Aller au contenu principal

Communales 2021 : les défis du Conseil de la ville de Marrakech

À l’approche des communales qui se tiendront le 8 septembre prochain, l'heure est au bilan par rapport au dernier mandat. Au cours des six dernières années, Marrakech a programmé d’importants chantiers visant à améliorer ses services et ses infrastructures. Cependant, la ville et ses habitants continuent de souffrir de plusieurs problèmes, notamment en termes de propreté et d’entretien des rues. Et en raison du manque de communication et de l’absence d’un bilan communal évaluant la gestion de la ville ces dernières années, il est très difficile pour les Marrakchis d’avoir une idée sur l’état d’avancement et les retards des chantiers de leur commune.

Par Nora Jaafar, Publié le 03/09/2021 à 14:22, mis à jour le 03/09/2021 à 15:06
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Le Maroc n’accueillera pas l’Assemblée générale de l’OMT

À l’approche du 8 septembre, date de la tenue des communales, Marrakech et ses habitants retiennent leur souffle. Depuis 2015, la ville a prévu d’importants chantiers et programmes d’infrastructure pour améliorer ses services. Un grand complexe culturel baptisé "le pôle citoyen" a été créé dans ce sens au quartier M’hamid proche de l’aéroport pour offrir une vingtaine de services, dont un théâtre, une salle de cinéma, des espaces de jeux et de sports pour les jeunes. Le Conseil de la ville a également lancé un certain nombre de projets visant à promouvoir le secteur du tourisme ainsi que les fondouks de l’ancienne médina. Ces derniers ont bénéficié en plus du soutien financier du programme de rénovation et de la commune.

Le projet "Marrakech, cité du renouveau permanent", lancé en janvier 2014, a pour sa part permis à la ville ocre d’accélérer son développement urbain et démographique, et ce, grâce à une enveloppe globale de 6,3 milliards de DH (MMDH). Ce programme a pour objectif de valoriser le patrimoine culturel, d’améliorer la mobilité et l’intégration urbaine, de promouvoir la bonne gouvernance et de préserver l’environnement, notamment en réaménageant les espaces verts de la ville.

De plus, la grande décharge de déchets urbains ménagers qui exacerbait la pollution environnementale de Marrakech a également été délocalisée vers l’extérieur de la ville, et se situe désormais dans la commune d’El Mnabha. Ladite commune se conforme aux normes internationales en termes de protection de l’environnement et utilise des technologies à même de minimiser la dangerosité des déchets et de leurs résidus toxiques.

Lire aussi : Communales 2021 : les Rbatis exigent la fin des conflits internes au Conseil de la ville

 

Les problèmes de la ville

Incapables de réunir le budget nécessaire pour tenir ses promesses, les responsables de la gestion de Marrakech avouent qu’ils n’ont pas été en mesure de finaliser le dossier du transport urbain et de fluidifier la circulation croissante. Bien que leur réalisation ait été prévue au cours des six dernières années, les trémies qui devaient désengorger les grandes artères de la ville rouge n’ont pas été construites. Ce projet, qui a fait l’objet d’une convention actée par le ministère de l’Équipement, n’est encore qu’en phase d’étude au sein de la tutelle, alors que pendant chaque période de vacances, la ville est assiégée de véhicules extérieurs et est paralysée par les embouteillages.

Autre difficulté de taille que la commune urbaine de Marrakech doit résoudre : le retard de paiement des services de délégataires. Les responsables expliquent ce retard par les effets de la pandémie de la Covid-19. Ainsi, Pizzorno et SOS NDD, anciens délégataires des services de propreté ainsi que l’actuel prestataire en charge de l’éclairage, la SDL Hadirat Al Anouar, peinent à voir leurs factures réglées. De plus, la commune a sollicité une autorisation spéciale pour un rallongement de budget auprès de la Direction générale des collectivités territoriales (DGCT) afin d’absorber les déficits et honorer ses engagements.

Lire aussi : Communales 2021 : les Casablancais s’impatientent

 

Les attentes des Marrakchis

Les habitants de Marrakech dénoncent de leur côté l’incapacité des responsables de la commune à livrer le bilan de leurs réalisations durant les six années écoulées, et affirment qu’aucune transformation majeure n’a été effectuée. Ils soulignent que sans ce bilan, il est difficile de mesurer l’ampleur des retards de réalisation et l’état d’avancement des chantiers prévus de la ville. Les Marrakchis ajoutent aussi que le déménagement de la décharge n’était pas le fruit des efforts de la commune de leur ville, mais plutôt ceux de plusieurs communes voisines. À la veille des prochaines communales, ils exigent du Conseil de la ville plus de disponibilité pour répondre à leurs questions, plus de transparence en termes de projets et de leur état d’avancement, plus d’attention et de considération des doléances des citoyens et plus de visibilité quant à leurs actions et chantiers de développement de la ville. Ils insistent aussi sur la nécessité d’assurer le suivi et l’entretien des projets liés au programme "Marrakech, cité du renouveau permanent" et de respecter les échéances de livraison. Enfin, les habitants de la ville souhaitent que la prochaine équipe communale revoie le plan routier de la ville et qu’elle établisse une stratégie pour fluidifier la circulation et les déplacements.

Lire aussi : Communales 2021 : ce que veulent les Tangérois

Sahara : Guterres appelle toutes les parties à reprendre le processus politique

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé toutes les parties au conflit autour du Sahara à reprendre le processus politique en vue de parvenir à une solution à ce différend régional. ...

Sahara : De Mistura a rencontré vendredi le ministre espagnol des Affaires étrangères

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a rencontré, vendredi 21 janvier, l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara, Staffan de Mistura. Ce d...

Gouvernement Akhannouch : 103 jours au pouvoir

Samedi 22 janvier 2022. Cela fait 103 jours que Aziz Akhannouch s’est installé à la Chefferie du go...

Pourquoi le sommet arabe ne se tiendra pas en mars ?

Le sommet arabe, qui devait se dérouler au mois de mars prochain, a été une nouvelle fois reporté. ...

Maroc-Mali : entretien de Nasser Bourita avec le chef de la diplomatie malienne

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a échangé, jeudi par téléphone, avec le ministre des Affaires étrangères et de la ...

Awrach : attention à l'effet cocotte-minute !

Lancement officiel ce vendredi du programme gouvernemental Awrach pour la création de 250.000 emplo...