Aller au contenu principal

Coalition gouvernementale : place à la négociation des portefeuilles ministériels

Après l’étape de la formation de la majorité gouvernementale, les tractations concernant l’attribution des portefeuilles ministériels ont commencé. Le Chef du gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, a déclaré que l’identité des ministres sera bientôt dévoilée, après la validation des profils par le roi Mohammed VI. Détails.

Par Mohamed Laabi, Publié le 23/09/2021 à 17:09, mis à jour le 23/09/2021 à 18:40
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Aziz Akhannouch (RNI) au milieu, entouré de Nizar Baraka (PI), à gauche et Abdellatif Ouahbi (PAM), à droite © Mounir Mehimdate

Clap de fin sur la formation de la majorité gouvernementale qui a été officiellement annoncée ce mercredi par le Chef du gouvernement désigné, Abdelaziz Akhannouch. Cette dernière sera composée du RNI, du PAM et du PI. Durant sa prise de parole, ce mercredi lors de la présentation de la nouvelle coalition gouvernementale, Nizar Baraka, secrétaire général du PI, a déclaré que la façon de procéder au choix de rejoindre la majorité a été différente de celle qui se fait d’habitude.

«Nous avons changé l’approche. Nous avons constitué la majorité avant de discuter des portefeuilles ministériels, car nous jugeons que ce qui compte, c’est le programme, les orientations du nouveau modèle de développement et les attentes de la population», souligne Baraka. Et d’ajouter que «le plus important sera de rétablir la confiance populaire, en puisant dans les trois programmes des partis».

Lire aussi : Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

Le cap est aujourd’hui fixé sur les postes ministériels. Les tractations se poursuivent donc entre ces trois partis politiques, et la liste complète des profils choisis devrait être dévoilée dans les prochains jours après validation par le roi Mohammed VI.

Le Chef du gouvernement désigné a souligné que les profils qui seront présentés au Souverain sont des profils «compétents, crédibles et honnêtes».

 

Quel rôle pour le PAM dans la majorité ?

Le PAM (parti créé en 2008) va vivre pour la première fois l’expérience gouvernementale. Des interrogations tournent autour de ce parti et de sa capacité à bien gérer les affaires gouvernementales malgré son manque d’expérience. Nous avons posé la question à Hicham Berjaoui, politologue et professeur à l’Université Cadi Ayyad à Marrakech. «Le PAM appartient à la nouvelle génération des partis politiques qui fonctionnent comme des entreprises et obéissent à une logique managériale, ou ce que la science politique présente sous l’appellation de parti attrape-tout», déclare Berjaoui.

Lire aussi : Gouvernement Akhannouch : des défis sociaux et économiques à relever

Il précise que le PAM «n’est pas sous le joug des clivages politiques classiques, dispose de profils expérimentés et fera partie d’une coalition gouvernementale dont le chef de file bénéficie du soutien royal et d’un document de planification déjà implémentable, à savoir le rapport de la Commission spéciale sur le modèle de développement».

Hicham Berjaoui estime enfin que «ce qui constitue dans la majorité d’Akhannouch un non-sens politique réside dans l’exclusion de l’UC et du MP malgré leur appartenance à la même famille politique que le RNI». Pour lui, «un remaniement à mi-chemin demeure une hypothèse défendable».

 

Qui sera le prochain président de la Chambre des représentants ?

Les tractions concerneront également le poste de président de la Chambre des représentants, un statut très convoité par les partis politiques, au vu de son importance dans la hiérarchie de l’État. En effet, le président de cette Chambre est le troisième personnage de l’État après le Roi et le Chef du gouvernement.

Lire aussi : Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Une chose est sûre, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants entre 2017 et 2021, ne pourra pas rempiler à ce poste puisque son parti politique, l’USFP ne figure pas cette fois parmi la majorité gouvernementale. Le quotidien arabophone Al Akhbar rapporte, dans son édition du lundi 20 septembre, que l’ex-ministre de l’Économie et des Finances (2013-2018), et actuel secrétaire général du PI, Nizar Baraka, pourrait être le prochain président de cette Chambre. Un poste que souhaiterait décrocher également Abdellatif Ouahbi, secrétaire général du PAM. À suivre.

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...

Sahara : un dossier toujours aussi compliqué

Après la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Saha...

Gouvernement Akhannouch : vote de confiance accordé, place au travail !

Après une longue journée passée entre les deux chambres du Parlement, Aziz Akhannouch a pu obtenir ...