Aller au contenu principal

Affaires Raissouni et Radi : déclaration de la FIJ et du SNPM

Par Khansaa Bahra, Publié le 02/07/2021 à 11:02, mis à jour le 02/07/2021 à 17:56
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Les journalistes Soulaïmane Raissouni et Omar Radi © DR

Ce jeudi 1er juillet, au lendemain des audiences des journalistes Omar Radi et Soulaïman Raissouni, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) ont diffusé un communiqué. Les deux organismes ont rappelé qu’ils suivent le déroulement des deux affaires depuis le début, ajoutant qu’ils ont organisé un sit-in devant la cour d’appel de Casablanca, chargée de ces dossiers, quelques minutes avant le début des audiences, ce mardi 29 juin.

Écouter aussi : Analyse des affaires de Soulaïmane Raissouni et de Omar Radi

Les 29 et 30 juin 2021, durant 20 heures d’entretiens, la FIJ, représentée par son secrétaire général, Anthony Bellanger, et Abdel Kebir Khchichne, le président du Conseil national du SNPM, et Hanane Rihab, la vice-présidente du SNPM chargée des libertés, ont rencontré à Casablanca l’ensemble des parties impliquées dans ces deux affaires. L’objectif était de «bien appréhender les enjeux qui ont largement dépassé les frontières du Royaume». Ces entretiens ont été tenus avec les différents avocats des journalistes incarcérés, l’épouse de Soulaïman Raissouni, Khouloud Mokhtari, le père de Omar Radi, Dris Radi, trois membres du comité Free Omar Radi, notamment les journalistes Salaheddine Lemaizi et Imed Stitou ainsi que Mohamed Zoukari, les deux plaignants, notamment la journaliste Hafsa Boutahar, et l’activiste de la communauté LGBT Mohamed Adam, les avocats respectifs des deux plaignants, les responsables de l’Association marocaine des droits des victimes (AMDV), dont la présidente Aicha Kelaâ et les membres de son bureau et Najiba Jalal, directrice générale de l’association Bait Al Hikma.

Selon le communiqué, à l’issue de ces entretiens, Anthony Bellanger a déclaré : «un journaliste n’est donc ni juge ni policier, et, à ce titre, je veux redire que la Fédération appelle, depuis le début de ces affaires, à un procès juste et équitable, tant pour les journalistes incarcérés que pour les plaignants dans ces deux affaires». Et d’ajouter : «nous nous inquiétons également de la durée excessive des instructions et de l’état de santé de Soulaïman Raïssouni, en grève de la faim depuis des semaines. Ces durées excessives de la justice marocaine sont néfastes, pour ne pas dire intolérables, pour les deux parties, dans un état de droit».

Lire aussi : Le journaliste Soulaïman Raissouni hospitalisé

Oppo annonce le lancement du Reno6 Z 5G

Oppo prépare le lancement de son smartphone Reno6 Z au Maroc, dernier appareil de sa série Reno. “Expert en Portrait IA” pour ses performances de pointe en capture d'images, il permet aux utilisateurs...

Documents Covid-19 : arrestation de 300 individus pour fraude

La Direction générale de la sureté nationale (DGSN) poursuit ses opérations de lutte contre les faux tests PCR, les faux pass vaccinaux et le trafic de kits de tests rapides pour la Covid-19. Ainsi, d...

Primaire et collégial : des cours de soutien gratuits

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur a annoncé que l’État va garantir des heures supplémentaires gratuites aux élèves en difficulté. Ce...

20 millions de transactions sans contact depuis début 2021

Ce jeudi 16 septembre, le centre monétique interbancaire a annoncé avoir enregistré 20 millions de transactions sans contact depuis début 2021. Selon la même source, 3,7 milliards de DH ont été rég...

DGSN : suspension de quatre responsables pour manquements dans l’exercice de leurs fonctions

Ce jeudi 16 septembre, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a publié un communiqué annonçant avoir suspendu quatre responsables de leurs postes de responsabilité et provisoirement de le...

Formation du gouvernement : la semaine prochaine sera décisive

Le Chef de gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, a conclu mercredi le premier round des consultati...