Aller au contenu principal

-30% dans les hôtels : la vraie fausse réduction

Dans le cadre de l’opération Marhaba et afin d’inciter les Marocains du monde à rentrer au pays et passer des vacances agréables et à prix réduit, la Confédération nationale du tourisme (CNT) a annoncé mi-juin une «réduction de 30% sur les prix des nuitées dans les hôtels» avant d'étendre cette remise à tous les Marocains. Cependant, plusieurs témoignages affirment que cette baisse de tarifs n’est pas toujours respectée. Nous avons tenté de comprendre pourquoi certains hôteliers n’ont pas joué le jeu. Détails.

Par Mohamed Laabi, Publié le 09/07/2021 à 17:00, mis à jour le 09/07/2021 à 17:31
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Les hôtels n'acceptent pas tous de réduire leurs tarifs © DR

L’annonce avait réjoui beaucoup de monde. Le 16 juin 2021, la Confédération nationale de tourisme (CNT) annonce que les hôtels baisseront de 30% les prix de leurs chambres. Des prix proposés à tous les Marocains sans distinction.

«Nous avons tenu des réunions avec les propriétaires d’hôtels pour adopter des prix abordables et nous avons décidé d’adopter de nouveaux prix. Nous avons pris en considération le fait que ces Marocains n’ont pas visité le Royaume et leurs familles depuis deux ans. Ainsi, ils baisseront de 30% dans les hôtels, comparés à ceux sur les plateformes de réservation. Nous allons généraliser cette mesure prise à l’unanimité», avait confié Faouzi Zemrani, vice-président de la CNT.

Lire aussi : La reprise des vols est-elle synonyme de relance du tourisme ?

Théoriquement, le marché a été conclu. Dans la pratique, c’est autre chose. Plusieurs Marocains ont été surpris de voir que les réductions ne figurent pas dans la tarification des hôtels. «Il n’y a pas de 30% de réductions. Pour certains hôtels, les 30% veulent dire uniquement la gratuité pour un enfant quand il est accompagné de ses parents», souligne un internaute. D’autres citoyens ont exprimé leur étonnement de voir que les prix de base ont augmenté.

«Ce qui se passe aujourd’hui c’est que sur les plateformes de réservation, les hôteliers augmentent de manière artificielle leurs tarifs. Une chambre qui coûte 1000 dirhams la nuit à titre d’exemple est facturée à 1400 ou 1500 dirhams pour qu’après réduction de 30%, l’hôtelier se retrouve avec le tarif avec lequel il souhaite vendre», se désole un professionnel du secteur.

Lire aussi : Tourisme : entre volonté de relance et peur du variant

En naviguant sur les sites des hôtels dans certaines villes touristiques du royaume, on remarque effectivement que le tarif de certains établissements est très élevé. Une chambre dans un hôtel 4 étoiles coûte près de 1500 dirhams la nuitée. L’hôtel prétend que le prix de base est de 2965 dirhams… (voir l'image ci-dessous). À noter que la nuitée en 4 étoiles ne dépasse d’habitude pas 1000 dirhams en haute saison.

Agadir

Même constat à Marrakech où les prix d’un hôtel 4 étoiles sont affichés à 1305 dirhams au lieu de 1862 dirhams. Notre interlocuteur relève que les hôteliers justifient cette pratique par le fait qu’ils sont passés par une période très difficile en 2020, une période où ils ont perdu beaucoup d’argent et qu’au vu du manque de visibilité quant à la situation épidémiologique dans les mois et les années à venir, cet été est la seule période où ils peuvent surfer sur la vague des bénéfices. «C’est une situation qui fait du mal en termes d’images et fait du mal à ceux qui ont joué le jeu. Nous aurions souhaité pour l’intérêt du consommateur nous retrouver avec des prix abordables. Malheureusement, tout le monde n’a pas eu la même approche», souligne notre expert avant d’ajouter que la Confédération n’a aucune obligation légale de fermer les portes d’un hôtel. «Moi Confédération, je ne peux pas punir un hôtel de n’avoir pas respecté un accord commun. C’est juste dommage parce que cela aurait permis aux instances représentatives de négocier des avantages pour les salariés du secteur quand elles se présentent devant le ministère de tutelle. Cela leur aurait permis au moins de présenter un argument d’entreprises citoyennes qui participent à l’essor et au développement de leur pays», confie notre source.

Lire aussi : CESE : comment réussir la relance du tourisme ?

Rappelons que l’année 2020 a été catastrophique sur tous les plans, mais plus précisément au niveau du tourisme national et mondial. Au Maroc, les pertes sont estimées à 18,3 milliards de DH (MMDH) uniquement sur les sept premiers mois de l’année 2020. Au niveau mondial, le bilan est effrayant. Un rapport présenté le 30 juin dernier conjointement par la CNUCED et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) estime que la pandémie de la Covid-19 a porté uniquement pour les années 2020 et 2021 une perte de PIB de plus de... 4000 milliards de dollars ! Un chiffre qui donne le tournis.

DGSN : suspension de quatre responsables pour manquements dans l’exercice de leurs fonctions

Ce jeudi 16 septembre, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a publié un communiqué annonçant avoir suspendu quatre responsables de leurs postes de responsabilité et provisoirement de le...

Formation du gouvernement : la semaine prochaine sera décisive

Le Chef de gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, a conclu mercredi le premier round des consultati...

Les dépouilles des deux Marocains tués au Mali vont être rapatriées

Les proches des deux chauffeurs routiers marocains tués au Mali auront enfin la possibilité d’enterrer leurs morts. Hassan Naciri, l’ambassadeur du Maroc au Mali, a publié une déclaration sur Twitter ...

MEN : de nouvelles mesures concernant le système du contrôle continu

Ce jeudi 16 septembre, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur a annoncé avoir publié une note relative aux nouveautés du système du contr...

Le jeûne intermittent est-il bon pour la santé ?

Le jeûne intermittent, une pratique très tendance de nos jours, consiste à se priver de nourriture pendant 12 à 16 heures maximum. De nombreuses personnes essaient ce régime afin de perdre du poids. R...

Covid-19 : une situation épidémiologique qui s’améliore

La baisse des cas de contamination à la Covid-19 se poursuit. 2.642 cas ont été enregistrés entre m...