Aller au contenu principal

Gouvernement Akhannouch : plusieurs attentes autour d’un programme “très” ambitieux

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a présenté ce lundi après-midi son programme gouvernemental au Parlement. Un programme qualifié “d’unifié” pour une transformation sociale et économique et qui se base sur plusieurs principes, dont les valeurs de cohésion sociale, l’égalité des chances, l’efficacité et la transparence. Voici les détails de ce programme.

Par Mohamed Laabi, Publié le 12/10/2021 à 11:44, mis à jour le 12/10/2021 à 15:40
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Aziz Akhannouch au Parlement

Ce lundi 11 octobre a signé la première sortie officielle du Chef du gouvernement Aziz Akhannouch devant les élus de la nation. L’occasion pour le patron de l’exécutif d’exposer les grands objectifs du programme gouvernemental quinquennal (2021-2026). Un projet qui, selon lui, se base sur les valeurs de cohésion sociale, d’égalité des chances, d’efficacité et de transparence.

 

Créer de l’emploi, hausser le niveau de l’éducation nationale et protéger les personnes vulnérables

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les engagements lancés par le Chef du gouvernement Akhannouch sont ambitieux. Ce dernier s’est engagé à créer au moins 1 million d’emplois durant les 5 prochaines années. Akhannouch s’est également engagé à augmenter le taux d’activité de la gent féminine pour la faire passer de 10% actuellement à 20% puis à 30% d’ici à 2026. Autre engagement, l’activation du chantier de la protection sociale. Aziz Akhannouch a déclaré ce lundi que la généralisation de la protection sociale est «le premier pilier de la politique sociale de l’exécutif».

Lire aussi : Programme électoral 2021 du RNI : le chantier social au cœur de la stratégie du parti

Le Chef du gouvernement a mentionné que le second pilier de la politique sociale est relatif à la mise en place d’un nouveau régime d’aide sociale ciblant les familles les plus fragiles. Concrètement, il s’agit de garantir un revenu stable pour préserver la dignité des personnes âgées, accorder des indemnités aux familles démunies et mettre en œuvre une politique publique claire en faveur des personnes en situation de handicap.

Parmi les autres engagements que le gouvernement Akhannouch devra tenir, celui de hisser le Maroc parmi les 60 pays les plus développés en termes de système éducatif. Pour cela, Akhannouch compte accroitre les capacités de formation du personnel éducatif en créant une faculté d’Éducation pour la formation des enseignants.

 

Une augmentation promise aux professeurs

Akhannouch a précisé être conscient que la réhabilitation du métier d’enseignant «passe nécessairement par l’amélioration de son revenu» notamment en début de parcours puis par le suivi de sa période d’adaptation et l’évaluation régulière de ses compétences. Il s’est engagé à ouvrir le dialogue social pour élever le salaire minimum des enseignants dans ce secteur. Le salaire des enseignants devrait à terme atteindre 7.500 DH net mensuels en début de carrière.

«Le gouvernement s’engage, au cours de la première année de son mandat, à ouvrir un dialogue social, notamment avec les centrales syndicales de l’éducation les plus représentatives, afin de convenir à des procédures et des mesures visant à élever progressivement le salaire mensuel net minimum de début de carrière, pour les titulaires du certificat d’études des Centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation», a déclaré le Chef du gouvernement.

Lire aussi : Gouvernement : quelles sont ses attributions ?

Le programme gouvernemental vise également à rénover les infrastructures universitaires et améliorer l’accès aux bourses et aux prêts d’étudiants. Ces chantiers nécessiteront une enveloppe budgétaire de 1,7 milliard de dirhams (MMDH). Par ailleurs, le nouveau gouvernement s’est également engagé à développer le caractère officiel de l’Amazigh, notamment à travers la création d’un fonds spécial, doté d’un budget d’un milliard de dirhams d’ici 2025.

Le gouvernement promet enfin d’améliorer progressivement les équilibres macroéconomiques du Royaume au cours de son mandat.

 

Suivre les chantiers stratégiques du nouveau modèle de développement

Évoquant le nouveau modèle de développement, Aziz Akhannouch a assuré ce lundi devant les membres des deux chambres du Parlement que sa mise en œuvre est l’une des priorités du programme gouvernemental. «La mise en œuvre de ce programme est encadrée par un pacte national auquel le gouvernement s’engage à accorder l’importance qu’il faudra», a souligné le Chef de l’exécutif.

Lire aussi : Gouvernement Akhannouch : des défis sociaux et économiques à relever

Par ailleurs, Aziz Akhannouch s’est engagé à réaliser les grands chantiers stratégiques du nouveau modèle de développement tout en mettant en place les mécanismes nécessaires pour évaluer les politiques publiques et les réformes.

Soulignons enfin qu’une séance plénière est prévue ce mercredi à 16 heures à la Chambre des conseillers pour discuter du nouveau programme gouvernemental. La Chambre des représentants se réunira pour le vote de confiance envers ce programme le lendemain, jeudi 14 octobre 2021.

 

Ci-dessous, le passage intégral du Chef du gouvernement Aziz Akhannouch ce lundi devant les élus de la Nation :

Mohammed Benchaâboun, nouveau ambassadeur du Maroc en France

Mohammed Benchaâboun, ancien ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Saad Dine El Otmani, vient d'être nommé Ambassadeur du Maroc en France. Cette information a été confirmée par un com...

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...

Sahara : un dossier toujours aussi compliqué

Après la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Saha...