Aller au contenu principal

Programme gouvernemental : la majorité applaudit, l'opposition sceptique

Ce mercredi matin, le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est présenté devant les députés. Ces derniers ont partagé leurs avis sur la situation politique actuelle et présenté leurs attentes par rapport au programme gouvernemental. Les élus représentant la majorité à la 1re Chambre s’accordent à dire que le programme ambitieux d’Akhannouch est porteur d’espoir. Ceux de l’opposition se sont montrés critiques surtout par rapport au taux de croissance annoncé. Détails.

Par Mohamed Laabi, Publié le 13/10/2021 à 12:53, mis à jour le 13/10/2021 à 17:26
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Programme gouvernemental

Le programme du gouvernement Akhannouch suit son parcours parlementaire. Ce matin, une séance plénière s’est tenue à la Chambre des représentants. Lors de cette séance, plusieurs députés des différents groupes de la majorité et de l’opposition se sont présentés devant le Chef du gouvernement pour exprimer leurs attentes pour les cinq années à venir.

Yassine Oukacha (président de la Jeunesse du RNI), Fatima Khair (députée RNIste), Ahmed Touizi (député PAM), Noureddine Mediane (chef du Groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme à la Chambre des représentants), Abderrahim Chahid (député USFP), Driss Sentissi (chef du Groupe du Mouvement populaire), Belassal Chaoui (Chef du groupe constitutionnel démocratique et social), Rachid Hammouni (député PPS) sont tour à tour montés sur l’estrade pour faire entendre leurs voix et exprimer leurs avis sur le contenu du programme gouvernemental.

Lire aussi : Aziz Akhannouch présente sa déclaration de politique générale devant les deux chambres du Parlement

Yassine Oukacha (RNI) a souligné que le nouveau modèle de développement sera le repère du gouvernement actuel pour le développement de tous les secteurs au Maroc. Il a également appelé au soutien des PME afin de pouvoir réaliser l’objectif souhaité, celui de la création d’un million d’emplois d’ici l’année 2026.

De son côté, Fatima Khair a indiqué que malgré la place accordée à la femme dans le gouvernement actuel, son statut devrait être développé davantage dans tous les secteurs. Par ailleurs, la députée RNIste a appelé à promouvoir la place des artistes sur la scène nationale notamment après la fin de leur carrière artistique : «L’art joue un rôle important dans l’amélioration du niveau intellectuel des citoyens. Malheureusement, et je suis bien placée pour le dire, la situation sociale de l’artiste au Maroc est très compliquée», note Fatima Khair. «il faut absolument revoir le budget octroyé à la Culture et aux arts afin de garantir une vie digne pour ces gens qui le méritent de par leur dévouement à leur métier», ajoute-t-elle.

 

Un taux de croissance timide, selon l’USFP

Lors de sa prise de parole, le député de l’USFP Abderrahim Chahid a souligné que son parti votera contre le programme gouvernemental. Abderrahim Chahid a expliqué son choix par le taux de croissance annuel “timide” affiché par le Chef du gouvernement pour les cinq années à venir. Le député estime que ce taux est inadéquat avec les grandes attentes du nouveau modèle de développement (NMD).

Même son de cloche du côté du représentant du MP, Driss Sentissi. Ce dernier souligne que le taux de croissance de 4% annoncé par le gouvernement actuel ne lui permettra pas d’atteindre les objectifs mentionnés. «Il est impossible de créer 1 million d’emplois avec un taux de croissance de 4%. Le gouvernement doit obligatoirement revoir ce taux s’il espère tenir sa parole», souligne Driss Sentissi.

Lire aussi : Gouvernement : quelles sont ses attributions ?

Pour sa part, Rachid Hammouni (PPS) a déclaré que son parti est fier d’être dans l’opposition. «Nous avons été les premiers à afficher notre volonté d’être dans l’opposition lors de la période de constitution de la coalition gouvernementale. Nous formerons une opposition forte qui fera le suivi du travail du gouvernement».

Le député du parti du livre a déclaré qu’il faut redonner à l’école populaire la place qu’elle mérite. «Il fut un temps ou les élèves les plus paresseux se dirigeaient vers le privé. Nous sommes en train de vivre l’inverse. Les parents fuient de plus en plus l’école publique, et il faut absolument y remédier».

 

«Un gouvernement social par excellence», selon Belassal

Belassal Chaoui (UC) appelle le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch à être à la hauteur de cette grande mission. «Les Marocains ont participé en masse aux élections législatives, communales et régionales et cela montre que le peuple a envie de voir du changement dans les différents secteurs. Il reste encore beaucoup à faire», souligne Belassal Chaoui.

«Nous sommes devant un programme riche et qui vient à point nommé après la pandémie de la Covid-19. Une pandémie qui a eu des répercussions sur le pouvoir d’achat des Marocains», a affirmé Chaoui Belassal. Ce dernier déclare également que le parti de l’UC se retrouve dans plusieurs points de ce programme que ce soit sur les volets économiques ou sociaux. Belassal a affiché son appui à toutes les initiatives qui permettraient au pays à aller de l’avant et avancer dans cette mission et déclare ainsi qu’il votera “pour” le programme du gouvernement.  

Lire aussi : Gouvernement Akhannouch : plusieurs attentes autour d’un programme “très” ambitieux

Cet après-midi, Aziz Akhannouch sera attendu à la 2e Chambre pour répondre aux questions des Conseillers. Le Chef du gouvernement retournera par la suite à la Chambre des représentants pour la séance de vote. 

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...

Sahara : un dossier toujours aussi compliqué

Après la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Saha...

Gouvernement Akhannouch : vote de confiance accordé, place au travail !

Après une longue journée passée entre les deux chambres du Parlement, Aziz Akhannouch a pu obtenir ...