Aller au contenu principal

Moscou dément son implication dans le crash du MH17

Par Nora Jaafar, Publié le 20/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Moscou a rejeté les allégations de l'Équipe commune d'enquête (ECE) selon lesquelles des militaires russes seraient impliqués dans le vol MH17 de Malaysian Airlines qui a été abattu au-dessus de l'Ukraine le 17 juillet 2014.

 

Dans un communiqué de presse publié aujourd'hui, l'ambassade de Russie à Kuala Lumpur a déclaré que la Fédération russe est la cible d'"accusations sans aucun fondement" dont l'objectif est de discréditer la nation aux yeux de la communauté internationale.

 

"Comme ce fut le cas lors de ses précédentes conférences de presse, l'Équipe commune d'enquête n'a produit aucune preuve concrète corroborant ses déclarations infondées. L'ECE continue de présenter des arguments qui ne sont pas tout à fait plausibles, dont certains sont fondés sur des sources d'information douteuses.

 

"Alors que les renseignements soumis aux enquêteurs par la Russie continuent d'être délibérément ignorés. En outre, les représentants de l'ECE accusent la Russie de ne pas coopérer pleinement. Nous contestons catégoriquement de telles accusations.

 

"Dès le premier jour de la tragédie, la Russie s'est montrée extrêmement soucieuse de trouver la vérité et disposée à contribuer à l'enquête sous tous ses aspects. La Russie a activement coopéré avec les Pays-Bas et a présenté toutes les informations dont elle disposait sur l'accident du MH17", a souligné le communiqué.

 

Il a également rappelé que les autorités russes avaient pris la décision sans précédent de déclassifier les équipements militaires russes et de mener une opération minutieuse en collaboration avec Almaz-Antei, afin de fournir des données et documents radar primaires montrant que le missile qui s'était écrasé sur le Boeing de la Malaisie était celui de l'Ukraine ainsi que les résultats d'expertises précises qui ont permis d'établir avec certitude le montage vidéo des séquences qui ont justifié les conclusions des JIT.

 

Auparavant, le Premier ministre Tun Tun Dr Mahathir Mohamad avait affirmé que les récentes conclusions concernant le coupable de la chute du vol MH17 de Malaysia Airlines étaient une condamnation " politiquement motivée " qui ne pouvait être attribuée qu'à la Russie.

 

Lors d'une conférence de presse, Dr Mahathir a également exigé des éléments prouvant que c'était bien la Russie qui était derrière la fusillade, ajoutant que l'incident était depuis le début une question politique.

 

"Nous sommes très mécontents parce que depuis le tout début, accuser la Russie de ces actes répréhensibles est devenue une question politique. Avant même d'examiner les preuves, ils ont déjà pointé du doigt la Russie.

 

"Maintenant, ils prétendent détenir des preuves. Il nous est donc très difficile de l'accepter", a-t-il déclaré aux journalistes.

Journée d’Al Qods : des heurts éclatent sur le site d’Al-Aqsa

Ce lundi 10 mai, la police israélienne a affronté des manifestants palestiniens dans l’enceinte de ...

Hajj 2021 : l’Arabie saoudite pourrait autoriser des pèlerins étrangers

Chaque année, plus de 2,5 millions de musulmans du monde entier effectuent le Hajj. L’année dernière, cependant, seuls 1.000 fidèles résidant en Arabie saoudite ont été autorisés à effectuer ce pèleri...

31 espèces éteintes et 3.324 menacées d’extinction

Désormais 31 espèces sont entrées dans la catégorie "éteinte" et toutes les espèces de dauphins d’eau douce sont menacées d’extinction. «La liste croissante d’espèces disparues est un rappel brutal qu...

Al Capone : la véritable histoire de Scarface

Qui est Al Capone, chef de la mafia de Chicago ? Dans cet épisode, plongez dans l’histoire épique de l’un des plus célèbres gangsters américains du XXe siècle. Surnommé Scarface, Alfonso Capone, avait...

Une affaire de droits fonciers déclenche des affrontements à Al-Qods-Est

15 Palestiniens ont été arrêtés dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 mai à Al-Qods-Est, occupé par Israël, lors d’affrontements avec la police. Cette deuxième nuit consécutive d’émeutes dans le quart...

Le vaccin de Sinopharm homologué par l'OMS

C'est fait. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné vendredi son homologation d'urgence au vaccin anti-Covid chinois de Sinopharm fabriqué à Pékin. L'annonce a été faite par le dir...