Aller au contenu principal

Les grands axes du programme gouvernemental dévoilés

Le chef du gouvernement Aziz Akhannouch a présidé ce lundi matin son premier Conseil de gouvernement. Un conseil consacré à la présentation du programme gouvernemental. Ce dernier a été présenté cet après-midi devant les membres des deux chambres du Parlement et devra être voté jeudi par la Chambre des représentants conformément à l’article 88 de la Constitution. Par ailleurs, le gouvernement devra présenter le prochain PLF avant le 20 octobre prochain. Une course contre la montre démarre.

Par Mohamed Laabi, Publié le 11/10/2021 à 17:11, mis à jour le 11/10/2021 à 17:46
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Akhannouch au parlement

Les choses sérieuses commencent maintenant pour le chef du gouvernement Aziz Akhannouch. En effet, le patron de l’exécutif a présidé ce lundi matin son premier Conseil du gouvernement. Un Conseil du gouvernement consacré à la présentation du programme gouvernemental et qui a été présenté également cet après-midi aux élus de la Nation afin de recevoir l’investiture de l’institution législative comme prévu par la Constitution.

En effet, l’article 88 stipule qu’après «la désignation des membres du gouvernement par le Roi, le chef du gouvernement présente et expose devant les deux Chambres du Parlement réunies le programme qu’il compte appliquer».

Lire aussi : Composition du Parlement : les choses se précisent

La prochaine étape sera donc jeudi prochain avec le vote de confiance des deux Chambres du Parlement. Dans un communiqué du département du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a affirmé «la détermination du gouvernement à être à la hauteur de l'ambition du roi Mohammed VI, qui a toujours cherché à offrir aux Marocains des conditions de vie décentes et à faire du Maroc un leader au niveau régional, niveaux régional et international».

Akhannouch a également souligné que la nouvelle voie, dans laquelle s'est engagé le gouvernement, après la confiance suprême du Souverain et la confiance des Marocains, nécessite de traiter les attentes et les espoirs placés sur ce gouvernement, de manière sérieuse. Akhannouch a ajouté que le contexte exceptionnel auquel est confronté le Royaume impose «un grand engagement et une grande mobilisation» sur tous les fronts.

 

Les objectifs du programme gouvernemental

Selon un communiqué du département du Chef du gouvernement, le programme gouvernemental «vise à réaliser la transformation économique et sociale qui tire son essence et sa philosophie des Hautes Directives royales basées sur la promotion des valeurs de cohésion sociale, d'égalité des chances, d'efficacité et de transparence, et consiste à mettre en œuvre le contenu du nouveau modèle de développement».

«Ce programme, qui s'appuie sur les contenus des programmes des partis de la majorité portant sur des engagements clairs en réponse aux aspirations des citoyens, repose sur des axes fondamentaux visant à soutenir les piliers de l'État social, à stimuler l'économie nationale de manière à promouvoir l'emploi et à consolider la bonne gouvernance dans la gestion publique», indique la même source.

Lire aussi : Gouvernement : quelles sont ses attributions ?

Ce programme, ajoute le communiqué, constituera la base de la contractualisation avec le Parlement et les citoyens, et une charte d'honneur à travers laquelle le gouvernement s'engagera à mobiliser toutes les forces vives et les énergies des acteurs économiques et sociaux du pays afin de concrétiser ses promesses.

 

Le PLF 2022 devrait être déposé avant le 20 octobre

Première étape importante pour ce nouveau gouvernement, la mise en place du PLF 2022. Va t-il y avoir un changement de configuration par rapport aux précédents projets ? Nous avons posé la question à Hicham Berjaoui, politologue et professeur à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech. «Je ne pense pas que le PLF subirait des changements notoires. La conjoncture économique ayant présidé à sa fabrique est, à mon sens, toujours présente. D'ailleurs, un des artisans essentiels du PLF, à savoir le directeur du Budget Faouzi Lekjaa est maintenant ministre du Budget», note Hicham Berjaoui, politologue.

Contacté par nos soins, le professeur souligne que les objectifs demeureront inchangés : la réforme fiscale, la couverture sociale, la décompensation, la rationalisation du secteur public et le financement du dialogue social. «Il y aura seulement une priorisation légère en fonction de l'enjeu de développement et de cohésion sociale susceptibles de découler de la poursuite des objectifs sus-évoqués», dit-il. Un conseil des ministres est prévu prochainement pour exposer les orientations générales du PLF.

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...

Sahara : un dossier toujours aussi compliqué

Après la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Saha...

Gouvernement Akhannouch : vote de confiance accordé, place au travail !

Après une longue journée passée entre les deux chambres du Parlement, Aziz Akhannouch a pu obtenir ...