Aller au contenu principal

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler à plusieurs dossiers importants, à commencer par la relance économique. Tout le travail de la nouvelle équipe sera de relancer durablement la machine et surtout de rendre la croissance plus inclusive. Dans un environnement contraint, il faudra opérer des choix parfois difficiles. Certains dossiers comme la réforme des subventions et des retraites s’annoncent même explosifs.

Par J.R.Y, Publié le 12/09/2021 à 20:42, mis à jour le 12/09/2021 à 20:45
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
akhannouch

Dix-huit mois après les premiers cas de contamination au coronavirus et le choc subi, l’économie n’a pas encore retrouvé ses esprits. Si le capital crédit du parti islamiste a été beaucoup entamé au cours des dernières années, la crise du coronavirus et ses répercussions sur le quotidien des Marocains ont contribué à la lourde défaite du PJD aux dernières élections.

 

La relance économique

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler à plusieurs dossiers importants à commencer par la relance économique. En 2020, le Maroc a mis fin à vingt-quatre ans de croissance continue avec une récession de 6,3%. La bonne nouvelle est que l’activité va rebondir dès cette année. Le ministère des Finances est même un peu plus optimiste qu’il y a quelques mois suite à une bonne campagne agricole. L’activité se redresserait dans une fourchette comprise entre 5,5% et 5,8% contre une prévision initiale de 4,8%.

Tout le travail du nouveau gouvernement sera de relancer durablement la machine et surtout de rendre la croissance plus inclusive. Son contenu en emploi s’est significativement affaibli au cours des dernières années. En dehors du programme pour lequel il a remporté les élections, le RNI pourra aussi s’inspirer des recommandations de la Commission spéciale sur le Modèle de Développement pour faire passer un nouveau cap au Maroc.

 

Des dossiers explosifs

Dans un environnement contraint, il faudra opérer des choix parfois difficiles. Certains dossiers comme la réforme des subventions et des retraites s’annoncent même explosifs. Le précédent gouvernement s’était engagé sur une réforme de la caisse de compensation sur une période de trois ans à partir de 2022. Ce chantier est lié à un autre dossier hautement stratégique qui est la généralisation de la protection sociale. Le financement de ces chantiers nécessitera aussi d’accélérer la réforme de la fiscalité et de sérieusement s’attaquer aux niches fiscales pour dégager plus d’espace budgétaire. Mais, ces efforts risquent d’être anéantis en cas de statu quo sur la réforme des retraites. Jusqu’ici, des solutions partielles ont été apportées pour éloigner le danger. Malgré cela, il n’est pas bien loin. 

HCP : amélioration des indicateurs industriels

Le Haut Commissariat au Plan (HCP) a publié ce lundi une note de conjoncture sur les résultats des ...

Imperium : plus d’un Marocain sur deux s'intéresse au label "Made in"

Imperium, acteur majeur du traitement de l'information au Maroc, a récemment dévoilé les résultats de son étude "Les Marocains et le Made In Morocco : Préférence et implication". Ladite étude a été ré...

Tasbiq Tasdir : le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc

Le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc (CAM), "Tasbiq Tasdir", est un crédit de trésorerie qui permet de préfinancer la campagne d’exportation en dirhams ou en devises et couvre toutes les opé...

Maroc/Royaume-Uni : le plus long câble électrique sous-marin du monde reliera bientôt les deux pays

La société britannique Xlinks, spécialisée dans les solutions d’énergie renouvelable, a révélé qu’elle prévoit de construire entre le Maroc et le Royaume-Uni le plus long câble électrique sous-marin d...

Rand Merchant Bank : l’Égypte et le Maroc sont les pays les plus attractifs pour l’investissement en Afrique

L’Égypte est la destination la plus attrayante pour les investisseurs en Afrique, suivie du Maroc et de l’Afrique du Sud, selon un récent rapport de la Rand Merchant Bank (RMB). L’étude "Où investir e...

Secteur privé marocain, un véritable outil de sortie de crise

Un rapport portant sur le développement du secteur privé au Maroc vient d'être présenter. Il s'agit...