Aller au contenu principal

Nasser Bourita : «Le Conseil de sécurité conforte les acquis réalisés par le Maroc»

Par Mohamed Amine Hafidi, Publié le 30/10/2021 à 00:58, mis à jour le 30/10/2021 à 01:15
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères © DR

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a salué, ce vendredi, la résolution 2602 du Conseil de sécurité de l'ONU, affirmant qu'elle vient conforter les acquis réalisés par le Royaume dans le dossier du Sahara, rendus possibles grâce à l'engagement personnel et au suivi permanent du roi Mohammed VI. «Le Maroc salue cette résolution importante au vu de son contexte, de son contenu et des positions exprimées lors de son adoption, et qui a conforté les acquis réalisés par le Royaume dans ce dossier», a déclaré Bourita lors d'un point de presse tenu suite à l'adoption de la résolution 2602 qui a prorogé pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l'initiative marocaine d'autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Lire aussi : Le Conseil de sécurité prolonge le mandat de la Minurso

Deux abstentions : la Russie et la Tunisie 

Cette résolution, adoptée avec 13 voix pour, contre deux abstentions (la Russie et la Tunisie), est importante car intervenant dans un contexte où le Maroc a réalisé de nombreux acquis depuis la résolution d'octobre 2020, a-t-il poursuivi. Parmi ces acquis, le SG de l'ONU a cité dans son dernier rapport la sécurisation du poste-frontière d'El Guergarat et le rétablissement de la libre circulation à son niveau, la reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara et l'ouverture de plusieurs consulats dans les provinces du Sud du Royaume, a précisé Bourita, soulignant que ces acquis font partie des développements majeurs qu'a connus ce dossier.

Lire la suite : Sahara : le SG de l’ONU fustige les actions inacceptables du Polisario

Cinq réponses aux ennemis de l'intégrité territoriale 

La résolution 2602 apporte cinq importantes réponses aux manœuvres et agitations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume, a soutenu le ministre. La première réponse a trait au format du processus, a-t-il expliqué, relevant que le Conseil de sécurité a affirmé que les tables-rondes, avec la participation de toutes les parties, en sont le seul mécanisme de gestion.

La deuxième se rapporte à la finalité du processus qui doit déboucher sur une solution réaliste, pratique et basée sur le compromis. Selon Bourita, ces qualificatifs suscitent l'anxiété des autres parties car renvoyant vers le plan marocain d'autonomie et écartant toute autre option qui n'est pas réaliste. Le Conseil de sécurité a répondu à toutes les manœuvres ourdies dans ce cadre, a lancé le ministre.

Pour ce qui est de la 3e réponse, a-t-il enchainé, l'Algérie, citée 5 fois dans la résolution, au même titre que le Maroc, a une responsabilité à assumer dans ce dossier. Partant de cela, la résolution du Conseil affirme que l'Algérie est appelée à s'impliquer tout au long du processus politique en vue de son aboutissement.

Lire aussi : Sahara : le Conseil de sécurité revient sur l’évolution de ce dossier et ses défis

L'Algérie doit assumer ses responsabilité 


Le Conseil de sécurité a apporté une autre réponse, la quatrième, en lien avec la rupture du cessez-le-feu. L'organe exécutif de l'ONU a exprimé sa «profonde inquiétude» et «nous connaissons la partie qui a officiellement annoncé son retrait des accords y afférant au moment où le Maroc avait réaffirmé son engagement à en respecter les dispositions», a dit Bourita, soulignant que l'inquiétude du Conseil de sécurité envoie un message aux parties mettant en péril le cessez-le-feu pour qu'elles assument leurs responsabilités. D'après Bourita, il s'agit également d'un message fort à l'Algérie et au polisario selon lequel la communauté internationale ne permettra aucune atteinte à la stabilité dans cette région.

Lire aussi : La réponse de Bourita à l'Algérie


Quant à la 5e réponse, elle est relative aux acquis engrangés par le Maroc au fil des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité ces dernières années. Bourita a, dans ce sens, fait état de tentatives d'écorner ces acquis qui sont tous aujourd'hui contenus dans la résolution 2602. Parmi lesquels, a noté le ministre, figure le plan d'autonomie comme cadre réaliste, pratique et crédible et seule perspective du règlement du dossier du Sahara.

«Le Maroc remercie les pays qui ont soutenu cette résolution, notamment la France et les Etats-Unis qui ont fait part d'un grand appui à la proposition d'autonomie comme seul cadre de règlement de cette question», a ajouté le ministre. Et de souligner que le Maroc a interagi avec sérénité avec l'adoption de la résolution qu'il considère comme une «échéance normale», contrairement aux autres parties qui s'échinaient, en vain, à en faire un tournant.

 

Pourquoi le sommet arabe ne se tiendra pas en mars ?

Le sommet arabe, qui devait se dérouler au mois de mars prochain, a été une nouvelle fois reporté. ...

Maroc-Mali : entretien de Nasser Bourita avec le chef de la diplomatie malienne

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a échangé, jeudi par téléphone, avec le ministre des Affaires étrangères et de la ...

Awrach : attention à l'effet cocotte-minute !

Lancement officiel ce vendredi du programme gouvernemental Awrach pour la création de 250.000 emplo...

Les projets de décret adoptés jeudi par le Conseil de gouvernement

Le Conseil de gouvernement a adopté deux projets de décret. Le premier est relatif à la composition de la commission nationale chargée de l’application des sanctions prises par le Conseil de sécurité ...

100 premiers jours du gouvernement : les précisions de Aziz Akhannouch

Lors d’une émission spéciale retransmise en différé par Al Aoula et 2M, Aziz Akhannouch, chef de l’...

Sahara : la tournée régionale de De Mistura prend fin, l'Espagne veut intervenir

La tournée régionale de Staffan De Mistura, envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unie...