Aller au contenu principal

Sommet du Bahreïn : les détails de « L’Accord du Siècle » de Trump

Par Nora Jaafar, Publié le 24/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Plus de deux ans après que le président américain Donald Trump ait proposé pour la première fois un plan pour relancer le processus de paix israélo-palestinien, sa première phase sera officiellement dévoilée ce mardi à Bahrain dans le cadre d’un colloque économique.

 

Le sommet économique « De la paix à la prospérité » visant à encourager les investissements dans les territoires palestiniens a été annoncé comme le premier volet d’un plan politique plus large de la Maison-Blanche dans le but de mettre fin à ce conflit.

 

Le gendre de Trump, Jared Kushner, l’architecte principal du plan, a présenté à Reuters le samedi 22 juin un aperçu exclusif des propositions économiques.

 

Mais le prospectus économique de la Maison-Blanche ne fait aucune mention de la création d’un État palestinien. Jusqu’à présent, peu de choses ont été révélées sur la phase politique ultérieure du plan, qui devra aborder cette problématique ainsi que d’autres questions qui ont défié par le passé des décennies d’efforts pour obtenir la paix dans cette région.

 

Il s’agit notamment des points suivants :

 

– Le statut de Jérusalem — qui comprend des sites sacrés pour le judaïsme, l’islam et le christianisme.

 

– Établir des frontières convenues d’un commun accord.

 

– Trouver des arrangements de sécurité pour répondre aux craintes d’Israël face aux attaques des Palestiniens et des voisins hostiles.

 

– Répondre aux demandes palestiniennes de création d’un État palestinien et mettre fin à l’occupation des territoires palestiniens par Israël, qui dure depuis des décennies.

 

– Trouver une solution au sort de millions de réfugiés palestiniens.

 

– Accords de partage des ressources naturelles rares, comme l’eau.

 

– Les Palestiniens exigent qu’Israël se retire des colonies dans lesquelles vivent actuellement plus de 400 000 Israéliens parmi environ 3 millions de Palestiniens en Cisjordanie, et 200 000 autres colons à Jérusalem-Est.

 

Que savons-nous du plan ?

 

L’atelier « De la paix à la prospérité » de Manama abordera un conflit politique et religieux sous le prisme de l’« économie d’abord ».

 

Cela reflète soit une approche rafraîchissante et pragmatique, soit les racines commerciales de ses architectes new-yorkais, en fonction des interlocuteurs, partisans ou critiques.

 

Le plan appelle à la création d’un fonds d’investissement de 50 milliards de dollars pour stimuler l’économie palestinienne et celle des États arabes voisins, indiquent des documents examinés par Reuters.

 

Parmi les 179 projets d’infrastructure et d’affaires proposés, il y a un axe de transport de 5 milliards de dollars pour relier la Cisjordanie et Gaza.

 

Plus de la moitié des 50 milliards de dollars seront dépensés dans les territoires palestiniens sur une période de 10 ans.

 

Le reste serait partagé entre le Liban voisin, l’Égypte — dont la péninsule du Sinaï jouxte Gaza — et la Jordanie, pays qui a absorbé le plus grand nombre de Palestiniens et qui craint tout ce qui pourrait mener à leur installation permanente.

 

Qui va investir ?

 

L’administration Trump espère que d’autres — principalement des États riches du Golfe et des investisseurs privés — paieront une bonne partie de la facture.

 

Quelles sont ses chances de réussite ?

 

Les attentes sont faibles — il n’y aura personne du gouvernement israélien ou palestinien au sommet consacré à la promotion de la paix entre Israéliens et Palestiniens.

 

Le plan de relance économique ne sera mis en œuvre que si une solution politique à l’un des conflits les plus insolubles du monde est trouvée.

 

Les derniers pourparlers de paix ont échoué en 2014, mais les espoirs étaient faibles même après deux soulèvements palestiniens au cours des trois dernières décennies, l’expansion des colonies israéliennes et la montée au pouvoir du Hamas — un mouvement islamiste armé qui reste implacablement opposé à l’existence d’Israël.

 

 

Pourquoi le Bahreïn ?

 

Israël, la Cisjordanie et Gaza étant hors de question pour des raisons politiques et de sécurité, l’administration Trump avait besoin d’un lieu sécurisé quelque part dans la région.

 

Bahreïn est un allié des États-Unis, il peut accueillir un événement majeur et accueille la cinquième flotte de la marine américaine.

 

L’hôtel Four Seasons, où se tiendra l’événement de deux jours, est situé sur une île reliée au continent par un seul pont. Cela permet aux autorités de contrôler la sécurité dans un État insulaire qui connaît des troubles politiques depuis des années.

