Aller au contenu principal

GIEC : un rapport apocalyptique sur le changement climatique

Pénurie d’eau, exode, malnutrition, extinction d’espèces… Les enfants d’aujourd’hui et demain grandiront dans une Terre transformée par le changement climatique. C'est ce que confirme un projet de rapport confidentiel du groupe d’experts climat des Nations Unies (ONU) qui a fuité dans la presse. Très alarmiste, ce document dresse un avenir assombri par les conséquences irréversibles du changement climatique. Ainsi, l’organisme encourage les autorités à prendre des mesures radicales dès que possible.

Par Khansaa Bahra, Publié le 25/06/2021 à 16:38, mis à jour le 25/06/2021 à 18:31
         Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Une dose d'optimisme ne fait pas de mal : quarante-neuf pays ont déjà derrière eux leur pic d’émissions de CO2 © Thomas Hafeneth via Unsplash License by

Au début de 2022, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) devra publier un nouveau rapport analysant les impacts du changement climatique sur notre planète et sur les espèces qui y vivent. Le «brouillon» de ce récapitulatif, qui doit encore prendre en compte 40.000 commentaires, a fuité dans la presse, ce mercredi 23 juin. Ce pré-rapport très sombre, qui a été diffusé dans les médias, avant sa relecture et sa validation, expose une situation critique.

D’ici 30 ans, voire plus tôt, la vie sur Terre telle que nous la connaissons sera transformée par le changement climatique. C’est l’alerte émise par le projet de rapport de l’organisme international chargé d’examiner et d’évaluer les données scientifiques les plus récentes pour la compréhension des changements climatiques. En effet, peu importe le rythme des émissions de gaz à effet de serre, le changement climatique pourrait avoir des conséquences dévastatrices bien avant 2050. «La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes», mais «l’humanité ne le peut pas», lit-on dans ce résumé technique de 137 pages.

 

«Le pire est à venir»

Chaque année, de nombreuses parties du globe sont frappées par trois à quatre catastrophes météorologiques, comme la sécheresse, des incendies ou encore des inondations. Le GIEC se veut alarmiste : «Le pire est à venir, avec des implications sur la vie de nos enfants et nos petits-enfants bien plus que sur la nôtre». Alors que les températures moyennes ont augmenté de 1,1°C depuis le milieu du XIXe siècle, les effets de cette hausse sont déjà graves et seront de plus en plus violents, même si les émissions de CO2 sont freinées.

Les humains les moins responsables de ces émissions, notamment les Africains, sont ceux qui en souffriront le plus, regrette le GIEC. Agriculture, élevage, pêche, aquaculture… «Dans tous les systèmes de production alimentaire, les pertes soudaines s’accroissent», observe le rapport. Dans les décennies à venir, le GIEC prévoit que les conséquences du changement climatique provoqueront un déclin des cultures de base. Ainsi, les prix des denrées alimentaires devraient augmenter d’un tiers en 2050. Résultat : 183 millions de personnes de plus au bord d’une faim chronique. En parallèle, alors que plus de la moitié de la population mondiale souffre déjà du stress hydrique, le réchauffement climatique ne va pas améliorer la situation. Enfin le GIEC prévoit une dégradation de la santé des populations humaines du fait de la multiplication des maladies.

Outre l’Homme, pour certains animaux et variétés de plantes, il est peut-être même déjà trop tard. «Même à +1,5°C, les conditions de vie vont changer au-delà de la capacité de certains organismes à s’adapter», souligne le rapport. De plus, le réchauffement climatique pourrait avoir des effets irréversibles, comme la fonte des glaciers, notamment dans l’arc arctique, où le réchauffement climatique est trois fois plus rapide qu’ailleurs dans le monde. Ce point de non-retour entraînerait une montée du niveau des océans jusqu’à 13 mètres. Ainsi, en 2050, des centaines de millions d’habitants de villes côtières seront menacés par des vagues-submersion plus fréquentes, ce qui entraînera à son tour des migrations importantes.

 

Face à cette situation désastreuse, des mesures d’urgence sont évidemment nécessaires

Comme l’a montré la pandémie de la Covid-19, «nos niveaux actuels d’adaptation seront insuffisants pour répondre aux futurs risques climatiques», prévient le GIEC. Toutefois, malgré son ton apocalyptique, l’organisation a également souligné l’espoir offert aux hommes de changer leur destin. Ceci ne peut être atteint qu’en adoptant des mesures immédiates et drastiques. En effet, l’une des conclusions les plus importantes du rapport concerne la limitation du réchauffement climatique.

L’humanité peut encore s’orienter vers un avenir meilleur. Toutefois, «nous avons besoin d’une transformation radicale des processus et des comportements à tous les niveaux : individus, communautés, entreprises, institutions et gouvernements», plaide le rapport. «Nous devons redéfinir notre mode de vie et de consommation», conclut-il. Cette conclusion, au moins, ne changera pas d’ici la publication du rapport final.

«Murs de la paix» et séparation communautaire

Les premiers murs ont été érigés en 1969 à Belfast, capitale de l’Irlande du Nord, dans les quartiers habités par les protestants et les catholiques pour séparer les deux communautés. Leur objectif ét...

Faut-il craindre une invasion russe en Ukraine ?

Les tensions entre la Russie et l'Ukraine s'enveniment de jour en jour. Faut-il craindre une invasion russe ? Et pourquoi les négociations entre Joe Biden, président américain, et son homologue russe,...

Pandémie : des pertes d’apprentissage à rattraper, selon l'Unesco

Grâce aux leçons tirées ces deux dernières années, la majorité des pays touchés par le variant Omicron parvient à maintenir les écoles ouvertes avec des protocoles sanitaires renforcés, estime ce lund...

OMS : Omicron marquerait-il la fin de la pandémie en Europe ?

Selon le directeur Europe de l’OMS, l’hypothèse d’une sortie de la pandémie est «plausible». L’organisation onusienne anticipe une période de calme dans les prochains mois avant le retour de la Covid-...

Stratégie "Zéro Covid" : le vaccin chinois à ARN messager, seule solution viable ?

Dans sa revue de presse internationale, le journaliste Adrien Toffolet, souligne que les opérations de testing et de confinement extrêmes commencent à montrer leurs limites en Chine face au variant Om...

Pourquoi l'immigration a fortement augmenté en France en 2021 ?

Dans Europe midi, Patrick Stéfanini, conseiller d’État honoraire, ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration, directeur de campagne de Valérie Pécresse, est l’invité de Romain Desarbres p...