Aller au contenu principal

Trudeau veut "élargir le dialogue" avec Trump

Par Nora Jaafar, Publié le 20/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ils ne sont pas toujours d’accord, c’est évident. Mais un an après le départ abrupt du président Donald Trump d’une réunion du Sommet au Canada — laissant dans son jet-stream des tweets en colère au sujet du Premier ministre Justin Trudeau — il va rencontrer de nouveau le chef libéral à la Maison-Blanche ce jeudi.


Les deux représentants américain et canadien ont déclaré que la relation entre les deux hommes a rebondi depuis que Trump a qualifié Trudeau de « très malhonnête et faible » il y a un an.


Aujourd’hui, les deux hommes travaillent tous deux pour assurer l’adoption du programme de remplacement de l’Accord de libre-échange nord-américain, appelé Accord États-Unis–Mexique - Canada, que leurs gouvernements ont négocié avec le Mexique. Par conséquent, ils sont confrontés à une question cruciale face aux perspectives politiques de Trump, ce qui, selon le responsable américain, contribuerait à renforcer les relations entre les deux dirigeants.


La priorité de l’ordre du jour de ce jeudi : La Chine, où deux citoyens canadiens sont détenus depuis plus de six mois. Après plus de deux ans de concentration presque exclusive sur le commerce, Trudeau espère approfondir le dialogue entre le Canada et les États-Unis lors de sa rencontre avec Trump.


Comme Trump, Trudeau fait face à une rude réélection. Son défi à Washington consiste à trouver un équilibre entre une relation avec un président américain qui est profondément impopulaire au Canada tout en maintenant des liens d’amitié entre les deux pays.


Trudeau est impatient de soulever des questions non commerciales comme les enjeux militaires et la fiscalité lors de la rencontre avec Trump dans son bureau ovale, indique le représentant canadien.


Il prévoit également évoquer les deux citoyens canadiens détenus pour en Chine depuis décembre dernier pour espionnage. Leur incarcération a eu lieu peu de temps après l’arrestation d’un dirigeant chinois à Vancouver, ce qui a exaspéré Pékin et a provoqué une crise diplomatique.


Le vice-président Mike Pence a abordé le sujet publiquement lors d’une visite à Ottawa le mois dernier. Les représentants canadiens espèrent que Trump traitera ce dossier de la même façon jeudi.

Trump doit rencontrer le président chinois Xi Jinping la semaine prochaine au Japon, où ils participeront tous les deux, avec Trudeau, à un sommet de dirigeants.


« Au cours des deux dernières années, nous avons parlé de l’ALENA et nous n’avons pas parlé de grand-chose d’autre », a déclaré le représentant canadien, qualifiant la réunion de cette semaine d’« élargissement du dialogue ».


Les deux hommes veulent que l’accord de remplacement de l’ALENA soit ratifié. Les démocrates au Congrès ont soulevé des préoccupations en matière de travail et d’environnement, et Trudeau est sur le point de rencontrer la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, et le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, pour faire le point sur cette mesure.


Avec Trump, Trudeau espère mettre de côté les différences évidentes de style et de perspective pour trouver un terrain d’entente.


« Il est indéniable qu’il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous ne sommes pas forcément d’accord », a expliqué le représentant canadien. « Beaucoup de choses sur lesquelles on ne s’aligne pas idéologiquement ».


« Il s’agit en grande partie de trouver des points sur lesquels nous pouvons nous entendre », a ajouté le responsable.

 

Après que le sommet du Groupe des Sept de l’an dernier s’est terminé par le retrait de Trump de sa signature du communiqué conjoint et par un tweet furieux d’Air Force One, les responsables canadiens ont été étonnés par l’annonce de l’annonce de la décision.

 

Maintenant, les officiels américains et canadiens ont affirmé que les deux hommes entretiennent une relation amicale. Trudeau s’est souvent entretenu avec le président par téléphone.

Inde : le bilan des décès dus à la Covid-19 serait en réalité plus élevé

En Inde, la récente vague dévastatrice de la Covid-19 a inondé les hôpitaux de patients et les crématoriums de cadavres. Selon certains experts indiens, de nombreux décès liés à cette pandémie ne sont...

Le prix des véhicules électriques devrait considérablement baisser

Selon une étude réalisée par Bloomberg New Energy Finance (BNEF) et commandée par l’ONG Transport et Environnement (T&E), les voitures et utilitaires électriques coûteront moins cher à construire ...

Le variant indien détecté dans 44 pays, dont le Maroc

Ce mercredi 12 mai, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a dévoilé que le variant indien a été détecté dans 44 pays, dont le Maroc. L’organisation a ajouté qu’elle a reçu «des notifications de dé...

OMS : la pandémie aurait pu être évitée, selon des experts indépendants

Ce mercredi 12 mai, un groupe indépendant mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié son rapport final au sujet de la pandémie de la Covid-19. Ce document a été publié après h...

Covid-19 : l'OMS classe le variant indien comme préoccupant

Estimé «plus contagieux», le variant indien a été classé, ce lundi 10 mai, comme «préoccupant au niveau mondial» par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Portant le nom scientifique B.1.617, cet...

Covid-19 : après n'avoir recensé quasiment aucun décès, le Royaume-Uni abaisse son niveau d’alerte

Une première depuis le 30 juillet 2020 ! Ce lundi 10 mai, le Royaume-Uni n’a recensé presqu'aucun décès lié au coronavirus sur son sol au cours des dernières 24 heures. En effet, trois des quatre régi...