Aller au contenu principal

Affaire Pegasus : le Maroc contre-attaque

Deux semaines après sa révélation au grand jour, l’affaire Pegasus continue de faire du bruit. Forbidden Stories et Amnesty International, deux entités ayant été derrière des accusations d’espionnage impliquant plusieurs responsables internationaux, n’ont pas réussi à produire de preuve de leurs accusations à l’encontre du Maroc. Le Royaume a d’ailleurs décidé d’engager une demande d’injonction contre la société d’édition de journaux Süddeutsche Zeitung GmbH, pour "allégations mensongères".

Par Mohamed Laabi, Publié le 05/08/2021 à 17:32, mis à jour le 05/08/2021 à 18:14
         Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Olivier Baratellia, avocat du Royaume dans l'affaire Pegasus © DR

Plusieurs jours après la polémique Pegasus, aucune preuve impliquant le Maroc dans cette affaire n’a été présentée. En effet, Olivier Baratelli, avocat du Maroc dans ce dossier, a souligné que Forbidden Stories et Amnesty International n’ont pas réussi à produire, après le délai fixé de 10 jours, de preuve de leurs accusations à l’encontre du Maroc. «La situation est ubuesque. Cela démontre ce que j’ai appelé depuis le premier jour être une supercherie», a commenté Me Baratelli. Ce dernier a souligné que le Roayaume a des détracteurs sur la scène internationale qui forcément cherchent à salir son image. «Le Maroc est leader dans la lutte internationale contre le terrorisme. Le Maroc, qui est un ami de toujours de la France, a beaucoup aidé à déjouer des attentats sur le territoire français. Cela peut déplaire à certains. C’est ce que nous avons demandé à la justice française d’éclairer pour savoir qui pourrait être derrière (cette affaire) et savoir qui pourrait être derrière cette manipulation», dit-il.

Lire aussi : Pegasus : les dessous d’une affaire de grande envergure

Selon une avocate contactée par nos soins, le délai de 10 jours pour apporter des preuves n’est pas contraignant. Notre source indique qu’un procès de diffamation peut durer bien plus que cela et que le délai de 10 jours est une mise en demeure, rien de plus.

Olivier Baratellia a indiqué qu’il allait «remettre au procureur de la République de Paris, un rapport d’expertise informatique réalisé par un collège d’experts (...) qui vont exclure toute utilisation par le Maroc» du logiciel espion Pegasus.

 

Une société d’édition de journaux allemande épinglée

Le Maroc a présenté une demande d’injonction à l’encontre de la société allemande d’édition de journaux Süddeutsche Zeitung GmbH. L’ambassade du Maroc à Berlin a souligné dans un communiqué que «Süddeutsche Zeitung GmbH a allégué dans plusieurs reportages, en partie sous forme de faits établis et en partie sous forme de soupçons, que le Royaume du Maroc avait déployé le logiciel d’espionnage dit Pegasus et l’avait utilisé pour espionner et mettre sur écoute les téléphones portables de nombreux politiciens, journalistes et autres personnes».

Lire aussi : Affaire Pegasus : le Maroc poursuit ses contestations judiciaires

Ce n’est pas la première action menée par le Maroc dans ce sens. Le Royaume a déjà engagé du 22 au 28 juillet des plaintes contre plusieurs institutions et supports médiatiques tels qu’Amnesty International, Forbidden Stories, Le Monde, Mediapart et Radio France. Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avait affirmé que «toute personne ou organisme portant des accusations contre le Maroc devrait en produire la preuve, ou assumer sa dénonciation calomnieuse devant la justice».

La CNDP se saisit du dossier

La Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP) a annoncé ce mercredi 4 août qu’elle se saisit du dossier relatif aux allégations avancées contre le Maroc dans le cadre du projet Pegasus. «La CNDP procédera à l’examen des différentes allégations avancées par lesdits supports de presse, évaluera la teneur et le caractère fondé des arguments qui les sous-tendent et mesurera leur impact sur la relation de confiance des citoyens et résidents au Maroc dans l’écosystème digital national et international», peut-on lire sur un communiqué de la Commission.

Lire aussi : L’affaire Pegasus vise à déstabiliser le Maroc, selon Chakib Benmoussa

La CNDP rappelle que sa mission est d’œuvrer au respect des dispositions de la loi 09-08 relative à la protection des personnes physiques contre les traitements des données à caractère personnel. Une chose est sûre, l’affaire Pegasus attend un dénouement et tant qu’aucune preuve des accusations faites à l’encontre du Maroc par Forbidden Stories et Amnesty International n’a été présentée, le Royaume restera toujours en position de force.

Formation du gouvernement : L'Istiqlal accepte de rejoindre la majorité

Après le PAM vendredi, l'Istiqlal a accepté aujourd'hui de faire partie de la majorité gouvernementale. Le PI, troisième force populaire du royaume a confirmé sa décision ce samedi lors du Conseil nat...

Vie politique : «tu seras élu, mon fils !»

Si le phénomène des «fils de» est répandu dans toutes les strates de la société marocaine, dans la ...

Décès de l'ex président algérien Abdelaziz Bouteflika

L’ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika est décédé ce vendredi soir des suites d'une longue maladie à l’âge de 84 ans, a indiqué la télévision algérienne. Abdelaziz Bouteflika est né le 2 mars 19...

Le PAM accepte de se joindre à la majorité

Le PAM a annoncé ce vendredi après consultation et validation de la majorité des membres du conseil national du parti d’intégrer la majorité gouvernementale. Le parti indique, dans un communiqué publi...

Bourita participe à la célébration du 1er anniversaire des Accords d’Abraham

Ce vendredi 17 septembre, Antony Blinken, le secrétaire d'État américain, a salué «l’approfondissement des relations diplomatiques» entre le Maroc, le Bahreïn, les Émirats Arabes Unis et Israël un an ...

Élections : les premiers résultats des bureaux des communes et régions

Le Rassemblement national des indépendants (RNI), le Parti authenticité et modernité (PAM) et le Pa...