Aller au contenu principal

La crise du tourisme pourrait couter 4.000 milliards de dollars à l’économie mondiale

Par Nora Jaafar, Publié le 30/06/2021 à 17:17, mis à jour le 30/06/2021 à 17:34
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
La crise du tourisme pourrait couter 4.000 milliards de dollars à l’économie mondiale

L’impact économique de la chute du tourisme depuis l’apparition de la Covid-19 l’année dernière pourrait dépasser 4.000 milliards de dollars, selon un rapport publié ce mercredi par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Selon l’enquête des deux organismes, la distribution déséquilibrée de vaccins et le retard des campagnes de vaccination dans les pays en développement aggravent les pertes économiques.

Zurab Pololikashvili, secrétaire général de l’OMT, a confié à l’AFP que «le tourisme est une bouée de sauvetage pour des millions de personnes, et faire progresser la vaccination pour protéger les communautés et soutenir le redémarrage en toute sécurité du tourisme est essentiel pour la reprise des emplois et la génération de ressources». Il a fait remarquer que de nombreux pays en développement sont fortement dépendants du tourisme international.

En raison de la crise sanitaire, le transport aérien international a été paralysé pendant une grande partie de l’année dernière, de nombreux pays ayant refusé d’autoriser les voyages non essentiels. Cela a provoqué un déficit de 2.400 milliards de dollars dans le secteur du tourisme et les secteurs connexes. Le rapport averti qu’une perte similaire pourrait se produire cette année, si les pays les plus pauvres n’accélèrent pas leurs campagnes de vaccination.

Les taux de vaccination contre la Covid-19 étant très inégaux, certains pays ayant vacciné moins de 1% de leur population alors que d’autres ont dépassé les 60%, les répercussions économiques seront plus graves dans les pays à faible taux de vaccination. Selon le rapport, «le déploiement déséquilibré des vaccins amplifie le choc économique subi par le tourisme dans les pays en développement, et pourrait représenter jusqu’à 60% des pertes du produit intérieur brut (PIB) mondial». La même source note que ces pays ont déjà souffert des plus fortes baisses d’arrivées touristiques l’année dernière, estimées entre 60 et 80%.

Enfin, bien que le tourisme puisse se rétablir plus vite dans les pays où le taux de vaccination est élevé, comme aux États-Unis, l’OMT ne s’attend pas à ce que le secteur retrouve son niveau de pré-pandémie avant 2023. Aussi, la chute de 63% à 75% du tourisme international par rapport aux niveaux de 2019, prévue cette année par la CNUCED, devrait entraîner une perte d’activité économique de 1,7 à 2,4 billions d’euros ainsi que la perte de 100 à 120 millions d’emplois directs liés à ce secteur.

HCP : amélioration des indicateurs industriels

Le Haut Commissariat au Plan (HCP) a publié ce lundi une note de conjoncture sur les résultats des ...

Imperium : plus d’un Marocain sur deux s'intéresse au label "Made in"

Imperium, acteur majeur du traitement de l'information au Maroc, a récemment dévoilé les résultats de son étude "Les Marocains et le Made In Morocco : Préférence et implication". Ladite étude a été ré...

Tasbiq Tasdir : le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc

Le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc (CAM), "Tasbiq Tasdir", est un crédit de trésorerie qui permet de préfinancer la campagne d’exportation en dirhams ou en devises et couvre toutes les opé...

Maroc/Royaume-Uni : le plus long câble électrique sous-marin du monde reliera bientôt les deux pays

La société britannique Xlinks, spécialisée dans les solutions d’énergie renouvelable, a révélé qu’elle prévoit de construire entre le Maroc et le Royaume-Uni le plus long câble électrique sous-marin d...

Rand Merchant Bank : l’Égypte et le Maroc sont les pays les plus attractifs pour l’investissement en Afrique

L’Égypte est la destination la plus attrayante pour les investisseurs en Afrique, suivie du Maroc et de l’Afrique du Sud, selon un récent rapport de la Rand Merchant Bank (RMB). L’étude "Où investir e...

Secteur privé marocain, un véritable outil de sortie de crise

Un rapport portant sur le développement du secteur privé au Maroc vient d'être présenter. Il s'agit...