Aller au contenu principal

Moscou dément son implication dans le crash du MH17

Par Nora Jaafar, Publié le 20/06/2019 à 11:33, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Moscou a rejeté les allégations de l'Équipe commune d'enquête (ECE) selon lesquelles des militaires russes seraient impliqués dans le vol MH17 de Malaysian Airlines qui a été abattu au-dessus de l'Ukraine le 17 juillet 2014.

 

Dans un communiqué de presse publié aujourd'hui, l'ambassade de Russie à Kuala Lumpur a déclaré que la Fédération russe est la cible d'"accusations sans aucun fondement" dont l'objectif est de discréditer la nation aux yeux de la communauté internationale.

 

"Comme ce fut le cas lors de ses précédentes conférences de presse, l'Équipe commune d'enquête n'a produit aucune preuve concrète corroborant ses déclarations infondées. L'ECE continue de présenter des arguments qui ne sont pas tout à fait plausibles, dont certains sont fondés sur des sources d'information douteuses.

 

"Alors que les renseignements soumis aux enquêteurs par la Russie continuent d'être délibérément ignorés. En outre, les représentants de l'ECE accusent la Russie de ne pas coopérer pleinement. Nous contestons catégoriquement de telles accusations.

 

"Dès le premier jour de la tragédie, la Russie s'est montrée extrêmement soucieuse de trouver la vérité et disposée à contribuer à l'enquête sous tous ses aspects. La Russie a activement coopéré avec les Pays-Bas et a présenté toutes les informations dont elle disposait sur l'accident du MH17", a souligné le communiqué.

 

Il a également rappelé que les autorités russes avaient pris la décision sans précédent de déclassifier les équipements militaires russes et de mener une opération minutieuse en collaboration avec Almaz-Antei, afin de fournir des données et documents radar primaires montrant que le missile qui s'était écrasé sur le Boeing de la Malaisie était celui de l'Ukraine ainsi que les résultats d'expertises précises qui ont permis d'établir avec certitude le montage vidéo des séquences qui ont justifié les conclusions des JIT.

 

Auparavant, le Premier ministre Tun Tun Dr Mahathir Mohamad avait affirmé que les récentes conclusions concernant le coupable de la chute du vol MH17 de Malaysia Airlines étaient une condamnation " politiquement motivée " qui ne pouvait être attribuée qu'à la Russie.

 

Lors d'une conférence de presse, Dr Mahathir a également exigé des éléments prouvant que c'était bien la Russie qui était derrière la fusillade, ajoutant que l'incident était depuis le début une question politique.

 

"Nous sommes très mécontents parce que depuis le tout début, accuser la Russie de ces actes répréhensibles est devenue une question politique. Avant même d'examiner les preuves, ils ont déjà pointé du doigt la Russie.

 

"Maintenant, ils prétendent détenir des preuves. Il nous est donc très difficile de l'accepter", a-t-il déclaré aux journalistes.

Liban : reprise des discussions incertaines avec le FMI

Le Liban va reprendre ses négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) afin d’obtenir le soutien financier dont il a besoin pour faire face à sa crise économique et financière. L’objectif ...

Le "métavers", le nouveau mégaprojet de Facebook

Facebook a annoncé son projet de créer le "métavers", un monde parallèle numérique qui abolit les frontières entre le réel et le virtuel. Pour ce faire, Mark Zuckerberg, le fondateur et patron du géan...

Vaccin pour les 5-11 ans : Pfizer/BioNTech lorgne l'Europe

Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont soumis à l’Agence européenne des médicaments (EMA) les résultats des essais cliniques de leur vaccin chez les enfants de 5 à 11 ans. L’objectif de cette démarch...

Le gaz renouvelable expliqué

Le biogaz est une source d’énergie verte obtenue par la fermentation de la matière organique dans un environnement anoxique. Pour fabriquer le gaz renouvelable qui remplacera le gaz d'origine fossile ...

France : les écoles ont rendu hommage à Samuel Paty, un an après sa mort

Les élèves des écoles françaises ont rendu hommage ce vendredi à Samuel Paty, un an après que l’enseignant a été décapité par un extrémiste pour avoir montré à sa classe les caricatures de Charlie Heb...

Liban : vers une nouvelle guerre confessionnelle ?

Une nouvelle guérilla urbaine au Liban a fait six morts et une trentaine de blessés. Des échanges de tirs ont éclaté en marge d’une manifestation des mouvements chiites Amal et Hezbollah, venus protes...