 

Quand le plan politique sera-t-il dévoilé ?

 

Personne n’en est sûr, et l’équipe de Trump ne s’est pas engagée à un rendez-vous.

 

Greenblatt a déclaré qu’il pourrait être reporté jusqu’en novembre parce qu’Israël se prépare à tenir des élections en septembre, les deuxièmes en six mois.

 

Kushner a informé Reuters : « Nous pensions qu’il valait mieux faire passer le plan économique en premier. C’est moins controversé. Laissons les gens l’étudier, donner leur avis. »


 

Qui participe au sommet du Bahreïn ?

 

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin sera le membre le plus haut placé de la délégation américaine, qui comprendra également Kushner et Greenblatt.

 

On s’attend à ce qu’Israël envoie une délégation commerciale, mais pas de représentants du gouvernement.

 

La Jordanie et l’Égypte ont toutes deux déclaré qu’elles y participeraient, mais pas à un niveau supérieur. Chacun envoie un sous-ministre des Finances. En tant que seuls États arabes à avoir conclu des accords de paix avec Israël, il est important pour les Américains qu’ils soient présents.

 

Un haut responsable de l’administration Trump a déclaré que la Chine n’avait toujours pas confirmé si elle enverrait un représentant, mais que Kirill Dmitriev, le chef du fonds souverain de la Russie prévoyait d’y assister.

 

Le Fonds monétaire international, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et la Banque mondiale ont annoncé leur intention d’y participer.

 

La plupart des États du Golfe n’ont pas confirmé qui ils envoient. Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont l’intention d’y participer, mais ont assuré les Palestiniens qu’ils n’approuveraient pas un plan qui ne répondrait pas à leurs principales exigences.

 

Les médias koweïtiens ont déclaré que le Koweït serait représenté à un niveau technique, et non politique, très probablement un fonctionnaire du ministère des Finances.

 

Des responsables américains ont déclaré que le Maroc sera présent, mais cela n’a pas été confirmé. Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a déclaré que le Maroc reste attaché à une solution binationale qui garantit la création d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale.

 

Les Nations unies envoient Jamie McGoldrick, le coordinateur humanitaire des Nations unies dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Mais le jour même de l’ouverture du sommet au Bahreïn, l’agence des Nations unies UNRWA, qui s’occupe des réfugiés palestiniens, tient sa conférence annuelle des donateurs à New York. Les États-Unis ont réduit le financement de l’UNRWA.

 

Qui ne participe pas au sommet ?

 

Les dirigeants politiques palestiniens ont déclaré qu’ils resteraient à l’écart. De nombreux chefs d’entreprise palestiniens ont également déclaré qu’ils boycottent la rencontre.

 

Ashraf Jabari, d’Hébron, qui a des liens étroits avec des groupes de colons israéliens, fait exception. Un responsable américain a déclaré à Reuters qu’au moins 15 Palestiniens étaient attendus.

 

Le Liban et l’Irak ne prendront pas part à la réunion.

Inde : le bilan des décès dus à la Covid-19 serait en réalité plus élevé

En Inde, la récente vague dévastatrice de la Covid-19 a inondé les hôpitaux de patients et les crématoriums de cadavres. Selon certains experts indiens, de nombreux décès liés à cette pandémie ne sont...

Le prix des véhicules électriques devrait considérablement baisser

Selon une étude réalisée par Bloomberg New Energy Finance (BNEF) et commandée par l’ONG Transport et Environnement (T&E), les voitures et utilitaires électriques coûteront moins cher à construire ...

Le variant indien détecté dans 44 pays, dont le Maroc

Ce mercredi 12 mai, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a dévoilé que le variant indien a été détecté dans 44 pays, dont le Maroc. L’organisation a ajouté qu’elle a reçu «des notifications de dé...

OMS : la pandémie aurait pu être évitée, selon des experts indépendants

Ce mercredi 12 mai, un groupe indépendant mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié son rapport final au sujet de la pandémie de la Covid-19. Ce document a été publié après h...

Covid-19 : l'OMS classe le variant indien comme préoccupant

Estimé «plus contagieux», le variant indien a été classé, ce lundi 10 mai, comme «préoccupant au niveau mondial» par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Portant le nom scientifique B.1.617, cet...

Covid-19 : après n'avoir recensé quasiment aucun décès, le Royaume-Uni abaisse son niveau d’alerte

Une première depuis le 30 juillet 2020 ! Ce lundi 10 mai, le Royaume-Uni n’a recensé presqu'aucun décès lié au coronavirus sur son sol au cours des dernières 24 heures. En effet, trois des quatre régi...