredi, l’Office national de sécurité san...

Ecoles fermées à cause de la Covid : vers un retour progressif aux cours en présentiel

Fermé depuis près de deux semaines, l’établissement Al-Jabr Bouskoura secondaire a rouvert ses portes aux élèves ce jeudi 20 janvier. Dans un courriel adressé aux parents et tuteurs des apprenants, la...

Médecins du secteur privé : 80% ont répondu à l’appel de grève (Collège syndical national)

Suite à un appel lancé par le Collège syndical national des médecins spécialistes privés, le Syndicat national de médecine générale du privé, le Syndicat national des médecins du secteur libéral, l’As...

Maroc-France : légère baisse de délivrance des visas en 2021

Le ministère français de l’Intérieur a dévoilé le 20 janvier les premières statistiques sur l’immig...

Jumeaux-jumelles, pourquoi l'idée du double fascine

Les jumeaux sont souvent la cible de fantasmes, de clichés et d'idées préconçues. C'est une relation qui inspire la fascination, le fantasme parfois, l'étonnement toujours. Les jumeaux fascinent, depu...